Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#76 14-06-2016 22:59:32

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Avec la résolution du Bundestag, cela va encourager les études arménisantes sur la réalité du terroir arménien avant 1914. J'espère et je pense que le site germano-arménien HOUSHAMADYAN (BERLIN) prendra de l'importance.

Il y aura à dispatcher de telles infos dans la liste alphabétique des villes : dans les messages #31 (Ա) > #68 (Ֆ) des pages #2 & #3 du thread.

En France et en Allemagne, différents ministères (Ministères d'Intégration, de la Ville, de la Culture, de l'Éducation nationale, de la Justice, de l'Intérieur) de ces deux pays ont du boulot concernant leurs Turcs à se familiariser avec ces reconnaissances officielles.

En particulier en ce qui concernent les associations turques par origine régionale, les différents ministères auront à les informer des archéologies arméniennes et des différentes historiographies.

Il serait intéressant de savoir comment cela se passe avec
- l'Egypte et ses civilisations pharaonique & copte ?
- le Mexique et sa civilisation aztèque ?
- le Pérou avec sa civilisation inca ?
- l'Australie et sa civilisation aborigène ?

Naturellement, que ces deux Etats s'occupent d'abord de leurs propres communtés turques... avant de nous bassiner que "Ankara va changer" et blabla et blabla : pas de fuite en avant, please.

Ankara ne changera pas et on le voit par sa politique avec ses Kurdes. Nil.

#9170

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 18:55:16)

Hors ligne

 

#77 16-06-2016 12:44:43

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

HOUSHAMADYAN /  Biography of Sahag Mnatsagan Kasardjian from Sis (1840-1912)

>> à signaler à la lettre 'S' plus haut.
#9221

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 18:56:09)

Hors ligne

 

#78 15-08-2016 16:27:13

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

http://ysu.am/images/aGWR5JDAy1gNMpJMY1KJeXfHez.gif . Հասրաթյան, Մուրադ Հայկական ճարտարապետական հուշարձանների ավերումը թուրքերի կողմից (XI?XX դդ.). Պատմա-բանասիրական հանդես  2015, № 2 . pp. 3-12

THE DEMOLITION OF ARMENIAN ARCHITECTURAL MONUMENTS BY THE TURKS (the 11th ? 20th centuries) / MURAD HASRATYAN . 28 références bibliographiques en bas de pages.

One of the most important domains of Armenian culture ? architecture, in the course of centuries suffered mostly from the foreign conquerors invading Armenia. The greatest injuries were inflicted by the Turks, who demolished the monasteries and churches of the country, many of which were masterpieces of the whole Christian culture. This process culminated after the Genocide of the Armenians in Western Armenia in 1915 by the Turkish authorities. At that time almost all the monasteries and churches were plundered, burnt and demolished, innumerable treasure - houses of Armenian culture, kept there for centuries were destroyed. At the end of the 20th ? the beginning of the 21st centuries the authorities of another neighboring Turkish state ? Azerbaijan, in 1985?2005, totally destroyed the relics of Armenian architecture and art on the lands under their rule.

#10243

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 18:56:59)

Hors ligne

 

#79 13-12-2016 10:59:24

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Merci à Krikor Amirzayan pour ce news : http://armenews.com/article.php3?id_article=135387 // Une pierre portant des inscriptions en arménien découverte près de l?église arménienne Sourp Garabéd à Elazig (Kharpert l?arménienne).

Il y a un intérêt archéologique et historique, mais il serait intéressant de trouver les associations de Turcs (ou de Kurdes) originaires de Elazig en France ou à Berlin et les informer avec copies aux bibliothèques, paroisses départementales, etc, etc. Nil.
#11731

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 18:57:52)

Hors ligne

 

#80 18-12-2016 14:55:54

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

= BIBLIOGRAPHIE HISTORICO-ARMÉNISANTE PAR RÉGIONS :

- Adana (Adana; Mersin; Sis/Kozan; Hajin; Dörtyol) [2] ;
- Aleppo (Marash; Zeytun; Ayntab; Kilis; Urfa; Kessab, Musa Dagh) ;
- Ankara (Ankara; Sivrihisar; Yozgat; Kayseri/Kesaria; Everek/Develi; Tomarza; Stanoz) ;
- Aydin (Smyrna/Izmir) ;
- Bitlis (Bitlis/Baghesh; Mush; Sasun)  ;
- Diyarbakir (Diyarbakir/Tigranakert; Palu; Mardin; Siverek/Severeg; Tchngush/Çüngüş) ;
- Edirne/Adrianople ;
- Erzurum (Erzurum/Karin; Kiğı/Keghi; Erzincan/Yerznka; Hınıs/Khnus; Bayburd/Baberd) ;
- Hüdaverdigar/Bursa ;
- Izmit/Nicomedia (Izmit; Partizak/Bahçecik; Adapazar; Armash/Akmeşe; Arslan Beg/Arslanbey) ;
- Kastamonu ;
- Konya ;
- Mezire/Mamuretülaziz/Elazığ (Harput/Kharberd; Arapgir, Akn/Eğin/Kemaliye; Dersim; Malatya; Adiyaman) ;
- Sivas (Sivas/Sebastia; Tokat/Yevdokia; Amasya; Gürün; Merzifon/Marzvan; Shapin Garahisar/Şebinkarahisar; Divrig/Divriği) ;
- Trabzon (Trabzon/Trebizond; Ordu; Samsun; Kirason/Giresun; Hamshen) ;
- Van ;
- General ;

= HOUSHAMADYAN (BERLIN) // Tracking Down the Past: A Preliminary Bibliographie. 

Cette bibliographie régionale arméno-autochtone ne reste pas dans son passé historique.
Mais suite aux attentats du PKK dans ces régions, elle se fait propulser en pleine actualité quasi mondiale... une actualité terroriste en voisinage d'une mémoire génocidaire anthropologique d'un siécle d'impunités, de négationnismes d'Etat, de dénis banalisés et de mutismes officiels complaisant en realpolitik. Nil.

#11821

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 18:58:25)

Hors ligne

 

#81 15-07-2017 16:38:26

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

http://www.france-politique.fr/logos/pej2014.png . Il y aura un gros boulot à trouver les lieux de naissance en Turquie des candidats du PEJ (ou de leurs familles) listés à ce message #28 ;

>> chercher les archéologies arméniennes de ces villes, les faits arméno-hstoriques anciens et/ou ceux du GDA1915 qui s'y sont passés ;

>> ne pas se geiner de leur faire connaître !

Par exemple : le Président du parti turco-allemand BIG (Bündnis für Innovation und Gerechtigkeit = le "PEJ allemand" -signalé à ce message #41), est né à MOUCH // Haluk YILDIZ. Peut-être, il habitait une maison ayant appartenu à des Arméniens ?  roll  hmm  neutral

- Message faisant partie de la rubrique (#54.PEJ) : PARTI 'ÉGALITÉ ET JUSTICE' // RÉSISTER À CETTE IMPOSTURE TRUCO-TURCO-NÉGATIONNISTE D'ANKARA EN INFORMANT LES ÉLUS PARLEMENTAIRES-COLLECTIVITÉS LOCALES EN FRANCE ET SA SOCIÉTÉ CIVILE -DONT LES ASSOCIATIONS DE LA DIVERSITÉ CITOYENNE ET SES DIFFÉRENTS LIEUX DE CULTE.

#14450

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 19:02:40)

Hors ligne

 

#82 09-01-2018 17:55:10

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Dans les CHANSONS TRANSCRITES par le RP KOMTAS signalées à ces messages #194 et #195 avec résumés en anglais, il y aura à voir quelles sont les chansons de l'Arménie occidentale... ?

Leurs partitions musicales sont tout comme les anciennes gravures montrant des archéologies de l'Arménie occidentale. On peut penser en informer les profs de musique des collèges et lycées de France et de Navarre avec les médiathèques de ces villes : en particulier dans les villes où se trouvent des communautés turques.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/daesh-anthropology1914-15-23-24/lapromesse03.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_5/musique/2_medaille.jpg . Autant d'occasions de parler comment le RP Komitas a été arrêté le 24 avril 1915.

PS - Ne manquez pas de parler aux jeunes hays que vous connaissez. Il y a aussi les écoles arméniennes de France.

- Thread faisant partie de la rubrique : ARMÉNOLOGIE  (#16)

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ÉCOLES-ARMÉNIENNES /FR/HY/MONDE/PASSÉ-AVANT1915/ & ÉDUCATION NATIONALE  (#29)

#17350

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 19:04:36)

Hors ligne

 

#83 22-01-2018 00:11:49

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

J'ai assisté à un séminaire de deux jours où il y avait des Hays d'origine de Turquie, des Kurdes originaire de là-bas et des Turcs d'Allemagne -avec le Pr Mihran DABAG de l'Université de BOCHUM. C'était en allemand, on me faisait des petits résumés en anglais.

Les études anthropologiques allemandes avancent. Je suis optimiste. Un gars nous a montré qq videos en turc sur des archéologies arméniennes :

- https://m.youtube.com/watch?v=pGfL3wSCdpQ

- https://m.youtube.com/watch?v=NsvdPP3st3o

Ça m'a donné le cafard. On sent la lourdeur turco-ottomane. Je préferre voir les églises arméniennes en mileux arabo-musulmans.
#17621

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 19:20:45)

Hors ligne

 

#84 05-12-2018 19:32:13

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

- Les www de RENVOIS se trouvant DANS ce 'thread' "Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR" à des messages#nn et à des rubriques (#NN) sont actualisés à ceux du nouveau du nouveau forum.

PS - Il y a à penser de préparer un tel index des villes et régions de Turquie sur web : chaque fois qu'il y a une actualité (franco-)turco-politique rapportée dans des médias français, les CCAF et associations peuvent penser à y signaler les traces historico-archéologico-arméniennes.

http://citation-celebre.leparisien.fr/plugin/citation/view/resource/public/img/beautiful-image/generic/49083.png . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_2/alichane_effets.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_2/alichane.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_a/1yervantherian.jpg

#20890

Dernière modification par Adic2010 (05-12-2018 19:55:49)

Hors ligne

 

#85 23-05-2019 15:10:07

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Il y a le site Houshamadyan de Berlin qui a des pages arménisantes classées par vilayet. On peut en avoir diverses utilisations :

- informer les associations Franco-Turques avec copies aux bibliothèques municipales, radios locales, paroisses-diocèses, etc.

- chaque fois que l'on parle d'une personnalité (TRUCO-)TURCO-POLITIQUE dans les médias et qui droit originaire d'une telle ville ou région, en faire état des bibliographies arméniennes au journaliste ou à la rédaction du média en question

https://www.houshamadyan.org/fileadmin/_migrated/pics/Mapa_osmanian_empire_22_02.jpg
#22816

Dernière modification par Adic2010 (23-05-2019 15:10:28)

Hors ligne

 

#86 30-05-2019 15:57:44

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Dans la liste des associations amicales franco-turques donnée par le COJEP, il y a certaines qui sont pour des originaires d'une ville de Turquie. Ainsi il y a :

N#62   /  Association Culturelle et de Solidarité de Posof à Bordeaux (A.C.S.P)
N#74   /  Association Culturelle et Sportive Kayseri Kermelik
N#206 / Association des Supporters de Trabzonspor-Le Mans
N#248 / Association Pissidia Antiochia Yalvaç – Bordeaux (APAY)
#22960

Dernière modification par Adic2010 (30-05-2019 15:58:57)

Hors ligne

 

#87 11-07-2019 11:50:27

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

L’église arménienne Sourp Minas d’Erzeroum à l’abandon est vandalisée par les « chasseurs du trésor des Arméniens ». Merci à Krikor Amirzayan pour cette info.

http://www.armenews.com/IMG/arton15384.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_a/1yervantherian.jpg . https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcQhyI6xbLo2SSSPNaGmbUNwXRAIhZVKsUmgE_-7j3ytEmGwBzwS . http://www.france-politique.fr/logos/pej2014.png . Les CCAF sont-ils conscients de l'importance en informations historico-culturelles des bibliothèques municipales et inspections académiques départementales de chaque commune de France où se trouvent des associations en amitié avec les COJEP et le PEJ ??

RIEN n'empêche les CCAF d'organiser (au moins) un tel travail culturel de base -puisqu'ils n'osent pas demander la dissolution du COJEP et du PEJ : deux entitées turco-négationnistes en toxicité
- à l'encontre du Vivre Ensemble
et
- à l'encontre du dialogue islamo-chrétien avec les franco-musulmans.(*)


On comprend que l'Association ARAM de Marseille a demandé la dissolution du COJEP. Merci d'en parler autour de vous -en particulier aux jeunes arménautes maitrisant les techniques d'internet. Nil.

PS - Une occasion aussi de faire des copies aux 'Clubs Unesco' et aux différents Sites français de 'Patrimoine mondial'.

- Thread faisant partie de la Rubrique : QUEL NÉGATIONNISME TRUCO-TURCO-BANALISÉ (Diyanet-Cojep-Pej) EN FRANCE ? (#85) ~ http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG UN TEL NÉGATIONNISME STRUCTURÉ, VA-T-IL OTTOMANISER (EN MÉTHODOLOGIE KÉMALISTE) L'ISLAM DE FRANCE ?  neutral

#23850

Dernière modification par Adic2010 (02-10-2019 23:53:22)

Hors ligne

 

#88 03-10-2019 00:07:51

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

Ces pages de HOUSHAMADYAN avec certains jpg et données anciennes évoquant Merzifon-Marzevan-Մարզուան vont justement intéresser notre ami MARZEVAN :

- Toumajan collection - Southfield (Michigan), USA

- Kasabach / Getoor collection - Southfield, MI, USA

#25391

Dernière modification par Adic2010 (03-10-2019 00:10:25)

Hors ligne

 

#89 14-10-2019 12:11:19

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/1jaf2ucfaf3alakyaz/00alakyaz00.jpg  - - ALAKYAZ=ԱԼԱԳԵԱԶ.N#48~Janv.2017-page.4 . Andrinople, ville arménienne atypique, entre Grèce et Bulgarie, l Roy Arakélian - Marguerite Haladjian

La position géographique excentrée d’Andrinople par rapport au terrtoire historique de l’Arménie – la ville est située à la frontière de la Grèce et de la Bulgarie – de même que le relativement faible pourcentage de population arménienne, justifient probablement l’absence d’intérêt des auteurs pour cette communauté. En effet, malgré la contribution indéniable des Arméniens à l’histoire d’Andrinople, il n’existe actuellement aucune étude portant sur la présence arménienne attestée dans cette cité antique au passé glorieux où diverses nationalités ont cohabité : Arméniens, Bulgares, Grecs, Juifs et Européens.

Pourtant, placée à un point stratégique incontournable vers lequel convergent les voies de communication de toute la Thrace, cette ville, créée par l’empereur romain Hadrien, a une histoire très riche à laquelle les Arméniens ont contribué activement pendant près de 1 800 ans.

Si les légendes évoquées par Hérodote font remonter à la nuit des temps la présence arménienne dans les Balkans, tout en soulignant l’origine thraco-phrygienne du peuple arménien, les témoignages fiables de cet ancrage dans la cité ne commencent qu’à l’époque romaine. Ainsi, lors de la bataille d’Andrinople le 9 août 378 après Jésus-Christ, les militaires arméniens, guidés par le roi arménien Varazdat, se trouvaient aux côtés de l’empereur romain Valens. Le roi Tiridate serait même passé avant eux dans la ville alors qu’il se rendait à Rome pour recevoir la couronne des mains de Néron.

A partir du milieu du VIe siècle jusqu’au xIe siècle, la communauté arménienne d’Andrinople sera alimentée par l’arrivée des militaires byzantins dans le but d’assurer la défense du front balkanique, et, accessoirement, par le déplacement de grandes familles arméniennes que l’on cherchait à éloigner de leur territoire historique, ce qui explique la présence de Mamikonian, de Bagratuni ou d’Arsacides dans les lieux.

C’est également dans cette ville que naîtra l’Arménien Basile Ier, le fondateur de la dynastie dite « macédonienne », qui régnera sur l’Empire byzantin du IXe siècle au xIe siècle et le mènera à son apogée.

Comme témoignage prestigieux de la culture arménienne depuis le Moyen Age, on notera que l’un des plus anciens manuscrits arméniens connus, l’Évangile d’Andrinople, fut en effet calligraphié et enluminé en l’an 1007.

Après la conquête ottomane, ce sera l’architecte d’origine arménienne, Sinan, qui réalisera au XVIe siècle, une quinzaine d’ouvrages, notamment l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture islamique inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, la mosquée Selimiye.

Les Arméniens garderont à l’esprit quelques personnalités célèbres originaires d’Andrinople dont les noms sont restés gravés dans l’Histoire. Ainsi, Vartabed Garabed Andrianatzi, élève et compagnon de l’archevêque Oskan de Yerevan, qui réussira à faire éditer, en 1666, la première bible en arménien à Amsterdam.

En outre, deux Andropolitains seront patriarches de Constantinople, Bogos Ier Krikorian, patriarche de 1815 à 1823 et Sarkis Kuyumciyan, patriarche de 1860 à 1861.

La puissance des Arméniens d’Andrinople se manifeste également dans la vie politique ottomane. Ainsi, Rupen Yaziciyan sera-t-il député au parlement d’Andrinople, en 1876, lors de la première assemblée constituante. Hagop Babiguian, membre d’Union et Progrès, assurera cette même charge lors de la seconde assemblée constituante.

Enfin, la vie intellectuelle n’est pas en reste, la ville ayant vu naître le grand satiriste, Hagop Baronian.

PS - J'ai connu un arménien de Paris qui était né À Édirné : M. Onnik BOYADJIAN, décédé vers 1965  ~~  ÉDIRNÉ.fr  ~~  Wikipedia existant aussi en hayérèn 
#25635

Dernière modification par Adic2010 (22-10-2019 17:38:23)

Hors ligne

 

#90 16-10-2019 15:29:08

Adic2010
@rmenaute

Re: Archéol.hist. arméniennes / villes de TR >> informer associat.turq.FR

EN COURS DE FORMATAGE +  Img de gravures à chercher. MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION. Nil.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/1jaf2ucfaf3alakyaz/00alakyaz00.jpg  -  Une dynastie d’architectes : les Balian / par Alice Mavian /  ALAKYAZ=ԱԼԱԳԵԱԶ.N#65~Juil.2018~pp.3-4

Nous vous avions livré il y a quelques mois un article sur SINAN fondateur de l’architecture ottomane classique.

La dynastie des Balian, originaire d’Anatolie Centrale, a servi les sultans, elle, de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, et a laissé une marque indélébile sur le paysage architectural ottoman et surtout d’Istanbul et de ses environs. Pendant plus de cent ans les Balian ont contribué à la richesse architecturale d’Istanbul. Composée de neuf architectes cette dynastie de trois générations a eu pour fondateur Meremetci Bali Kalfa (mort en 1803) suivi de ses fils Krikor Amira (1767-1831) et Senekerim Amira (mort en 1833), puis le fils de Krikor, Garabed Amira (1800-1866) qui eut lui-même cinq fils Nigoghos (1826- 1858), Sarkis (1835-1899), Agop (1838-1875), Simon (1846- 1894) Levon (1855-1925). Ils ont au cours des générations su équilibrer tradition et modernisme, se rapprochant des normes occidentales. Après les Balian, d’autres architectes arméniens ont transformé et lentement modernisé la ville d’Istanbul au tout début du xxe siècle.

Les cinq dernières générations de sultans de l’Empire Ottoman ont bénéficié pour les bâtiments officiels et les constructions privées du dynamisme des Balian, qui architectes et entrepreneurs impériaux ont occupé une position reconnue. Kalfas (c’est-à-dire maîtres), l’Etat essaya de plus en plus de s’approprier ces kalfas non musulmans. Les Balian dessinaient, faisaient les plans, construisaient, se fournissaient chez les mêmes fabricants, avaient tout un réseau et de grands moyens à leur disposition mais suivaient les vœux du Sultan. Ils avaient le monopole des travaux impériaux, étaient exemptés d’impôts et libérés de beaucoup d’obligations, ils bénéficiaient d’un statut héréditaire. Ils parlaient plusieurs langues couramment ce qui leur permettait d’avoir des contacts privilégiés avec l’Occident.

Krikor a commencé sa carrière sous Selim III (1761-1808), – ses grandes réalisations datent de ce Sultan – et l’a continuée sous Mahmud II (1784-1839): le palais Beylerbeyi, le Palais Valide, le Palais Defterdar et le Pavillon Aynalikavak, la Caserne Selimiye et ses dépendances. La caserne Selimiye construction très importante car en contraste avec ce qui avait été construit précédemment, ses échelles, ses proportions et ses lignes reflètent simplicité et équilibre. À 32 ans, Krikor a bâti le barrage Valide. La Mosquée Nusretiye réalisation de sa maturité a marqué la fin du style baroque ottoman. Amira (chef de sa communauté), Krikor tenta de calmer le jeu entre les Arméniens catholiques et grégoriens. Il mourut à Usküdar en 1831. Enterré au cimetière arménien de Baglarbaşi, sa tombe comporte deux épitaphes l’une en arménien, l’autre en ottoman.

Presque toutes les grandes mosquées commandées par les Sultans à Istanbul dans la première moitié du xIxe siècle ont été l’œuvre des Balian.

Au XIXe siècle les architectes en Turquie prirent un tournant décisif vers les normes occidentales et ce sont le Tanzimat de 1839* et l’Islahat de 1856 qui les y aidèrent. Pendant le XVIIIe siècle l’ottoman baroque avait été un nouveau style de construction. Le Palais de Topkapi a été abandonné pendant la première moitié du XIXe siècle. De nouveaux bâtiments pour les ministères, les hôpitaux, les bureaux de poste, les gares changèrent le visage de la ville, au risque de déplaire aux écrivains occidentaux qui ne trouvaient plus le visage oriental d’Istanbul.

Aucune école d’architecture n’existait dans le pays et des architectes étrangers venaient construire leurs ambassades à Pera, Beyoglu. Le bureau des architectes impériaux tenait lieu d’école. De plus en plus les architectes des pays d’Orient, les Grecs, les Arméniens ont commencé à entreprendre les bâtiments publics de leurs communautés : églises, écoles et hôpitaux mais aussi des constructions privées: appartements et bureaux. Si certains étaient passés par des apprentissages, beaucoup au fur et à mesure avaient étudié l’architecture en Europe en particulier à Rome et à Paris.

Garabed Balian amira kalfa et ses collègues amiras, reconstuisèrent les églises, les monastères, firent imprimer des livres, et créèrent des écoles toujours en relation avec l’Eglise et les valeurs traditionnelles. Garabed veilla à régénérer les arts et aida les jeunes artistes arméniens. Architecte, avec son beau-frère Hovhannès Amira Serverian, de Dolmabahce, construction qui laissa loin derrière le Palais de Topkapu, sa première œuvre fut l’hôpital arménien de Yediküle. Il eut dix enfants dont 4 devinrent architectes (quand on parlait d’hérédité !). Architecte des sultans Mahmud II (sultan de 1808 à 1839) Abdül Medjid (sultan de 1839 à 1861) et Abdülaziz (sultan de 1861 à 1876) il construisit avec son fils Nigoghos, pour ne parler que des monuments encore visibles, Dolmabahce et ses dépendances, le monument le plus exceptionnel du XIXe siècle ottoman.

Dolmabahce, le dernier palais des sultans, offre un intérieur somptueux, une façade sur le Bosphore en harmonie totale avec l’environnement marin. Il a été édifié entre 1844 et 1856 amalgamant l’art de la Renaissance italienne, du baroque frannçais, du rococo allemand, du néo-classicisme anglais et russe, il est plein de contrastes ornementaux. Sa construction témoigne d’un haut niveau technique. Servenian introduisit à Istanbul le style occidental dans la sculpture de la pierre et du bois.

Garabed construisit l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan, la Caserne de cavalerie Küleli, le complexe Terkos, le barrage Kirazli, l’Eglise Sourp Asdvadzadzin de Beşiktaş, presque tous monuments classés. Garabed a été enterré au cimetière arménien de Beşiktaş mais sa tombe n’existe plus.

Les successeurs de Garabed comme son fils Nigoghos sélectionnèrent d’abord les idées recueillies à l’étranger puis les appliquèrent. Avec Sarkis et Agop, ils avaient étudié à Paris au Collège Sainte-Barbe et été influencés par Henri Labrouste**. Nigoghos y avait appris l’architecture en 1842 puis était rentré à Constantinople pour y travailler avec son père (Dolmabahce) et acquérir de l’expérience. Agop, envoyé à Paris en 1855, diplômé en architecture au collège Sainte-Barbe en 1858, continua ses études à Vienne, à Venise. Sarkis, à Paris en 1843 puis en 1848 suivit aussi les cours de l’Ecole Centrale, et fut étudiant aux Beaux-Arts de Paris dont il sortit diplômé en 1850. En 1864 il reçut le titre de Bey, fut nommé architecte impérial à 35 ans comme d’ailleurs son frère Agop. Construisant très vite, Sarkis dirigea jusqu’à 6000 ouvriers. Médaillé par les rois, empereurs et tsars de l’époque (Bavière, Autriche, Allemagne, Russie), il avait beaucoup d’amis de haut rang. Véritable homme d’affaires, il reçut le monopole de construction de lignes de chemin de fer et de mines, coopéra avec de nombreuses banques et constitua un capital d’un million de livres-or ottomanes. Cependant le Sultan Abdül Hamid le força à s’exiler à Paris pendant plus de 10 ans, il revint à Istanbul grâce au pardon accordé par le ministre du Trésor Agop Pacha.

Les bâtiments construits par les Balian ressortirent intacts des tremblements de terre de 1874 et le sultan Abdülaziz très impressionné décora Sarkis Bey qui reçut le titre d’architecte d’Etat en chef en 1878. Intéressé par les arts, Sarkis, peintre et musicien, aida financièrement les artistes de talent. Ami d’Aïvazovsky il accueillit le peintre chez lui pendant deux mois, le présenta au Sultan Abdülaziz qui lui commanda des peintures pour Dolmabahce. À la mort de sa femme Makrouhi, fille d’Arakel-Sisak Dadian, Sarkis construisit l’école Makrouhian à Beşiktaş mais aussi l’école Arshagouniats à Dolapdere et une autre à Van. Il a été l’architecte d’environ 50 œuvres toutes de grande envergure : les palais Beylerbeyi et Ciragan, Il rénova le Grand Bazar. Il est l’auteur des monuments les plus importants de l’héritage culturel d’Istanbul. Nigoghos essaya de créer une renaissance dans l’architecture ottomane en revoyant les orne- ments, introduisant des peintures colorées à l’intérieur du Palais Ciragan et des dessins sur les façades rappelant les motifs de la Renaissance italienne et même le trompe-l’œil. Le Palais Ciragan a par ailleurs une promenade d’environ 1,5 km le long du Bosphore.

Les Balian ne furent pas seulement des architectes mais des intellectuels. Sarkis fit des projets pour une nouvelle école des arts et métiers ottomans avec apprentissage des langues, des mathématiques, des sciences et de l’administration. Le Palais Beylerbeyi formé de 3 unités, les ministères de la Guerre et de la Marine, des mosquées et des ensembles de maisons d’habi- tation (Akaretler commencées en 1875 par décret impérial) le complexe du Palais Yildiz ont été ses grandes réalisations.

La dynastie Balian a construit 6 palais, 15 petits palais, 2 pavillons de chasse, 3 mosquées, 4 casernes, 2 ministères, 2 écoles, une fontaine monumentale, une usine et un entrepôt, des maisons d’habitation, une tour d’horloge... Elle s’éteignit avec Sarkis qui mourut en 1899 à Kourouchechmé et fut enterré dans le cimetière arménien de Baglarbaşi lors de funérailles dignes de son rang.

Ne vous y trompez pas, certaines constructions ont demandé du temps et été l’œuvre conjointe de plusieurs architectes Balian. Quel visage aurait la «perle du Bosphore» sans leur apport?

PS - La plupart des documents turcs ne mentionnent pas l’origine arménienne des Balian. Un livre très intéressant bilingue arménien-anglais a été édité par les Publications internationales Hrant Dink en 2010: Armenian architects of Istanbul in the era of westernization.
______________

* Entre autres, «greffer de bonnes pratiques européennes sur l’empire ottoman».
** Architecte reconnu, Labrouste avait ouvert un atelier de formation d’architectes en 1830, il avait exploité les possibilités du métal pour les structures et du verre pour les coupoles, avait développé les décors de faïence.

#25680

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2019 20:31:29)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -