Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 18-08-2010 16:28:13

Louise Kiffer
@rmenaute
Réputation :   24 

ma traduction d'un poème dans Google

Il y a quelques jours, un ami d?Amérique m?a demandé d?envoyer la version française d?un de ses poèmes à un correspondant arménien, Hratch Kalsahakian de Dubaï (Emirats Arabes Unis) C?est un poème que je lui avais traduit il y a plusieurs années. Je l?ai envoyé il y a 3 jours, et il est déjà dans Google sous mon nom. Je ne sais plus si je l?ai déjà mis dans ce forum ;

ANATHEMA translated to French by Louise Kiffer-Sarian

ANATHEME
par C.K. Garabed
(Ce texte a été écrit en 1978)

Hé Turc ! Tu croyais te débarrasser de moi ?
Que ta conscience était tranquille parce que tu avais effacé ta mémoire ?
Que tu pouvais laver ton esprit de ses taches de sang historiques ?
Pensais-tu pouvoir éradiquer mon nom
Comme tu l'as fait avec les inscriptions sur les vieilles pierres d'églises de ton milieu ?
Pensais-tu pouvoir enseigner des mensonges à tes enfants
Et qu'ils dussent répéter tes paroles et les faire sonner
Comme des vérités parce qu'elles étaient sorties de la bouche des petits-enfants ?
Pensais-tu que le Temps allait adoucir tes blessures auto-destructrices
Que tes péchés n'allaient pas retomber sur tes fils ?
Pensais-tu vraiment qu'en m'ignorant
Tu pourrais m'empêcher de ronger ta force vitale ?
Croyais-tu vraiment pouvoir dormir du sommeil du juste ?
Ha!
Je rampe dans tes songes la nuit.
Je te fais frissonner dans l'obscurité.
J'enflamme ta culpabilité par son ampleur.
J'envoie un tremblement le long de ta colonne vertébrale.
Je te montre les images de tes actions;
BOUCHERIE ET MORTIFICATION.
Tu m'appelais "frère" ; alors j'avais confiance en toi.
Nous vivions ensemble, côte à côte.
Je partageais avec toi ma patrie ancienne et historique.
Je labourais la terre pour nous deux.
Je fabriquais des objets artisanaux pour notre usage mutuel.
J'insufflais grâce et finesse dans ta langue et ton chant.
Je me disais que
l'amour chrétien serait un pont au-dessus
du fossé entre nos deux mondes.
Je respectais les lois du pays.
J'ai lutté dans ton armée comme un sujet digne de confiance.
J'ai découvert trop tard ta traîtrise.
L'histoire exigeait que je joue Abel et toi Caïn.
Mais l'histoire d'Abel peut être lue et reconnue.
Pas avec moi.
Je dois vivre avec une vérité ni soutenue, ni crue.
On peut seulement me trouver en train de raconter l'histoire,
et alors on me calomnie, disant que je sers mes intérêts.
"Ils disent" que je te hais.
Mais mon rôle est de pointer un doigt accusateur de ta haine envers moi.
Et ta haine est comme une maladie qui s'aggrave avec la conscience de soi.
Comme tu luttes pour égaler le monde civilisé,
Tu refoules de plus en plus ce que tu ne peux pas affronter.
Et la maladie continue à s'aggraver.
Tes aberrations ne cesseront pas.
Elles te hanteront jusqu'à la mort spirituelle.
Et ma malédiction sera sur toi et sur tes enfants,
Jamais relâchée.
La damnation de l'esprit est ton juste héritage.
Et alors ma revanche sera complète.'
L'ARMENIEN

(C.K.Garabed a servi l'Eglise arménienne et les organisations de la communauté arménienne toute sa vie. Il a fait des conférences sur divers sujets à l'église arménienne et à des groupes arméniens. En tant qu'écrivain et éditorialiste, il a été un vif observateur, et un commentateur franc des affaires politiques et sociales relatives aux Arméno-Américains. Il contribue régulièrement à "Armenian Weekly", Armenian Reporter International" et à la publication trimestrielle littéraire de l'UGAB "Ararat")

Hors ligne

 

#2 18-08-2010 16:52:39

Arsène
Modérateur

Re: ma traduction d'un poème dans Google

Magnifique

En ligne

 

#3 19-08-2010 13:29:40

HB
@rmenaute

Re: ma traduction d'un poème dans Google

Ce conte soufi, de portée universelle, n'est pas moins magnifique :

"Les hommes sont, les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d'une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs. Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles.

Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des trous d'oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs qui ne peuvent nicher que dans des trous d'oiseaux noirs. Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l'un de l'autre. Appelons-les Youssouf et Ali.

Un jour, Youssouf, persuadé que Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du même coup, libère un trou correspondant. Son oiseau noir s'envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme. Si, de son côté, Ali n'a pas envoyé d'oiseau noir vers Youssouf, c'est-à-dire s'il n'a émis aucune mauvaise pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l'oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son trou d'origine, ramenant avec lui le mal dont il était chargé, mal qui finira par ronger et détruire Youssouf lui-même.

Mais, imaginons que Ali a, lui aussi, émis une mauvaise pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l'oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d'y déposer une partie de son mal et y accomplir sa mission de destruction. Pendant ce temps, l'oiseau noir de Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l'oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à détruire l'homme auquel ils étaient destinés.

Mais une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d'origine, car il est dit : "Toute chose retourne à sa source." Le mal dont ils étaient chargés n'étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs auteurs et achèvera de les détruire. L'auteur d'une mauvaise pensée, d'un mauvais souhait ou d'une malédiction, est donc atteint à la fois par l'oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs: si nous n'émettons que des bonnes pensées envers notre ennemi alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s'ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l'énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.

Ainsi, si nous n'émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être. C'est pourquoi il faut toujours bénir, et ses amis, et ses ennemis. Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission d'apaisement, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l'autre, avec tout le bien dont elle était chargée.

C'est ce que les Soufis appellent "l'égoïsme souhaitable". [« Charité bien ordonnée commence par soi-même. »] C'est l'Amour de Soi valable, lié au respect de soi-même et de son prochain, parce que tout homme, bon ou mauvais, est le dépositaire d'une parcelle de Lumière en tant qu'étincelle issue de l'Irradiation Divine. C'est pourquoi les Soufis, conformément à l'Enseignement du Prophète, ne veulent souiller ni leur bouche ni leur être, par de mauvaises paroles ou de mauvaises pensées, même par des critiques apparemment bénignes."

« Ce n'est pas ce qui rentre dans l'homme qui le souille, mais ce qui en sort. »
( Évangile de Jésus )


"Si ton avenir dépend de tes rêves, ne perds pas de temps, va te coucher."

Hors ligne

 

#4 19-08-2010 16:15:12

Louise Kiffer
@rmenaute
Réputation :   24 

Re: ma traduction d'un poème dans Google

Oh oh ! merci pour cette leçon de sagesse immémoriale digne de Khalil Gibran !

Mais même la fleur de nénuphar se ferme?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -