Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 12-01-2019 10:00:45

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Dernier ouvrage de Zabel Yessayan

http://www.agos.com.tr/tr/yazi/21732/ye … -son-eseri

http://admin.agos.com.tr/Upload/Agos/Images/2018/12/kitap%20kirk%20119.jpg

http://admin.agos.com.tr/Upload/Agos/Images/2018/12/kitap%20kirk%2012_13_119.jpg

Esprit, nature, saint amour Zabel Yesayan et "Dernier calice"

18/12/2018
ARİF TAPTAN

Zabel Essayan quand son nom est entendu aujourd'hui en Turquie, non seulement dans les milieux universitaires à travers la littérature lit ce nom a également l'argent plus. Bien que cette réponse ait été trouvée pour la première fois par les définitions d’être une femme intellectuelle arménienne, une écrivaine «féministe» ou un «témoin», il est possible de parler de la conscience d’une «littérature Zabel Yesayan». Ils pensent que cela est encore une conscience limitée développée autour lentement lecteurs en Turquie, ils peuvent renoncer à ces idées. La raison pour laquelle je dis cela est que les barrières linguistiques entre Zabel Yesayan et le lecteur qui lit le turc sont une à une.

Les deux récits de Zabel Yesayan en turc "Les jardins de Silahtar" (Belge Publications, 2006 [Silihdari Bardeznerı, 1935]) et "Entre les ruines" (Aras, 2014 ["Averagnerun Meç", 1911]), suivis de Mehmet Fatih Uslu d'abord en 2015, «Meliha Nuri Hanım» (1928), puis en 2016 des nouvelles de «Mon esprit exalté» («Hokis Aksoryal», 1922). Une autre nouvelle de Yesayan, The Last Chalice imiz (yine Verçin Pajagı ', 1924), fut la raison de la rédaction de cet article.

Rangées d'Adrine

Likle C'était notre dernier amour, ma chère, le dernier gobelet kad Nous serions saoulés avec lui, lentement, magnifiquement et magnifiquement. Au coucher du soleil, nous attendons qu’elle sorte toutes les secondes, même quand elle pense s’être déjà éteinte, comme dans le ciel, dans la lueur surprise et dans la lumière colorée, elle est reportée. Adrine, mariée à Mikayel Hovsepyan, a écrit à Arshag Seropyan, qu’il appelle «ma chérie», qu’il tombe amoureux d’un sentiment indéfinissable et extrêmement fort. Compte tenu de l’amour qui a propagé à la fois ces lignes et ces lignes, et de l’amour qui a transcendé tout le récit, une attraction exceptionnelle se situe entre Adrine et Arşag. Je dis l'exception parce que le texte du récit du début à la fin, Cet attrait, sur lequel il a été construit, promet au lecteur au-delà d’un «amour interdit» ordinaire. Adrine, qui est très confiant en lui-même, peut observer avec élégance son entourage, son esprit et son monde d'émotion lui permettant de tirer les conclusions les plus détaillées sur l'âme et la nature humaines et, soudain, il commence à se sentir si profondément contre Arshag. dans les moments où il se trouve, il gèle soudainement, pour ainsi dire, la notion de temps est éliminée. Bien que nous ne puissions pas comprendre d'un coup d'œil où nous nous situons, nous voyons que nous sommes dans les années 1910 à Uskudar. Laissant de côté le plan fictif du texte, on verra que même si on regarde le plan historique, Adrine n’influence pas les sentiments d’Adrine. Comme je l'ai dit plus haut, cet amour qui a épanoui les moments et a éliminé le concept de temps démantèle également les gaines généralisées des normes historico-sociales revêtues par les individus. L'amour d'Adrine pour Arshag avant son mari Mikayel, dans la maison; alors c'est une révolte contre la société et le public. La même chose est vraie pour Arshag, car il est marié et a des enfants comme Adrine.

'Présentez votre âme'

Adrine, qui lui a écrit ce texte, le dernier Graal, ne nous a jamais vraiment perçues comme une femme mariée qui trompait son mari, ni comme un amour interdit, ni même pour son amant quand elle a rencontré son amant. nous le voyons comme une femme égoïste. La seule chose qui a écrit ce texte à Adrine est de "promouvoir son âme" auprès de son amant. Ce faisant, il n'aura qu'une chose en tête: in Mais qu'en est-il de moi, à partir de méthodes littéraires? Je veux exprimer mon coeur, je veux chanter ma chanson, je suis juste en train d'écrire pour toi, ma chérie ifade kalb

Cet amour exceptionnel qui oblige Adrine à n'écrire que pour son amant est exempté de certaines des audiences susmentionnées. Car ce n’est pas un simple «amour», mais une combinaison de deux âmes. Il est très confiant en lui-même contre toutes sortes de jugements qui peuvent être portés à la combinaison d'esprit.

La motivation de base du récit est le caractère sacré de l'amour entre les deux amants, ce qui maintient l'attrait entre Adrine et Arşag ”à l'écart des règles et du scénario de l'homme, et de tout type de jugement moral, de tout type de jugement. Je ne porte pas la parole, tout amour est sacré. Cet amour, qui se reflète dans les lignes écrites par Adrine à son petit ami, est «applaudi» à chaque instant que l'un de ses amants se rencontre ou quand Adrine pense à Arshag. Dans le récit, il y a un amour béni, sanctifié et même baptisé. Arshag devient la divinité des royaumes d'émotion d'Adrine. C'est le Messie, qui est béni à chaque occasion dans le récit du fait que la chose entre deux amoureux est bénie à chaque occasion et nous invite à aller au-delà du monde humain:

Esprit et nature

Un autre point qui mérite d’être souligné dans le «dernier calice» est que les récits d’esprit et de nature dans le texte sont présentés de manière parallèle. Comme nous connaissons les autres récits de Yesayan, en tant qu'écrivain, il est assez important pour Yesayan de faire en sorte que la "réflexion sur la nature", "voir et voir la nature" dans le récit soit nécessaire. Pour "Le dernier calice", je pense qu'il serait faux de dire "un esprit et un récit naturel". Ce qui illustre ce parallélisme de l'esprit et de la nature dans le récit, c'est la nature elle-même, qui permet d'exprimer et d'exprimer ces regards dans le regard tourné vers l'intérieur d'Adrine ou dans une vision tournée vers l'extérieur des autres. La nature et la majesté des deux Adrine avec la majesté et l'amour de noble d'Arshag, C'est aussi la seule source d'amour transformée en bénédiction. Ce qui se passe là-bas est ce qui se passe dans l'âme. La "tempête dans l'âme" d'Adrine n'est pas indépendante de la "tempête dans la nature".

Il y a un autre point qui fait que cette relation esprit-nature en vaut la peine, et c'est le type d'appartenance qui lui confère une sorte d'appartenance en promettant d'être sécurisée pour l'âme à travers la totalité et l'intégrité de la nature. Dans de nombreux endroits du récit, nous voyons ces «héritages», «existence avec la nature». En outre, outre la perception générale de la nature, nous pouvons également penser que la nature est un pouvoir qui rappelle la nature de la terre dans laquelle nous vivons, c'est-à-dire la nature d'Üsküdar, ainsi qu'un canal de rappel / rappel / rappel. Cependant, à ce stade, il serait plus juste de penser au texte avec Yesayan, l'auteur réel du texte, plutôt que le narrateur du texte Adrine. Une telle vie sincère, sanglante, presque enveloppée dans l'humain; Üsküdar, qui sort du texte avec toutes ses couleurs, ses sons et son parfum

Considérant que «Le dernier calice» a dû quitter Istanbul en 1915, Yesayan en 1916 l’a écrit en «exil», un port qui s’abritera dans la nature sera atteint, puis atteint comme un «canal». Nous pouvons avoir un sens. Cette relation avec la nature n'est pas une coïncidence, ou du moins une "romantique" signifie un sens autre qu'un certain nombre d'intentions d'auteur. Le tournant de la narration parallèlement à l’arrivée de l’hiver et du printemps, Adrine faisant éclater tous les boutons dans l’esprit et dans l’esprit du monde, dün je ne sais pas comment une similitude, quel genre d’harmonie entre notre âme et la nature le fera dire à Adrine.

'The Last Chalice' est un récit très puissant qui doit être évalué à de nombreux égards et à l'aide d'approches plus subtiles. Bien sûr, la seule chose qui nous permette de discuter de toutes ces choses sur la littérature yésayenne, en particulier pour ceux qui ne connaissent pas le pozisyon arménien, est que cette littérature est en cours d’apparition en turc aujourd’hui et - bien que je n’ai pas pu faire cette évaluation - la dernière chose que je ne voulais pas parcourir sans stress izi est en train de traduire. Espérons que le yap Last Calice derin Yesayan ne soit pas le dernier ouvrage d'Olmas en turc et de débats plus approfondis sur la littérature yessayenne.

Le dernier calice

Zabel Yesayan

Traduction: Mehmet Fatih Uslu

Aras Publishing

120 pages.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -