Soutenez Armenews !

Vous devez Ítre inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'Ítes pas identifiť.

Annonce

Tout message postť sur ce forum engage la responsabilitť civile et pťnale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#51 14-04-2016 18:14:26

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSID√ČRATIONS ARM√ČNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

Page.Adic2 JIHAD MADE IN GERMANY bien avancée...

√† compl√©ter avec qq www de videos et surtout avec des titres bibliographiques de publications de l'√©poque o√Ļ les gens pourront trouver les www de leur scan d'origine.

A bien faire connaitre aux Goethe Institutes de France et des pays francophones en général. Trouver des éditeurs francophones pour les publier en français.

Gue hatchoghink. Nil.
#5530

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 10:20:17)

Hors ligne

 

#52 20-05-2016 21:12:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Il y a deux grandes pages dans le journal TAZ du 14 mai [img]aaa[/img].

Armenische Minderheit in Syrien, Aleppo, tragische Schönheit. Die syrische Stadt Aleppo war Heimat vieler verfolgter armenischer Christen. Mit ihrer Zerstörung droht auch das kulturelle Erbe zu verschwinden, Schindler.

Maintenant je ne sais pas ce qui est exactement écrit dans ces deux pages que l'on peut avoir même si l'on n'y est pas inscrit.

Avec google.traduction ce sera possible d'avoir une idée. Il y est écrit KOLLEKTIVES TRAUMA. C'est une indication. Nil.
#6483

DerniŤre modification par Adic2010 (11-01-2018 10:39:17)

Hors ligne

 

#53 20-05-2016 22:23:19

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Cet article n'est pas d'accès libre ....

Lire aussi à ce sujet :

http://armenianweekly.com/2016/04/15/al … l-14-2016/


https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcTkIXuUkqdt-LrfqdDjh78wSu2VrZXCgl1Qxxi1Uw1tnrNJH0_D

Hors ligne

 

#54 20-05-2016 23:56:40

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Cet article de TAZ.DE n'est pas signé, semble-t-il sur le web -alors qu'il l'était sur le papier-journal. Il y aura à voir si cet article dépasse la prose journalistique habituelle 'mainstream', événementielle, politicienne, eurocentriste anti-Orient, face à l'irruption de Daesch : sans parler de ses causes profondes visibles, invisibles non-décryptées ou occultées. On verra avec la traduction. Nil.

Armenische Minderheit in Syrien, Aleppo, tragische Schönheit. Die syrische Stadt Aleppo war Heimat vieler verfolgter armenischer Christen. Mit ihrer Zerstörung droht auch das kulturelle Erbe zu verschwinden, Schindler.

http://alternative-rohstoffwoche.de/wp-content/uploads/2013/10/taz_logo_web_2011.jpg

?Ganoven und kleine Halunken, Gaffer und Profiteure. Mister, welcome, just have a look, no taxes, tea for free. Der Suk ist ein Labyrinth.? Diese Zeilen schrieb der Schweizer Arch√§ologe und Autor Ivo Zanoni, als er um die Jahrtausendwende das letzte Mal in Aleppo war. Das war vor dem Krieg. Nun ist der Suk, der kilometerlange, weitverzweigte Basar der Aleppiner, das Unesco-Weltkulturerbe, zerst√∂rt. Kleidung wurde hier lautstark gehandelt, Gem√ľse, Obst und Gew√ľrze. Tonnenweise Gew√ľrze, sie erf√ľllten die Gassen mit orientalischen D√ľften, schw√§ngerten die Luft. Als der Krieg kam, sind die H√§ndler und ihre Kunden in Scharen geflohen, Richtung Norden, in die T√ľrkei, auch nach Europa.

?In Aleppo zu erwachen ist ein Gl√ľck. T√ľrkei, Arabien, Kurdistan, Armenien, Mesopotamien, Europa, Libanon, hier trifft sich einfach alles, W√ľstens√∂hne in festlichen Winterm√§nteln?. Ivo Zanoni war fasziniert von Aleppo, von der Multikulturalit√§t der zweitgr√∂√üten syrischen Stadt, vom friedlichen Miteinander der Religionen und Ethnien. All das liegt nach bald vier Jahren B√ľrgerkrieg in Tr√ľmmern.

Ich hatte viele muslimische Nachbarn und Freunde in Aleppo?, erinnert sich Tsola Demirjian an die Zeit vor dem Krieg, vor ihrer Flucht, die sie bis nach Berlin f√ľhrte. Demirjian kommt aus einer christlichen Familie, sie ist Armenierin. Ihre Herkunft, ihre Religion waren akzeptiert. Bis der B√ľrgerkrieg in ihrer Heimatstadt entbrannte. Immer wieder stockt sie beim Erz√§hlen, seufzt, neigt den Kopf. Ihr rotes Haar f√§llt √ľber die Schulter. ?Wir besuchten unsere Nachbarn, a√üen zusammen. Eine muslimische Freundin von mir ist manchmal mit mir in die Kirche gekommen.?

Im B√ľrgerkrieg gerieten die Armenier zwischen die Fronten eines Konfliktes, der sich zunehmend religi√∂s und ethnisch auflud. Auf einmal hie√ü es: ?Du bist ein Armenier, ich werde dich t√∂ten?, erinnert sich Tsola Demirjian. Die meisten der islamistischen Rebellen seien nicht aus Aleppo gekommen, meint sie. Sie seien bewusst eingeschleust worden, aus Saudi-Arabien, der T√ľrkei, um das politische System zu destabilisieren. Der radikale Islam h√§tte nie zu Aleppo gepasst, in diese liberale Stadt, diesen Schmelztiegel der Vielfalt.

Kirchen wurden angesteckt

Tauben haben die Armenier in Aleppo gez√ľchtet, bevor der Krieg kam. Daf√ľr war die Stadt bekannt. Zu Tausenden kreisten sie √ľber die D√§cher, wurden in Wettbewerben verglichen und ausgezeichnet. Die Bibel berichtet, dass schon Noah eine Taube fliegen lie√ü, um das Ende der Sintflut festzustellen. Die armenischen Christen haben die Symbolik aufgegriffen, zum Vardavar-Fest, einem Ritual zoroastrischen Ursprungs, lassen sie Tauben aufsteigen, um an die Geschichte von Noahs Arche zu erinnern. Und um sich zu vergewissern, dass jede Sintflut einmal endet.

Das friedliche Miteinander von unterschiedlichen Kulturen und Glaubensgemeinschaften in Aleppo war vor allem f√ľr die Armenier wie eine Auferstehung nach der ?Aghet?, der ?Katastrophe?, so nennen viele Armenier den V√∂lkermord an ihren Vorfahren. Hundert Jahre ist das her. Nun verlieren die Armenier von Aleppo erneut ihre Heimat. Kirchen wurden angesteckt, jahrhundertealte, kostbar verzierte B√ľcher verbrannt, Alt√§re zerschmettert. Die T√§ter: mutma√ülich die Freie Syrische Armee (FSA), die in gro√üen Teilen der westlichen √Ėffentlichkeit als Befreier von der Tyrannei Assads galten. Das Geld und die Waffen der FSA kamen auch aus dem Westen ? ignoriert wurde daher bei den Waffenverk√§ufen die Verbindung der Rebellen-Opposition zu salafistischen Kr√§ften.

Wer in Aleppo im Krieg nicht sein Leben verlor, verlor seine Existenzgrundlage. So wie Tsola Demirjians Familie. Die 42-J√§hrige sitzt auf der Terrasse des armenischen Kulturzentrums in Berlin, jeden Freitag kommt sie hierher. 60.000 Armenier lebten vor dem Krieg in Aleppo, heute seien es noch 8.000, sch√§tzt sie und erz√§hlt die Vertreibungsgeschichten ihrer Familie. Die von jetzt. Und jene von damals: Ihr Gro√üvater stammte aus Urfa, das heute in der T√ľrkei liegt. In einer Holztruhe transportierte er, selbst nur zehn Jahre alt, seine kleine Schwester Hovagim Anusch w√§hrend der Massaker und Vertreibungen durch die Osmanen vor einhundert Jahren von Urfa bis nach Deir al-Sor ? aus Angst davor, dass das kleine M√§dchen verschleppt wird. Eine Strecke von rund 300 Kilometern. Die zwei √ľberlebten den Pogrom.

Deir al-Sor wurde f√ľr die Armenier zum kollektiven Trauma: In Konzentrationslagern wurden dort im Jahr 1915 Hunderttausende Menschen vernichtet, in H√∂hlensystemen wurden sie bei lebendigem Leibe verbrannt, in der W√ľste Mesopotamiens liefen sie sich zu Tode. Insgesamt fielen dem V√∂lkermord mehr als eine Million Menschen zum Opfer, die Zahlen sind bis heute ein Politikum. Im v√∂lkisch-nationalistischen Weltbild des jungt√ľrkischen Staates war kein Platz f√ľr Minderheiten; Kurden, Armenier und andere Volksgruppen passten nicht ins Bild einer homogenen T√ľrkei. Der beginnende Erste Weltkrieg wiederum lieferte f√ľr die Vernichtungspolitik den perfekten Deckmantel.

Kollektives Trauma

W√§hrend des Krieges war Aleppo wichtiger Eisenbahnknotenpunkt und Durchgangsstation f√ľr Hunderttausende armenische Deportierte. Von hier aus wurden sie in Todesm√§rschen in die mesopotamische W√ľste verschleppt. ?Die Gendarmen trieben die elenden abgemagerten Gesch√∂pfe, denen vielfach der Tod auf dem Gesicht geschrieben stand, mit Peitschenhieben vor sich her durch die Stra√üen Aleppos zum Bahnhof. (?) Die Einwohner der Stadt, die Wasser und Brot verteilen wollten, wurden daran gehindert.? Das schrieb Walter R√∂√üler, Konsul Aleppos, an den deutschen Botschafter in Konstantinopel. Doch die deutschen Verb√ľndeten der jungt√ľrkischen Regierung sahen die Vernichtung der Armenier als notwendig an, als ?hart, aber n√ľtzlich? bezeichnet Hans Humann, Marineattach√© an der deutschen Botschaft in Konstantinopel, den Genozid.

Ungeachtet der Befehle seiner preu√üischen Vorgesetzten half Walter R√∂√üler dabei, Armenier vor dem sicheren Tod zu bewahren. In Aleppo bildete sich ein Hilfsnetzwerk f√ľr Tausende armenische Waisenkinder, die Aleppiner versteckten eine bis heute unbekannte Zahl an Verfolgten. Aleppo wurde f√ľr die Armenier zum Fluchtpunkt. Zur Diaspora in Syrien. In den 80er Jahren kamen auch die Gro√üeltern von Tsola Demirjian in die Stadt, in der die armenische Kultur bereits seit Jahrzehnten eine Renaissance erlebte.

Aleppo war einer der wenigen Orte, an denen in der Region armenische B√ľcher und Zeitungen gedruckt wurden. ?Wir haben unsere Kultur frei ausgelebt, die Feste, den Glauben. Und wir hatten eigene Schulen, wo wir die armenische Sprache, die Geschichte und die christliche Religion unterrichtet bekamen. Auch christliche Araber sind in die Schulen gekommen.? Tsola Demirjian spricht bewegt vom alten Leben vor dem Krieg.

Friedliche Koexistenz

Das Bild der friedlichen Koexistenz, wie sie es beschw√∂rt, sei keineswegs √ľberzeichnet, sagt der syrische Historiker Issam Ballouz: Die Armenier h√§tten in Aleppo, wie auch im Gro√üteil Syriens einen ?Ruf der Ehrlichkeit und Zuverl√§ssigkeit? genossen, sagt Ballouz. Das lag wohl auch an ihrer starken wirtschaftlichen Stellung: Die Armenier h√§tten viele technische Errungenschaften nach Aleppo gebracht, vom R√∂ntgenger√§t √ľber das Auto bis hin zum ersten Traktor. Das belegt der Historiker anhand von arabischen Texten aus dieser Zeit. Die Armenier etablierten auch das Dreherhandwerk, das Schwei√üen und Nieten. Neben Beirut im Libanon war Aleppo bis zum B√ľrgerkrieg das gr√∂√üte armenische Refugium an der Levante.

Als im Jahr 2012 der B√ľrgerkrieg begann, haben sich die Armenier, im Gegensatz zu vielen anderen ethnischen und religi√∂sen Minderheiten Syriens, nicht mehrheitlich gegen das Assad-Regime gestellt. ?Die Armenier in Aleppo haben darauf vertraut, dass die syrische Regierung schnell wieder die Oberhand gewinnt?, erinnert sich Harout Ekmanian, selbst Armenier, Journalist und Anwalt, Aleppiner bis vor einigen Jahren, heute New Yorker. Was vermissen Sie am meisten, wenn Sie an Aleppo denken, Herr Ekmanian? ?Die Tage, in denen die Stadt nicht in den Nachrichten war?, sagt er.

Zwischen den Fronten

W√§hrend andere Minderheiten, wie die Suryoye, das sind die Aram√§er, oder die Kurden in Nordsyrien f√ľr die Selbstverwaltung ? und damit gegen Assad ? k√§mpfen, hielten und halten sich die Armenier im syrischen B√ľrgerkrieg zur√ľck. Zu oft schon standen sie zwischen den Fronten, sie haben sich mit dem syrischen Regime arrangiert. Assad war auch so etwas wie die Schutzmacht der Armenier. Er brauchte sie, um die Machtbalance zwischen der mehrheitlich sunnitischen Bev√∂lkerung des Landes und den vielen Minderheiten ? er selbst ist Alawit, nicht Sunnit ? aufrechtzuerhalten. Das war lange Zeit der Trumpf der syrischen Armenier. Mit dem Zerfall Syriens ist er verspielt.

Aleppo zerfiel im B√ľrgerkrieg in verschiedene Viertel, ein Teil der Stadt wurde von Assad gehalten. Ein anderer Teil sei von islamistischen Milizen kontrolliert worden, erinnert sich Tsola Demirjian. Am Anfang sei es noch m√∂glich gewesen, die von den Rebellengruppen kontrollierten Stadtteile zu betreten ? auch wenn das f√ľr die christliche Minderheit zunehmend mit Repression verbunden war: ?Wenn ich auf die andere Stra√üenseite wollte, musste ich ein Kopftuch tragen."

Tsola Demirjian hat vor ihrer Flucht viele Jahre lang in einer Apotheke gearbeitet, die ihrer Familie geh√∂rte. Im Herbst 2015 wurde die Apotheke von Islamisten gepl√ľndert und zerst√∂rt. Tsola Demirjian und der Gro√üteil ihrer Familie beschlossen, aus Aleppo zu fliehen: ?Wir wussten, wenn wir bleiben, verlieren wir auch unser Leben.?

Unter den aleppinischen Armeniern machte ein Spruch die Runde: ?Barfu√ü sind wir hier angekommen, barfu√ü gehen wir von hier fort.? Viele flohen nach Armenien. In der Hauptstadt Eriwan gibt es bereits Pl√§ne f√ľr einen Stadtteil, der f√ľr die syrisch-armenischen Fl√ľchtlinge bestimmt ist. Er soll den Namen ?Neu-Aleppo? tragen. Andere harren in der T√ľrkei aus oder machen sich auf den Weg nach Europa.

Die Bomben aus der Luft
Die Situation erscheint hoffnungslos: Am 22. April sollte in Genf eine Zwischenbilanz zu den Friedensverhandlungen zwischen dem syrischen Regime und den Rebellen vorgestellt werden. Doch stattdessen fielen erneut Bomben auf Aleppo. Die Friedensgespr√§che stehen auf t√∂nernen F√ľ√üen.

Zwischen den Gesch√ľtzstellungen stehen die Ruinen der Menschheitsgeschichte, ihr Wert ist kaum in Worte zu fassen. Die Siedlungsgeschichte von Haleb, wie Aleppo von der arabischen Bev√∂lkerung genannt wird, geht in die Zeit um 5000 vor Christus zur√ľck. Bis heute sind Spuren der hellenischen Stra√üenf√ľhrung erhalten, es finden sich √úberbleibsel von hethitischen Tempeln, die wohl um 1200 vor Christus errichtet wurden. Dazu byzantinische Kirchen und prachtvolle Moscheen.

Mittlerweile jedoch haben die meisten Arch√§ologen die Stadt verlassen. Im April 2015 berichtete die armenische Zeitschrift The Armenian Weekly von der Zerst√∂rung der armenisch-orthodoxen 4-M√§rtyrer-Kirche, einer der √§ltesten Kirchen Aleppos. Es ist nur ein winziger Ausschnitt der Zerst√∂rung, unklar ist, wie viele Kultursch√§tze f√ľr immer verloren sind.

Die Tauben von Aleppo sind entflogen. F√ľr immer, k√∂nnte man meinen. G√§be es da nicht Exil-Aleppiner, die immer wieder von vorne beginnen wollen. Einer ist Mamoun Fansa. Der nun 70-j√§hrige Historiker entstammt einer liberalen sunnitischen Familie. Gern erz√§hlt er von seinem Gro√üvater, der im Ersten Weltkrieg drei armenische Waisenm√§dchen mit in die Familie aufnahm. Oder von seiner Mutter, die bis zur mittleren Reife auf eine christliche Nonnenschule ging.

Mit 20 Jahren ist Fansa nach Deutschland gekommen, weil er sich dem Kriegsdienst in Syrien entziehen wollte. ?Uniformen waren mir noch nie geheuer?, sagt er. Bis 2011 war er Direktor des Landesmuseums Natur und Mensch in Oldenburg. Jetzt, im Ruhestand, hat sich Fansa ein ambitioniertes Ziel gesetzt: Er plant den Wiederaufbau Aleppos, f√ľr die Zeit nach dem Krieg.

Neuanfang

Der Historiker, ein Mann mit rundem Gesicht und herzlichem Blick, sieht in der arch√§ologischen Forschung vor allem einen Auftrag der Verst√§ndigung: Er will den Aleppinern vermitteln, in welchem Schatz sie eigentlich lebten, um sie zu √ľberzeugen, dass der Krieg ein Ende finden m√ľsse.

Ende April haben sich Mamoun Fansa und andere Experten und Expertinnen im Deutschen Architekturzentrum (DAZ) in Berlin getroffen, um mit den Planungen f√ľr den Wiederaufbau von Aleppo zu beginnen. Sie wollen einen Ideenwettbewerb starten, f√ľr die Restaurierung der Altstadt wollen sie auch technisch und handwerklich versierte Fl√ľchtlinge aus Syrien mit einbinden.

Im Herbst dieses Jahres plant die Arbeitsgruppe Rebuilding Aleppo um Mamoud Fansa einen Workshop in Beirut. In der libanesischen Hauptstadt wollen er und seine Mitstreiter mit Denkmalpflegern, Architekten und Historikern, mit Vertretern internationaler Organisationen und Universitäten die Pläne zum Wiederaufbau konkretisieren.

Etwa 30 Arbeitsgruppen seien derzeit weltweit damit besch√§ftigt, den Wiederaufbau von Aleppo zu planen, erkl√§rt Mamoun Fansa. Ist das verfr√ľhter Aktionismus, √ľberm√§√üiger Optimismus? Nein, f√ľr ihn ist das Bewusstsein der Syrer und Syrerinnen f√ľr den kulturellen und historischen Wert ihrer St√§dte eine Vorbedingung f√ľr das Ende ihrer Zerst√∂rung.

Damit der Wiederaufbau konkrete Formen annehmen kann, ben√∂tigen die Experten jedoch politische Verb√ľndete. Denn ohne eine politische L√∂sung des syrischen B√ľrgerkrieges kann nichts wiederaufgebaut werden. Doch weder mit den islamistischen Rebellen noch mit Assad k√∂nnen sich Forscher wie Mamoun Fansa eine Zusammenarbeit vorstellen.

Klar ist bislang nicht allzu viel, nur dass das neue Aleppo wieder bunt sein soll, dass es ein Ort sein muss, an dem sich die verschiedenen Kulturen, Religionen und Ethnien des Nahen Ostens die Hand reichen und erneut unter den wundervoll verzierten D√§chern des Suk Tee trinken, reden und verweilen k√∂nnen. Dann, irgendwann, kehren vielleicht auch die Tauben zur√ľck nach Aleppo.

DerniŤre modification par Adic2010 (21-05-2016 02:25:00)

Hors ligne

 

#55 21-05-2016 00:17:18

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Traduction.Google formaté en paragraphes successifs. Nil
__________________

"Crooks et Scoundrels petite, Gaffer et profiteurs. Monsieur, bienvenue, ont juste un regard, pas d' imp√īts, th√© gratuitement. Le Suk est un labyrinthe. ¬ĽCes lignes ont √©t√© √©crites par l'arch√©ologue et auteur suisse Ivo Zanoni, quand il √©tait au tournant du mill√©naire la derni√®re fois √† Alep. C'√©tait avant la guerre. Maintenant est le Suk, le kilom√®tre de long, Bazaar g√©n√©ralis√©e d'Alep, site class√© au patrimoine mondial de l' Unesco, d√©truit. V√™tements a √©t√© √©chang√© ici bruyamment, les l√©gumes, les fruits et les √©pices. Des tonnes d'√©pices, ils ont rempli les rues avec des senteurs orientales, les impr√©gnant l'air. Lorsque la guerre est venue, les concessionnaires et leurs clients ont fui en masse, en direction du nord √† la Turquie, √† l' Europe.

"Pour se réveiller à Alep est heureux. La Turquie, l' Arabie, le Kurdistan, l' Arménie, la Mésopotamie, l' Europe, le Liban, ici tout le monde se réunit, Désert Sons dans des manteaux de fête d'hiver ". Ivo Zanoni était fasciné par Alep, du multiculturalisme de la deuxième plus grande ville syrienne, de la coexistence pacifique des religions et ethnies. Tout cela est , après près de quatre ans de guerre civile en ruines.

J'ai eu de nombreux amis et voisins musulmans √† Alep ", a d√©clar√© Tsola Demirjian rappelle le temps avant la guerre, avant leur vol qui les a pris √† Berlin. Demirjian vient d'une famille chr√©tienne, elle est arm√©nienne. Leur origine, leur religion ont √©t√© accept√©es. Jusqu'√† la guerre civile dans sa ville natale a √©t√© allum√©. Encore et encore , ils ont augment√© le r√©cit, soupire, se penche sa t√™te. Ses cheveux roux tombe sur son √©paule. ¬ęNous avons visit√© nos voisins, mang√© ensemble. Un ami musulman de la mine a parfois venir avec moi √† l' √©glise. ¬Ľ

Pendant la guerre civile les Arm√©niens captur√©s dans le feu crois√© d'un conflit qui a stimul√© plus religieusement et ethniquement. √Ä une √©poque , il a √©t√© dit: ¬ęTu es un Arm√©nien, je vais te tuer¬Ľ, a d√©clar√© Tsola Demirjian rappelle. La plupart des rebelles islamistes √©taient pas venus d'Alep, ils ont dit. Ils ont √©t√© d√©lib√©r√©ment introduites, de l' Arabie Saoudite, la Turquie, de d√©stabiliser le syst√®me politique. L' islam radical ne serait jamais s'adapter √† Alep, dans cette ville lib√©rale, ce melting - pot de la diversit√©. Les √©glises ont √©t√© infect√©es pigeons les Arm√©niens ont grandi √† Alep avant que la guerre.

Mais la ville était connue.
Des milliers d'entre eux encerclées sur les toits, ont été comparées et attribués à des compétitions. La Bible que déjà Noah laissent une colombe voler afin de déterminer la fin de la crue. Les chrétiens arméniens ont pris le symbolisme, à Vardavar festival, une origine zoroastrienne rituel, ils ont laissé les pigeons montent de se rappeler l'histoire de l'arche de Noé.

Et pour faire en sorte que toute inondation se termine une fois. La coexistence pacifique des diff√©rentes cultures et communaut√©s religieuses √† Alep √©tait principalement pour les Arm√©niens comme une r√©surrection apr√®s "Aghet", la "catastrophe", comme beaucoup d' Arm√©niens appeler le g√©nocide de son anc√™tres. Il y a cent ans √©tait. Maintenant , les Arm√©niens d'Alep perdre √† nouveau leur maison. √Čglises ont √©t√© infect√©es, br√Ľl√© des si√®cles, des livres d√©cor√©s pr√©cieusement, bris√© les autels. Le coupable: soup√ßonn√© d'√™tre l' Arm√©e syrienne libre (FSA), qui ont √©t√© consid√©r√©s comme des lib√©rateurs de la tyrannie de Assad dans une grande partie du public occidental. L'argent et les armes de la FSA est √©galement venu de l'Ouest -. A √©t√© ignor√© ainsi dans les ventes d'armes, le compos√© du rebelle opposition aux forces salafistes

Ceux qui ne perdait pas sa vie √† Alep pendant la guerre, a perdu son gagne - pain. Comme Tsola Demirjians famille. Le 42-year-old assis sur la terrasse du centre culturel arm√©nien √† Berlin, tous les vendredis , ils viennent ici. 60.000 Arm√©niens vivaient avant la guerre √† Alep, aujourd'hui , il y a encore 8000, elle estime et raconte l'histoire d' expulsion de sa famille. Le maintenant. Et ceux du pass√©: Son grand - p√®re est venu d'Urfa, qui est maintenant en Turquie. Dans un coffre en bois , il a transport√©, √Ęg√© de dix ans, sa petite s?ur Hovagim Anusch lors des massacres et des expulsions par les Ottomans il y a un si√®cle de Urfa √† Deir al-Zor - de peur que la petite fille est enlev√©e. Un tron√ßon d'environ 300 kilom√®tres. Les deux ont surv√©cu au pogrom.

Deir al-Zor √©tait pour les Arm√©niens du traumatisme collectif: il en 1915 des centaines de milliers de personnes √©taient dans les camps de concentration d√©truits dans les syst√®mes de caverne , ils ont √©t√© br√Ľl√©s vifs, dans le d√©sert de M√©sopotamie ils se coururent √† la mort. Dans l' ensemble, le g√©nocide de plus d'un million de personnes ont √©t√© tu√©es, les chiffres sont encore une question politique. Dans la vision du monde ethnique-nationaliste du jeune Etat turc avait pas de place pour les minorit√©s; Kurdes, les Arm√©niens et les autres groupes ethniques ne rentre pas dans l'image d'une Turquie homog√®ne. Le monde commence la Premi√®re Guerre, √† son tour, √† condition de la politique de destruction du manteau parfait.

Trauma collective
Pendant la guerre d' Alep hub ferroviaire important et point de transit pour des centaines de milliers de d√©port√©s arm√©niens. De l√† , ils ont √©t√© enlev√©s √† des marches de la mort dans le d√©sert m√©sopotamien. "Les gendarmes ont conduit les cr√©atures d√©charn√©es mis√©rables, dont beaucoup la mort a √©t√© √©crit sur ​​le visage, avec les cils en face d'eux √† travers les rues d'Alep √† la gare. (...) Les habitants de la ville qui voulaient distribuer de l' eau et du pain ont √©t√© emp√™ch√©s. "Ceci a √©t√© √©crit par Walter Roessler, consul d'Alep, √† l'ambassadeur d' Allemagne √† Constantinople Opel. Mais les alli√©s allemands du gouvernement Jeune - Turc a vu l'an√©antissement des Arm√©niens comme n√©cessaire, comme ¬ędifficile , mais utile¬Ľ appel√© Hans Humann, Attach√© Naval √† l'ambassade d' Allemagne √† Constantinople Opel, le g√©nocide.

Malgré les ordres de ses supérieurs prussiennes ont aidé Walter Roessler sur le point d'Arméniens pour les sauver d'une mort certaine. A Alep a été formé un réseau de soutien pour des milliers d' orphelins arméniens qui Alep caché à ce jour nombre inconnu de persécutés.

Alep √©tait pour les Arm√©niens au point de dispara√ģtre. Pour Diaspora en Syrie. Dans les ann√©es 80, les grands - parents de Tsola Demirjian sont entr√©s dans la ville, dans la culture arm√©nienne pendant des d√©cennies a connu une renaissance. Alep a √©t√© l' un des rares endroits o√Ļ , dans la r√©gion des livres et des journaux arm√©niens ont √©t√© imprim√©s. "Nous avons notre culture v√©cu les dates, les parties, la foi. Et nous avons eu leurs propres √©coles, o√Ļ on nous a donn√© la langue arm√©nienne, l' histoire et la religion chr√©tienne enseigne. .. M√™me les chr√©tiens arabes sont venus dans les √©coles "Tsola Demirjian parle d√©plac√© de l'ancienne vie avant la guerre

Coexistence pacifique
L'image de la coexistence pacifique, comme elle le d√©finit, ne sursouscrite, dit l'historien syrien Issam Ballouz: Les Arm√©niens avaient √† Alep comme b√©n√©fici√© d' une ¬ęr√©putation d'honn√™tet√© et de fiabilit√©¬Ľ dans la majorit√© de la Syrie dit Ballouz. Ce fut probablement aussi en raison de leur position √©conomique forte: Les Arm√©niens avaient de nombreuses r√©alisations techniques √† Alep, de la machine √† rayons X sur la voiture jusqu'au premier tracteur. Ceci est l'historien bas√© sur les textes arabes de cette √©poque. Les Arm√©niens a √©galement √©tabli le Dreher m√©tier, le soudage et le rivetage. Outre Beyrouth au Liban Alep √©tait la plus grande retraite arm√©nienne au Levant.

Jusqu'√† ce que la guerre civile quand en 2012 a commenc√© la guerre civile, les Arm√©niens ont pas trouv√© une majorit√© contrairement √† beaucoup d' autres minorit√©s ethniques et religieuses en Syrie contre le r√©gime Assad. "Les Arm√©niens √† Alep √©taient confiants que le gouvernement syrien reprend le dessus rapidement¬Ľ , se souvient Harout Ekmanian m√™me Arm√©niens, journaliste et avocat, Alep jusqu'√† il y a quelques ann√©es, aujourd'hui √† New York. Qu'est-ce que vous manque le plus quand vous pensez √† Alep, M. Ekmanian? "Les jours o√Ļ la ville n'a pas √©t√© dans les nouvelles," dit - il.

Entre les fronts

Alors que d' autres minorités telles que les Syriaques, sont les Syriens ou les Kurdes dans le nord de la Syrie pour l'autonomie gouvernementale - et donc contre Assad - combats, tenue et tenir les Arméniens de retour à la guerre civile syrienne. Trop de fois ils ont été pris au milieu, ils sont venus à termes avec le régime syrien. Assad a aussi une telle chose comme le protecteur des Arméniens. Il avait besoin de l'équilibre du pouvoir entre la majorité sunnite population du pays et les nombreuses minorités - maintenir - Lui - même est alaouite, non sunnite. Cela a longtemps été l'atout des syriens Arméniens. Avec la désintégration de la Syrie, il est ludique.

Aleppo d√©sint√©gr√© dans la guerre civile dans le district diff√©rent, une partie de la ville a eu lieu par Assad. Une autre partie a √©t√© contr√īl√© par des combattants islamistes √† Tsola Demirjian rappelle. Au d√©but , il √©tait encore possible d'entrer les rebelles-groupes quartiers - m√™me si elle a √©t√© reli√©e √† la minorit√© chr√©tienne de plus en plus √† la r√©pression: ¬ęSi je voulais traverser la rue, je devais porter un foulard."

Tsola Demirjian a avant fuyant travaillé pendant de nombreuses années dans une pharmacie qui appartenait à sa famille à l' automne 2015, la pharmacie des islamistes a été pillé et détruit Tsola Demirjian et a décidé la plupart de sa famille à fuir Alep: .. "nous savions que si nous restons, perdre . nous avons également nos vies "

Parmi les Arm√©niens aleppinischen fait un dicton les tours:" pieds nus nous sommes arriv√©s ici, pieds nus nous partons d'ici "Beaucoup ont fui en Arm√©nie dans la capitale Erevan, il existe d√©j√† des plans pour un district que pour .. les r√©fugi√©s syro-arm√©niens est d√©termin√© , il sera appel√© "New Alep" d' autres attendent en Turquie √† partir ou sont sur ​​leur chemin vers l' Europe ...

les bombes de l'air ,
la situation semble d√©sesp√©r√©e: le 22 Avril, devrait en Gen√®ve a pr√©sent√© un rapport int√©rimaire aux pourparlers de paix entre le r√©gime syrien et les rebelles. Au lieu de cela, re-bombes sont tomb√©es sur Alep. Les pourparlers de paix sont sur ​​un terrain glissant.

Entre les emplacements de canons se dressent les ruines de l' histoire humaine, leur valeur est difficile à mettre en mots. L'histoire de la colonisation d'Alep, Alep est appelé par la population arabe, remonte à la période autour de 5000 avant JC. A ce jour, des traces de Hellenic tracé de la route sont obtenus, il peut être trouvé des vestiges de temples hittites ont probablement été construits autour de 1200 av. Ces églises byzantines et des mosquées magnifiques.

Dans l'intervalle, cependant, la plupart des archéologues ont quitté la ville. En Avril 2015, la revue arménienne L'Armenian Weekly a rapporté la destruction de l'arménien orthodoxe 4 Martyrs Church, l' une des plus anciennes églises d'Alep. Il est seulement une infime partie de la destruction, il est difficile de savoir combien de trésors culturels seront perdus à jamais.

Les pigeons d'Alep ont échappé. Toujours, vous pourriez penser. Si elle n'a pas été exilé d' Alep qui veulent recommencer. On est Mamoun Fansa. Le maintenant 70 ans historien vient d'une famille sunnite libérale. Il aime parler de son grand - père, qui a pris avec trois Arméniens fille orpheline dans la famille au cours de la Première Guerre mondiale. Ou de sa mère, qui est allé à un couvent école chrétienne à mi-maturité.

Avec 20 ans Fansa est venu en Allemagne parce qu'il voulait √©chapper au service militaire en Syrie. "Uniformes me sont jamais mal √† l' aise¬Ľ , dit - il. En 2011, il a √©t√© directeur du Mus√©e National Nature et l' Homme √† Oldenburg. Maintenant, √† la retraite √† Fansa a fix√© un objectif ambitieux: Il projette de reconstruire Alep, pour la p√©riode apr√®s la guerre.

Un nouveau départ ,
l'historien, un homme avec un visage rond et regard chaleureux, se penche sur la recherche archéologique, en particulier un ordre de compréhension Il veut faire passer le Aleppinern dans lequel trésor qu'ils vivaient, pour les convaincre que la guerre prendrait fin.

fin Avril, Mamoun Fansa et d' autres experts du Deutsches Architektur Zentrum (DAZ) se sont réunis à Berlin afin de pour commencer à planifier la reconstruction d'Alep. Vous voulez commencer une compétition pour des idées, pour la restauration de la vieille ville , ils veulent inclure également concevoir et de l' artisanat des réfugiés avertis de la Syrie.

A l'automne de cette année, le Groupe de travail Reconstruire Alep à Mamoud Fansa planification d' un atelier à Beyrouth. Dans la capitale libanaise, lui et ses collègues veulent concrétiser avec les défenseurs du patrimoine, architectes et historiens, des représentants d'organisations internationales et des universités prévoit de reconstruire.

Environ 30 groupes de travail sont actuellement les plus occupés à planifier la reconstruction d'Alep a déclaré Mamoun Fansa. Est - ce l' activisme prématuré, excès d' optimisme? Non, pour lui, la prise de conscience des Syriens et des femmes syriennes pour la valeur culturelle et historique de leurs villes est une condition préalable à la fin de leur destruction.

Donc , la reconstruction peut prendre une forme concrète, mais les experts ont besoin d' alliés politiques. Sans une solution politique à la guerre civile syrienne, rien ne peut être reconstruit. Mais ni les rebelles islamistes encore avec des chercheurs Assad peut que Mamoun Fansa imaginer une collaboration.

Il est clair que, jusqu'ici , pas grand - chose, seulement que le nouveau Alep devrait √™tre √† nouveau color√© qu'il doit y avoir un endroit o√Ļ les diff√©rentes cultures, religions et groupes ethniques du Moyen - Orient et serrer la main boivent √† nouveau sous les toits merveilleusement orn√©s de th√© Suk, parler et persistent peut. Puis, √† un moment donn√©, peut - √™tre m√™me inverser les pigeons √† Alep.
#6565

DerniŤre modification par Adic2010 (21-05-2016 02:35:06)

Hors ligne

 

#56 01-07-2016 01:54:08

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

YOUTUBE EN ANGLAIS plus élaboré du JIHAD MADE IN GERMANY 1h:17mn:44s.

La revue Dschihad en arabe Mars 1915 (Berlin)

https://frieze.com/sites/default/files/Editorial/Articles/Image0013_CMYK_0.jpg
#7549

DerniŤre modification par Adic2010 (07-07-2016 10:36:49)

Hors ligne

 

#57 03-07-2016 01:48:48

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

√Ä LIRE, √Ä FORMATER EN SOUS-PARAGRAPHES, √Ä NOTER LES NOMS PROPRES (ALLEMANDS, ANGLAIS, FRAN√áAIS ET TURCO-OTTOMANS) + BUREAUCRATIES  >> RECHERCHES DE WWW ET PHOTOS ?? 

IOR/L/PS/11/99 P 4180/1915  DIGITISED MANUSCRIPTS / BRITISH LIBRARY

Date 23 Oct 1915-15 Dec 1915

Title P 4180/1915 The War: German attempts to fan Islamic feeling

Content


- (1) Note dated 1 Dec 1915 from Harold Nicolson, Foreign Office, to Arthur Hirtzel, Assistant Under Secretary of State for India, saying the News Department of the Foreign Office will produce an article based on information sent in a paper from Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo.

- (2) Minute paper dated 13-15 Nov 1915 with subject ?The War ? German attempts to fan Islamic feeling? with an annotations from Arthur Hirtzel, Assistant Under Secretary of State for India, and Thomas William Holderness, Deputy Under Secretary of State for India, regarding the possible publication of a paper written by Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo, to Sir Edward Grey, Foreign Secretary.

- (3) Cover sheet dated 13 Nov 1915 forwarding a copy of Henry McMahon?s paper.

- (4) Paper dated 3 Nov 1915 from Henry McMahon, British High Commissioner in Cairo, to Sir Edward Grey, Foreign Secretary. The paper is in 3 sections:

- No. 1: Introductory paragraph from Henry McMahon saying he is forwarding ?a note from the Intelligence Department containing evidence gleaned from refugees and other sources, which shows that German officials and private individuals have in many cases supported the preaching of the Jehad and actively promoted anti-Christian spirit among Moslems?. McMahon mentions a letter supposed to have been written by German Emperor Wilhelm II to the Senussi and discusses speculation about the German Emperor becoming an adherent of Islam.

- Enclosure 1 in No. 1: Brief section dated 23 Oct 1915 from Lieutenant-Colonel G. F. Clayton, Director of Intelligence in Cairo, to Sir Milne Cheetham, High Commission, Cairo, saying that ?although definite proof of specific cases would be difficult to obtain now, there is a considerable amount of evidence gleaned from refugees and other sources ??.

- Enclosure 2 in No. 1: Longer section headed ?Note on propaganda, &c., on the part of Germans giving the impression that they or their sovereign and government had embraced Islam or were in sympathy with anti-Christian manifestations on the part of ignorant or fanatical Moslems?. This section mentions the following: Wilhelm Wassmuss, ex-consul and German agent, declaring himself a Muslim.

- Rumours that German Emperor Wilhelm II had become or was about to become a Muslim. Refugees from Syria reported seeing German officers wearing armlets bearing the Muslim profession of faith. Lack of confirmation of a statement made in the Daily chronicle regarding an alleged letter written by Wilhelm II to Sheik-es-Senussi ?in a manner calculated to lead the latter to believe that he had become a Moslem?. Evidence of German officials leading people to believe they were Muslims or in sympathy with extreme Muslim ideas.

- German officials encouraging and approving of the perpetration of crimes against the Armenian population by Turkish officials.<<<

- The publication of pro-German propaganda bulletins and postcards by the News Bureau founded by Richard von K√ľhlmann at Constantinople and the effect of these publications on Muslims ? ?At any hour of the day these untutored beings might be seen gazing with envy, admiration, and awe at these proofs of the destructiveness of German ?culture??. Former Belgian vice-consul at Haifa Herr Lange seeking support of the Abd-el-Hadi family for the Jehad against the Allies but not getting that support.

- The German Vice-consul at Haifa, Herr Loytved von Hardegg causing bills to be distributed appealing to all Muslims to each kill at least 2 French or British subjects; making speeches in which Germany was described as the sole friend and protector of Islam; defiling graves of French soldiers on Mount Carmel and attending a solemn service at Ommeyad Mosque in Damascus.

- The participation of German and Austro-Hungarian consular officials or agents in Muslim religious demonstrations. German officers reportedly using ?language calculated to excite Moslems to attack and slaughter the Orthodox, Catholic and other Christians of Damascus and the vicinity?. General van Back Pasha, a Catholic, being against this.

- Herr Loytved von Hardegg making speeches advocating the killing of non-German Christians and proposing to show films of the ?Massacre of Christians in 1860? ? his proposal was vetoed by local authorities.

- German vice-consul at Jaffa reported to have made speeches advocating the massacre of Christians.

- No proof that speeches advocating massacre had any effect on Muslim Arab populations of South and Central Syria.

- Approval and encouragement shown by Germans of Turkish persecution of the Armenian population in Northern Syria. Deportation of the Armenians from Cicilia and Northern Syria carried out with the approval of Walter Rössler, German consul at Aleppo and Herr Fleichzig, dragoman to the German consulate at Aleppo.

- Baron Max von Oppenheim, making speeches in mosques approving of the massacre of Armenians.

#7563

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 01:02:15)

Hors ligne

 

#58 07-07-2016 18:15:24

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

J'ai terminé de chercher les wikipedia concernant les personnages historiques du texte dans le message précédent #57 plus haut. Il me reste à trouver des jpg pour l'illustrer.

Déjà à la lecture en anglais on peut bien sentir l'historicité des intrigues allemandes à insuffler du fanatisme musulman. Alors, si on sait l'allemand, qu'est-ce qu'on doit trouver comme preuves en horreur (publiées ou en archives) que l'on peut mettre sur web. On ne peut plus cacher, passer sous silence ; on ne peut plus escamotter ou occulter avec internet.

C'est pour cela le Bundestag a reconnu le GDA1915 : pour para√ģtre sur la sc√®ne internationale comme 'clean'. C'est n√©cessaire pour mieux vendre et exporter.

Voici un autre article sur cette même thématique du 'Jihad Made in Germany' : BRITISH ANXIETY ABOUT JIHAD IN THE MIDDLE EAST

http://orientxxi.info/IMG/arton940.jpg?1434992566
#7732

DerniŤre modification par Adic2010 (07-07-2016 18:21:45)

Hors ligne

 

#59 08-07-2016 12:11:45

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

MESSAGE #57 PLUS HAUT : WWW DES NOMS PROPRES (ALLEMANDS, ANGLAIS, TURCO-OTTOMANS, ARABES + BUREAUCRATIES  BRITANNIQUES) >> RECHERCHE PR√ČVUE DES PHOTOS .

https://archive.org/services/img/christianityisla00beckrich . [img]ZDF[/img]

- Harold NICOLSON 1886-1968

- FOREIGN AND COMMONWEALTH OFFICE

- Arthur HIRTZEL 1870-1937

- SECRETARY OF STATE FOR INDIA ~~ INDIA OFFICE

- Henry McMAHON 1862-1949  ~~  MACMAHON-HUSSEIN CORRESPONDANCE

- Thomas William HOLDERNESS 1849-1924

- UNDER-SECRETARY OF STATE FOR INDIA ~~ SECRETARY OF STATE FOR INDIA

- High Commissioner in Cairo

- Sir Edward GREY 1862-1933

- Lieutenant-Colonel Gilbert F. CLAYTON 1875-1929

- Director of Intelligence in Cairo  ~~  ARAB BUREAU In Cairo

- Sir Milne CHEETHAM 1869-1938

- Wilhelm WASSMUSS 1880-1931

- WILHELM II, German Emperor 1888-1918

- Sheik-es-Senussi   SENUSSI CAMPAIGN

- Richard von K√úHLMAN 1873-1948

- Belgian vice-consul at Haifa Herr Lange  .    HAIFA

- Abd-el-Hadi family      Mahdi ABDUL HADI

- German Vice-consul at Haifa, Herr Loytved von Hardegg

- MOUNT CARMEL  ~~   UMMAYAD MOSQUE IN DAMASCUS

- General van Back Pasha, a Catholic

- Walter R√ĖSSLER 1871-1929  .   ALEPPO

- Herr Fleichzig, dragoman to the German consulate at Aleppo ;

- Baron Max von OPPENHEIM
#7770

DerniŤre modification par Adic2010 (11-01-2018 10:40:29)

Hors ligne

 

#60 09-07-2016 23:54:27

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- NOUVELLE PAGE EN CONSTRUCTION / EN RECHERCHES DE JPG : JIHAD MADE IN GERMANY ADIC.3 / DIGITISED MANUSCRIPTS / BRITISH LIBRARY ; P 4180/1915

#7890

DerniŤre modification par Adic2010 (10-07-2016 14:55:42)

Hors ligne

 

#61 15-07-2016 08:10:18

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Avec l'horreur qui s'est passée à Nice, au delà

- du traumatisme et de la douleur des familles ;

- de l'angoisse sur la vie des blessés ;

- du choc des Niçois et des Français en général ;

- du registre sécuritaire à améliorer ;

- de la réalité de Daesh au Moyen Orient et de ses crimes dans divers pays ;

on ne peut que penser au témoignage de l'ambassadeur américain Henry MORGENTHAU à son chapitre XIV de ses Mémoires concernant la déclaration de la Guerre Sainte à Konstantinye en novembre 1914. Nil.

PS - MERCI √Ä 'IMPRESCRIPTIBLE' D'AVOIR MIS CE T√ČMOIGNAGE HISTORIQUE SUR WEB
LES M√ČMOIRES DE HENRY MORGENTHAU.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr/breligion/interreligieux1915jihadberlin.jpg


Aux premiers jours de la guerre, l'ambassadeur allemand WANGENHEIM, m'avait confi√© que son pays avait ds s√©rieuses raisons de forcer la Turquie √† entrer dans le conflit ; il me donna cette explication tranquillement, avec nonchalance, comme √©tant la chose la plus naturelle du monde. Assis dans son bureau, entre deux bouff√©es de son gros cigare allemand, il m'exposa que le plan allemand consistait √† exciter contre les chr√©tiens le fanatisme de la population mulsumane. Le Kaiser avait projet√© de faire une v√©ritable ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ pour ruiner l'influence anglaise et fran√ßaise en Orient. ¬ę La Turquie en elle m√™me ne nous importe gu√®re; son arm√©e est faible, et nous ne comptons pas qu'elle fera grand chose y elle se tiendra en grande partie sur la d√©fensive. Mais la grosse affaire (sic) c'est la population musulmane. Si nous parvenons √† la dresser contre les Anglais et les Russes, nous pourrons obliger ceux-ci √† faire la paix. ¬Ľ La signification des propos de Wangenheim devint tout √† fait √©vidente le 13 novembre, quand le Sultan publia sa d√©claration de guerre ; c'√©tait en r√©alit√© un appel √† une Jihad ou ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ contre les Infid√®les. Bient√īt apr√®s, le Sheik-ul-Islam, √† son tour, convoqua le peuple musulman √† se soulever et √† massacrer ses oppresseurs chr√©tiens, concluant par ces mots : ¬ę O Musulmans ! vous qui √™tes si passionn√©ment √©pris de bonheur, vous qui √™tes √† la veille de sacrifier votre vie et vos biens pour la cause du droit et de braver les p√©rils, groupez-vous maintenant autour du tr√īne imp√©rial, ob√©issez aux ordres du Tout-Puissant qui, dans le Koran, nous promet la b√©atitude dans ce monde et en l'autre, et comprenez que l'Etat est en guerre avec la Russie, l'Angleterre, la France et leurs alli√©s et que ces pays sont les ennemis de l'Islam. Le Commandeur des Croyants, le Calife, vous appelle sous sa banni√®re pour la Guerre Sainte ! ¬Ľ

Les chefs religieux lurent cette proclamation √† leurs congr√©gations r√©unies dans les mosqu√©es ; tous les journaux l'imprim√®rent en gros caract√®res ; elle fut largement r√©pandue dans les contr√©es de population mahom√©tane - aux Indes, en Chine, en Perse, en Egypte, √† Alger, √† Tripoli, au Maroc, etc., etc.; on la communiqua aux multitudes assembl√©es, que l'on exhortait ensuite √† l'ob√©issance passive. L'IKDAM, JOURNAL TURC DEVENU PROPRI√ČT√Č ALLEMANDE, stimulait constamment le fanatisme populaire. ¬ę La conduite de nos ennemis, √©crivait-il, a enflamm√© la col√®re divine ! Une lueur d'espoir brille √† l'horizon. Vous tous, Mahom√©tans, jeunes et vieux, hommes, femmes et enfants, faites votre devoir, afin que la lueur ne s'√©vanouisse pas, mais resplendisse √† jamais. Que de grandes choses peuvent accomplir les hommes forts soutenus par leurs femmes et leurs enfants !... Le moment d'agir est venu. Tous, nous combattrons avec toutes nos forces, de toute notre √Ęme, par tous les moyens, avec toute notre √©nergie physique et morale. Et ainsi nous assurerons la d√©livrance des Mahom√©tans asservis. Alors, si Allah le veut, nous marcherons la t√™te haute, aux c√īt√©s des amis qui sympathisent avec le Croissant ! Allah est avec nous et le proph√®te nous prot√®ge. ¬Ľ

La proclamation du Sultan √©tait un document officiel, ne parlant de la guerre sainte que de fa√ßon g√©n√©rale. Environ √† la m√™me √©poque, parut une brochure prodiguant aux fid√®les des instructions plus pr√©cises qui, elle, ne fut pas paraphras√©e publiquement dans les mosqu√©es, mais distribu√©e clandestinement aux Indes, en Egypte, au Maroc, en Syrie et autres contr√©es ; elle √©tait imprim√©e - trait significatif - en langue arabe. C'√©tait un long document, (la traduction anglaise contient 10.000 mots) rempli de citations tir√©es du Koran et qui, sur un ton d√©lirant, n'√©tait qu'un appel √† la haine des races et des religions, donnant jusqu'√† un plan d√©taill√© pour l'assassinat et l'extermination de tous les chr√©tiens - ceux de nationalit√© allemande except√©e. Quelques passages en pr√©ciseront les tendances : ¬ę O Musulmans fid√®les et bien-aim√©s ! consid√©rez rien qu'un instant la situation pr√©sente de la nation islamique, car si vous y pensez seulement quelques minutes, vous pleurerez longuement. La triste existence de nos fr√®res fera couler vos larmes et vous br√Ľlera de douleur. Voyez la grande nation indienne, habit√©e par des centaines de millions de Musulmans, tomb√©e par suite de sa faiblesse et des scissions religieuses de ses habitants au pouvoir des ennemis de Dieu, les Anglais infid√®les. Voyez aussi les quarante millions de Mahom√©tans qui, √† Java, g√©missent sous le poids des cha√ģnes et de l'affliction, sous la domination des Hollandais, bien que ces Infid√®les leur soient inf√©rieurs en nombre et que leur civilisation n'√©gale pas la n√ītre. Et encore l'Egypte, le Maroc, Tunis, l'Alg√©rie et le Soudan, qui souffrent les pires maux et endurent le joug des ennemis du Tr√®s-Haut ! Jetez les yeux sur l'immense Sib√©rie, sur le Turkestan, Khiva, Bokhara, le Caucase, la Crim√©e, Kazan, Ezferhan, Kosahastan ! Et enfin consid√©rez la Perse, qui risque d'√™tre morcel√©e ; et la ville des Califes, qui depuis des si√®cles r√©siste opini√Ętrement √† l'envahisseur et est maintenant √† la merci de ses plus rudes assauts ! Ainsi, n'importe o√Ļ se posent vos regards, vous constatez que les ennemis de la vraie religion, en particulier les Anglais, les Russes et les Fran√ßais, ont asservi l'Islam et viol√© ses droits de toutes les mani√®res possibles. Nous ne pouvons √©num√©rer les insultes inflig√©es par ces nations, qui d√©sirent nous an√©antir, en nous chassant de la surface terrestre. Cette tyrannie a d√©pass√© les limites supportables, la coupe de nos malheurs est pr√™te √† d√©border...

¬ęEn r√©sum√© les Musulmans peinent et les Infid√®les en profitent, les Musulmans ont faim et souffrent, et les Infid√®les se gorgent de superflu et vivent dans le luxe. L'Islamisme d√©g√©n√®re et r√©trograde, tandis que le Christianisme progresse et triomphe ; les Musulmans sont les esclaves de leurs tout-puissants adversaires : ceci parce que les disciples de Mahomet ont n√©glig√© la loi du Koran et ignor√© la guerre sainte qu'il ordonne... Mais l'heure de cette guerre , √† sonn√© et, gr√Ęce √† elle, l'empire du Croissant sera d√©livr√© √† jamais de la tyrannie chr√©tienne ; elle s'impose √† nous comme un devoir sacr√©. Apprenez que le sang des Infid√®les peut √™tre vers√© impun√©ment - except√© celui des alli√©s2 que nous avons promis de prot√©ger...

¬ęL'extermination des mis√©rables qui nous oppriment est une t√Ęche sainte, qu'elle soit accomplie secr√®tement ou ouvertement, suivant la parole du Koran : ¬ę Prenez-les et ¬ę tuez-les o√Ļ que vous les trouviez ; nous vous les livrons ¬ę et vous donnons sur eux pouvoir entier ¬Ľ.

¬ę Celui qui en tuera m√™me un seul sera r√©compens√© par Dieu. Que chaque Musulman, dans quelque partie du monde que ce soit, jure solennellement d'abattre au moins trois ou quatre des chr√©tiens qui l'entourent, car ils sont les ennemis d'Allah et de la foi ! Que chacun de vous sache que sa r√©compense sera doubl√©e par le Dieu qui a cr√©√© le ciel et la terre ! Celui qui ob√©ira √† cet ordre sera pr√©serv√© des terreurs du Jugement dernier et assur√© de la r√©surrection √©ternelle. Qui reculera devant un si petit effort pour m√©riter une si belle r√©compense ?... L'heure est venue o√Ļ nous devons nous soulever en masse, l'√©p√©e d'une main, le fusil de l'autre ; nous remplirons nos poches des projectiles qui s√®ment le feu et la mort ; notre coeur resplendira de la lumi√®re de l'esp√©rance et nous √©l√®verons nos voix, disant : ¬ę Les Indes aux Musulmans des Indes, Java aux Musulmans javanais, l'Alg√©rie aux Musulmans alg√©riens, le Maroc aux Musulmans marocains, Tunis aux Musulmans tunisiens, l'Egypte aux Musulmans √©gyptiens, Iran aux Musulmans iraniens, Turan aux Musulmans turaniens, Bokhara aux Musulmans bokhariens, le Caucase aux Musulmans caucasiens, et l'Empire ottoman aux Musulmans arabes et turcs ! ¬Ľ

Tout √©tait pr√©vu jusqu'au moindre d√©tail pour l'ex√©cution de cette sainte entreprise. On avait le choix entre participer √† une ¬ę guerre de sentiment ¬Ľ - c'est-√†-dire que chaque disciple du Proph√®te, nourrisse dans son coeur la haine de l'infid√®le; ou √† une ¬ę guerre par la parole ¬Ľ - c'est-√†-dire que, par la voix et la plume, tout Musulman s√®me cette m√™me haine autour de lui ; - enfin √† une guerre d'action, pour combattre et tuer l'infid√®le partout o√Ļ il se trouverait. Cela, disait la brochure, est la ¬ę vraie guerre ¬Ľ. Il y aura une ¬ę petite guerre sainte ¬Ľ et ¬ę une grande guerre sainte ¬Ľ ; la premi√®re sera celle que chaque Mahom√©tan livrera dans sa communaut√© √† ses voisins chr√©tiens, et la seconde la grande lutte mondiale engag√©e par les Islamites des Indes, de l'Arabie, de la Turquie, de l'Afrique, contre leurs tyrans.
¬ę La Guerre Sainte, continuait-on, rev√™tira trois formes; d'abord la guerre individuelle, consistant dans l'action personnelle, qui peut √™tre faite avec les armes ordinaires, ainsi qu'un de nos coreligionnaires en usa vis-√†-vis de Peter Galy, le gouverneur anglais ; ou encore comme dans le meurtre du chef de police anglais des Indes et comme dans l'assassinat d'un haut fonctionnaire, commis √† la Mecque par Abi Busir (puisse-t-il plaire √† Allah). ¬Ľ Le document citait en outre diff√©rents crimes et enjoignait aux fid√®les de s'en inspirer. Il ordonnait en second lieu de constituer des ¬ę bandes ¬Ľ et d'aller massacrer les chr√©tiens ; les plus utiles seraient organis√©es secr√®tement et op√©reraient de m√™me tandis que dans la troisi√®me m√©thode l'action serait confi√©e √† des troupes r√©guli√®res.

Le ton de ces diff√©rentes citations trahit assez la part de l'Allemagne, dans la r√©daction de cette excitation √† la r√©volte : on massacrera les populations qui ont courb√© des Musulmans sous leur joug. Les Allemands n'ayant aucun sujet mahom√©tan dans leurs colonies, cette clause les prot√©geait donc ; mais avec leur habituel √©go√Įsme, ils exposaient leurs alli√©s autrichiens, puisqu'en Bosnie et Herz√©govine, on trouve de nombreux adeptes du Proph√®te. Les Musulmans ont l'ordre de former des arm√©es ¬ę serait-il m√™me n√©cessaire d'y introduire quelques √©l√©ments √©trangers ¬Ľ, c'est-√†-dire nommer des instructeurs et des officiers allemands. ¬ę Rappelez-vous (ceci avait pour but de prot√©ger les Allemands) qu'il est contraire aux lois de combattre aucun peuple de religion diff√©rente, qui s'est uni √† nous, ou n'a pas manifest√© d'hostilit√© envers notre Calife, ou qui s'est mis sous notre protection. ¬Ľ

Bien entendu, Wangenheim ne m'avait pas avou√© que les Allemands d√©siraient soulever de fa√ßon g√©n√©rale les Mahom√©tans contre l'Entente; mais tout ce que j'ai cit√© indique clairement la source r√©elle de cet extraordinaire document. A l'√©poque o√Ļ il en discuta avec moi, il semblait convaincu qu'une ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ de ce genre serait le moyen le plus rapide de forcer l'Angleterre √† faire la paix ; conform√©ment √† ce point de vue, c'√©tait donc une grande offensive de paix. Implicitement, il trahissait la conviction -celle de tous les cercles officiels - que l'Allemagne avait commis une erreur en entra√ģnant l'Angleterre dans le conflit, et il croyait √©videmment aujourd'hui que, si de sourdes men√©es pouvaient √™tre tram√©es aux Indes, en Egypte, au Soudan, l'Empire britannique se retirerait de l'action. M√™me si les Mahom√©tans britanniques refusaient de se soulever, il estimait que la seule menace d'une pareille r√©volte pousserait l'Angleterre √† abandonner √† leur sort la Belgique et la France.

Le danger de r√©pandre, parmi un peuple furieusement fanatique, une litt√©rature aussi incendiaire, est manifeste. Je n'√©tais pas le seul diplomate neutre en redoutant les s√©rieuses cons√©quences. M. Tocheff, le Ministre bulgare, un des membres les plus capables de notre corps, ne dissimulait pas son inqui√©tude. A cette √©poque, la Bulgarie √©tait neutre, et M. Tocheff avait coutume de me dire que son pays esp√©rait le demeurer. ¬ę Les deux camps, dit-il, recherchent notre alliance, et notre politique est de les maintenir dans cette expectative. Si l'Allemagne r√©ussit √† d√©cha√ģner une ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ et que des massacres en r√©sultent, nous nous joindrons certainement √† l'Entente ¬Ľ. Je le d√©cidai √† se rendre chez Wangenheim, pour lui r√©p√©ter cette d√©claration, pendant que j'exer√ßais une pression similaire sur Enver.

Heureusement, d√®s le principe la ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ fit faillite. Les Mahom√©tans de certains pays, tels que les Indes, l'Egypte, Alger, et le Maroc se savaient mieux trait√©s, qu'ils ne pouvaient esp√©rer l'√™tre nulle part ailleurs ; dans leur na√Įvet√©, ils ne pouvaient comprendre l'objet d'une guerre sainte contre certains chr√©tiens, et en m√™me temps l'alliance avec d'autres nations chr√©tiennes, telles que l'Allemagne et l'Autriche : cette contradiction rendait la proposition ridicule. Le Koran,c'est vrai; ordonne le massacre des chr√©tiens, mais il ne fait pas d'exception en faveur des Allemands et, dans l'esprit du fanatique mahom√©tan, un rayah allemand est un ¬ę chien de chr√©tien ¬Ľ tout comme un Anglais ou un Fran√ßais, et son assassinat un acte tout aussi m√©ritoire. Les subtilit√©s, suscit√©es par la diplomatie occidentale, lui √©taient aussi √©trang√®res que la loi de la gravitation ou l'hypoth√®se des n√©buleuses. En n√©gligeant d'en tenir compte, les Allemands fournirent une nouvelle preuve de leur maladresse fondamentale et de leur ignorance compl√®te des conditions mondiales. Le seul fait tangible, qui ressorte clairement de cette croisade, c'est le d√©sir du Kaiser de pousser √† une autre Saint-Barth√©lemy 300.000.000 de Mahom√©tans.

N'y eut-il alors aucune ¬ę Guerre Sainte ? ¬Ľ La grosse affaire de Wangenheim √©choua-t-elle r√©ellement ? Chaque fois que je pense √† cette burlesque Jihad, une sc√®ne qui se d√©roula √† l'ambassade am√©ricaine se pr√©sente √† mon esprit. 
Enver est assis √† un bout de la table, buvant paisiblement son th√©, √† petites gorg√©es, en mangeant des g√Ęteaux ; je lui fais vis-√†-vis, engag√© dans le m√™me passe-temps pacifique. C'est le 14 novembre ; la veille, le Sultan a d√©clar√© sa guerre sainte, il y a eu des r√©unions dans les mosqu√©es et autres endroits, on y a lu la d√©claration de guerre ; des discours enflamm√©s y ont √©t√© prononc√©s. Enver m'assure toutefois qu'on ne fera aucun mal aux Am√©ricains ; en fait, qu'il n'y aura de massacre nulle part. Pendant qu'il parle, un de mes secr√©taires entre et m'informe qu'un petit groupe manifeste contre certains √©tablissements √©trangers, qu'il a assailli un magasin autrichien qui avait imprudemment conserv√© son enseigne annon√ßant la vente de ¬ę v√™tements anglais ¬Ľ. Je demande √† Enver ce que cela signifie ; il me r√©pond que c'est une erreur, personne ne sera inqui√©t√©. Quelques instants apr√®s son d√©part, je suis pr√©venu que la foule s'est attaqu√©e au Bon March√©, un magasin de tissus fran√ßais, et se dirige en droite ligne vers l'ambassade britannique. J'appelle imm√©diatement Enver au t√©l√©phone ; tout va bien, assure-t-il, il n'y aura rien √† l'ambassade. Une ou deux minutes plus tard, la populace fait volte face et part pour Tokatlian, le premier restaurant de Constantinople. Le fait que le groupe est dirige par un Arm√©nien suffit √† tout expliquer. Six hommes, arm√©s de crocs, brisent les glaces et les fen√™tres, d'autres enl√®vent les dessus de marbre des tables et les r√©duisent en miettes ; en quelques instants l'√©tablissement est compl√®tement saccag√©.

Cette d√©monstration repr√©senta la ¬ę Guerre Sainte ¬Ľ, telle que la comprit Constantinople ! Ainsi finit mis√©rablement la honteuse tentative allemande de soulever 300.000.000 de Mahom√©tans contre la chr√©tient√© ! Le Kaiser n'obtint pour tout r√©sultat, en propageant ces th√©ories subversives, que de faire germer dans le coeur du Musulman cette haine intense du chr√©tien qui est la caract√©ristique de son √©trange et impressionnable nature, et d'allumer des passions qui se manifest√®rent plus tard, lors des massacres des Arm√©niens et autres populations asservies.

. http://www.iarsp.org/upload/boards/peter_heine.jpg . PETER HEINE
#8023

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 01:06:05)

Hors ligne

 

#62 28-09-2016 12:56:50

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://www.genozid1915.de/nachrichten/images/Yetvart_Ficiciyan-buch.jpg . Il y aura à voir si dans ce livre on parle des échos dans la presse allemande de l'époque sur le 'JIHAD MADE IN GERMANY'.

TRADUCTION DE L'ARTICLE DE > FR

Quatre sections principales:
- 1) La question arménienne avant la Première Guerre mondiale;
- 2) de la Première Guerre mondiale et le génocide des Arméniens (Juillet 1914 - Novembre 1918);
- 3) la fin de la Première Guerre mondiale et le sort des Arméniens (1918-1921);
- 4) Le processus Talaat Pacha et d'autres assassinats à Berlin (1921-1922).

L'auteur est arménien, il habite Berlin et je pourrai communiquer avec lui facilement et naturellement. Nil.
#9390

DerniŤre modification par Adic2010 (28-09-2016 13:06:08)

Hors ligne

 

#63 24-05-2017 12:16:09

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://i.ebayimg.com/images/g/ddMAAOSw-zxWnq-6/s-l300.jpg . Islam and the European Empires  Edited by David  Motadel  (New York:  Oxford University Press,  2014. The Past & Present Book Series), xii +  312 pp.

- The Journal of Modern History . University of Chicago

- Oxford Centre for Islamic Studies. UK

LEHMANNS.MEDIA : The first comparative account of the engagement of all major European empires with Islam in the eighteenth and nineteenth centuries, exploring an array of themes, ranging from the accommodation of Islam under imperial rule to Islamic anti-colonial resistance and contributing to our understanding of religion and power in the modern world.

At the height of the imperial age, European powers ruled over most parts of the Islamic world. The British, French, Russian, and Dutch empires each governed more Muslims than any independent Muslim state. European officials believed Islam to be of great political significance, and were quite cautious when it came to matters of the religious life of their Muslim subjects. In the colonies, they regularly employed Islamic religious leaders and institutions to bolster imperial rule. At the same time, the European presence in Muslim lands was confronted by religious resistance movements and Islamic insurgency. Across the globe, from the West African savanna to the shores of Southeast Asia, Muslim rebels called for holy war against non-Muslim intruders. Islam and the European Empires presents the first comparative account of the engagement of all major European empires with Islam. Bringing together fifteen of the world's leading scholars in the field, the volume explores a wide array of themes, ranging from the accommodation of Islam under imperial rule to Islamic anti-colonial resistance.

A truly global history of empire, the volume makes a major contribution not only to our knowledge of the intersection of Islam and imperialism, but also more generally to our understanding of religion and power in the modern world.

#12424

DerniŤre modification par Adic2010 (24-05-2017 12:16:53)

Hors ligne

 

#64 12-08-2017 20:59:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0de/b_djihad0holywar1.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0de/b_djihad0holywar0.jpg . Dans le passage ci-dessous du film THE PROMISSE, l'encouragement de Guerre Sainte par les Allemands est évoqué-dénoncé en leur présence par le reporter américain de l'Associated Press.

Ce message #5 listant les différents messages et threads sur le JIHAD MADE IN GERMANY

http://20.theladbiblegroup.com/s3/content/73cffdd6580f50bf053ab5b067c9eccc.jpg

http://www.dortmund-postkolonial.de/wp-content/uploads/2015/09/Unser-Kaiser-als-Freund-des-Islam-3.jpg

https://www.justfocus.fr/wp-content/uploads/2017/09/The-Promise-250x140.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_0/0allocine.jpg - 'Threads' sur le film LA PROMESSE : OR. Film THE PROMISE. Th√©matiques. Marketing. Calendrier. Faire conna√ģtre.  ~~~  GF. Film'ThePromise' en Allemagne > R√©p√©tition E-mailsCibl√©s appropri√©s.FR  ~~~  WIKIPEDIA  ~~~  DOSSIER DE PRESSE EN ANGLAIS  ~~~  LA PROMESSE / FILMS SANS FRONTI√ąRES  ~~~  ALLOCIN√Č ;

- THE PROMISE INSTITUTE FOR HUMAN RIGHTS AT UCLA SCHOOL OF LAW - ThePromiseToEducate.org - History vs Hollywood

- LE FILM 'THE PROMISE' : DIFF√ČRENTES OCCASIONS-TH√ČMATIQUES POSSIBLES O√ô FAIRE CONNA√éTRE EN DEHORS DES MILIEUX ARM√ČNIENS DE LA DIASPORA ARM√ČNIENNE / RUBRIQUES.(#58).(#59).(#60)

.

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSID√ČRATIONS ARM√ČNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ISLAM ET RELATIONS ARABO-ARM√ČNIENNES  (#2)

#13630

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:56:21)

Hors ligne

 

#65 19-10-2017 22:49:36

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Je rappelle la nouvelle photo de la marche à partir de la Mosquée Fatih de Konstantinye le jour de la Proclamation de la Guerre Sainte par les autorités islamo-ottomane en novembre 1914 à ce message #20.

https://npvn.mcn.unibas.ch/images/mcn/uni-basel-logo.svg . Voici un nouvel article cette fois-ci écrite par un jeune historien turc Alp YENEN, né à Ankara en 1982, auourd'hui en doctorat à l'Université de Basel : Legacies of Jihad 100 Years after World War I, Alp Yenen, 14.11.14. Il n'y a pas beaucoup de références bibliographiques.

Après les historiens allemands, anglais, américains, arméniens, on va avoir une première approche (truco-?)turco-turque (en flou artistique ?) sur le 'Jihad Made in Germany'...

PS - Il y aura √† trouver dans ԲԱԶՄԱՎԷՊ / PAZMAVEB  et dans la bibliographie de Handes Amsoria des Mekhitaristes de Vienne 1887-1986 les passages qui parlent du JIHAD MADE IN GERMANY.

#14596

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:55:35)

Hors ligne

 

#66 28-10-2017 16:49:06

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

JIHAD AND ISLAM IN WORLD WAR I. LEIDEN 2016. 358 pages PDF.

http://tmm.chicagodistributioncenter.com/IsbnImages/9789087282394.jpg

TABLE DE MATI√ąRES

- p.11   : Preface

- p.13   : Erik-Jan Z√ľrcher, Introduction:  The Ottoman Jihad, the German Jihad and the Sacralization of War

- p.29   : L√©on Buskens, Christiaan Snouck Hurgronje, ?Holy War? and Colonial Concerns

- p.53   : Mustafa Aksakal, The Ottoman Proclamation of Jihad

- p.71   : Tilman L√ľdke, (Not) Using Political Islam: The German Empire and its Failed Propaganda Campaign in the Near and Middle East, 1914?1918 and Beyond

- p.95  : Mehmet Beşik√ßi, Domestic Aspects of Ottoman Jihad: The Role of Religious Motifs and Religious Agents in the Mobilization of the Ottoman Army

- p.117 : M. Ş√ľkr√ľ Hanioğlu, Ottoman Jihad or Jihads:  e Ottoman Shīʿī Jihad, the Successful One

- p.135 : Erol K√∂roğlu, Propaganda or Culture War: Jihad, Islam, and Nationalism in Turkish Literature during World War I

- p.153 : Nicole van Os, Gendering Jihad: Ottoman Muslim Women and War during the Early Twentieth Century

- p.179 :  Martin Gussone, Architectural Jihad: The ?Halbmondlager? Mosque of W√ľnsdorf as an Instrument of Propaganda

- p.223 : Hans  eunissen, War, Propaganda and Architecture: Cemal Pasha?s Restoration of Islamic Architecture in Damascus during World War I

- p.275 : Joshua Teitelbaum, The Man Who Would Be Caliph: Sharī an Propaganda in World War I

- p.305 : Umar Ryad, A German ?Illusive Love?: Rashīd Rid ̇ā?s Perceptions of the First World War in the Muslim World 

- p.329 : Ahmed K. al-Rawi,  John Buchan?s British-Designed Jihad in Greenmantl

- p.347 : List of Contributors

- p.349 : Index

_________________

PS1 - Cela fait bien trois ans que je travaille sur le 'Jihad Made in Germany'. J'ai enfin trouv√© la publication consistente  qu'il nous faut au minimum pour mettre au courant les Franco-Maghr√©bins sur cet aspect du GDA1915 : STOP √Ä LA VAMPIRISATION (TRUCO-TURCO-MENSONG√ąRE EN N√ČGATIONNISME D'ANKARA) DES SENTIMENTS ISLAMO-RELIGIEUX DE NOS CONCITOYENS FRANCO-MAGHR√ČBINS !

Non aussi à l'islamophobie (post-colonialiste banalisée) des phobiaco-phobiques...
allant parfois jusqu'√† influencer (/ou investir) la sauce arm√©no-franchouillarde en cloisonnement cloisonn√©-cloisonnant-enfermant-d√©structurant...  lol   lol

PS2 - C'est gr√Ęce √† cette page de Imprescriptible sur le Djihad que j'ai pu commencer ce travail avec les premi√®res pages Adic, etc, etc...

https://0.academia-photos.com/8304098/3134067/3689923/s200_erik_jan.zurcher.jpg . Erik-jan ZURCHER /Universty of Leiden . Jpg et www des autres historiens à chercher par la suite.

PS3 - Essayez de contacter de tels historiens qui sachent parler le français pour organiser des conférences sur cette thématique sensible et inviter des personnalités franco-maghrébines.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/0gmp0.JPG

PS - http://www.arnold-bergstraesser.de/site … 10x148.jpg   Tilman L√ľdke
#14767

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:57:48)

Hors ligne

 

#67 06-11-2017 15:11:37

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

https://www.gregoiredetours.fr/img/livre/jean-yves-la-naour-djihad-1914-1918-la-france-face-au-panislamisme.jpg . Merci à Yvi de nous avoir signalé cette page du POINT publié le 05/11/2017.

J'ai pu trouvé ce texte sur le livre en question. Il y aura à voir comment le chauvinisme turco-turc en exaspération du fanatisme islamo-religieux par la propagande allemande préparée à Berlin fonctionna : en plus de l'appareil génocidaire avec les ministères en bureaucratie, organisations, intendances , géostratégies, communications, etc, etc.

Il y aura certainement d'autres publications -les versions fran√ßaises de livres allemands ou anglais existants. On va voir comment les sites franco-maghr√©bins vont r√©agir au fur et √† mesure.  Nil. 


________________

À la fin du XIXe siècle, des massacres de chrétiens dans l?Empire ottoman se produisent :
¬ę Cent mille √† trois cent mille Arm√©niens ont ainsi p√©ri de 1894 √† 1897, √©gorg√©s, br√Ľl√©s vifs, pendus, mitraill√©s ou lynch√©s ¬Ľ (page 7). En 1909 en Cilicie √† Adana, mais aussi √† Antioche, Alexandrette, Alep, il y a de nouveaux meurtres de chr√©tiens. Suite √† ces √©v√©nements, le gouvernement de Constantinople est isol√© diplomatiquement toutefois l?Allemagne va choisir de s?engouffrer dans cette br√®che. Aussi, √† l?automne 1898, Guillaume II fait un voyage officiel qui le conduit dans la capitale de l?Empire ottoman ainsi qu?√† Beyrouth, Damas (en particulier devant la tombe de Saladin), J√©rusalem et Bethl√©em. L?empereur d?Allemagne s?autoproclame √† cette occasion le protecteur de tous les musulmans de la Terre, ce qui ne manque pas de se faire √©trangler les journalistes anglais pr√©sents comme l?√©crit Ren√© Bazin alors envoy√© sp√©cial du Figaro. En effet l?Empire britannique compte alors un nombre important de musulmans principalement dans les Indes, mais aussi en Malaisie, Born√©o, Aden et divers territoires en Afrique. 

En cette Belle √Čpoque, le sultan se rappelle qu?il est aussi calcife (donc commandeur des croyants) et il va jouer sur cette menace aupr√®s de toutes les puissances colonisatrices (Russie comprise, car l?Asie centrale est bien une partie de l?empire des tzars peupl√©e de populations qui n?ont rien de slaves). Dans le m√™me temps le baron Max von Oppenheim (de p√®re juif converti au catholicisme, il descend du c√©l√®bre banquier juif rh√©nan Salomon Oppenheim) parcourt tout l?espace du Maroc aux Indes (il rencontre d?ailleurs Lawrence en 1912 au Cachemire). Il noue des liens avec en particulier les nationalistes √©gyptiens et th√©orise l?id√©e d?insurrection islamique. Les deux crises marocaines sont l?occasion pour l?Allemagne de se montrer d√©fenseur des populations musulmanes du Maghreb.

Toutefois l?Allemagne laisse l?Autriche-Hongrie annexer la Bosnie-Herz√©govine et l?Italie (alors son alli√©) s?emparer de la Lybie (derni√®re possession ottomane en Afrique). De plus les Jeunes-Turcs sont d?esprit plus la√Įc que l?administration turque classique. Mais apr√®s toutes les pertes territoriales subies en 1912-1913, l?homme fort du pays Enver Pacha, surnomm√© Napol√©onik, conduit une politique d?alliance franche avec l?Allemagne pour b√©n√©ficier des conseillers militaires de l?armement germaniques plus de cr√©dits pour payer des fonctionnaires.

La Turquie va embrasser la cause allemande fin octobre 1914 √† un moment o√Ļ l?Allemagne a remport√© des victoires tant contre la France que contre la Russie. Jean-Yves La Naour montre comment est agit√© le drapeau vert de l?islam, citant le texte du calife, dont nous retirons ceci :
¬ę Ceux qui prendront part √† la Guerre sainte pour le bonheur et le salut des Croyants et en reviendront vivants jouiront du bonheur ; quant √† ceux qui y trouveront la mort, ils auront droit au titre de martyr ¬Ľ.


Quelles r√©percussions cela a dans les colonies fran√ßaises d?Afrique du nord d?une part et par ailleurs de l?Empire britannique ? Finalement c?est la seule Italie qui de fa√ßon cons√©quente paie les pots cass√©s dans le territoire africain qu?elle vient d?annexer, √† savoir la Lybie ; de ce fait le sud tunisien conna√ģt quelques agitations (voir La guerre de 1914-1918 sur les confins tuniso-tripolitains) comme tout le Sahara oriental et les confins √©gyptiens. C?est la confr√©rie mill√©nariste des Senoussis qui dirige les op√©rations. Du c√īt√© de l?Afghanistan, la diplomatie allemande n?arrive pas √† entretenir une r√©bellion, faute d?appui v√©ritable du souverain du pays et on ne compte que quelques sabotages de Perse visant une compagnie p√©troli√®re anglaise et une agitation sporadique en Inde. Notons que la r√©volte des Arabes contre les Turcs se font sous la houlette du ch√©rif de La Mecque... les Turcs sont donc dans l'histoire l'arroseur arros√©.

Une partie de l?ouvrage d√©veloppe les occasions manqu√©es de faire √©voluer les statuts des indig√®nes en Alg√©rie, au Maroc et en Tunisie. Toutes les mesures progressistes avanc√©es par les parlementaires fran√ßais sont torpill√©es par le lobby des grands colons. L?administration fran√ßaise favorise en temps de guerre le p√®lerinage √† La Mecque et on compl√®tera ces pages avec celles de l?ouvrage Aux villes saintes de l?islam paru aux √©ditions du F√©lin. 

Par ailleurs, vis-√†-vis des prisonniers d?Afrique noire et du Maghreb, l?Allemagne invente les camps de r√©√©ducation politique. Les tirailleurs, spahis et goumiers, aux mains de l?Allemagne, sont invit√©s √† aller rejoindre l?arm√©e ottomane. Le probl√®me est que les conditions o√Ļ ces troupes ont √©t√© spontan√©ment trait√©es par l?arm√©e allemande ont √©t√© souvent abjectes, ceci en particulier parce que les Allemands qui les ont fait prisonniers avaient bien int√©gr√©s la propagande allemande qui faisait  d?eux des √™tres sanguinaires (collectionnant les oreilles et les doigts de leurs victimes). Last but not least, le menu dans les camps habituels de prisonniers fran√ßais en Allemagne avec viande rel√®ve toujours de la dimension porcine et lorsque l?on est dans un camp pour musulmans il n?y a plus de viande du tout pour une soupe gu√®re plus √©paisse et le m√™me pain KK (fait sans un gramme de farine de bl√© ou d?autres c√©r√©ales). Le 13 juillet 1915 est inaugur√©e, au camp de Zossen (non loin de Berlin) la premi√®re mosqu√©e en Allemagne.

Un des propagandistes, le lieutenant Rabah Boukabouya, instituteur constantinois avant 1914, est victime d?une intrigue d?un autre et se retrouve journaliste pour la Gazette des Ardennes.  Apr√®s la fin de la guerre, il devint officier dans l?arm√©e ottomane. Jusqu?au milieu du conflit, un indig√®ne ne peut d√©passer le grade de lieutenant (d?ailleurs avec une solde bien faible) sauf circonstances tr√®s exceptionnelles et il semble que cette situation ait √©t√© tr√®s mal v√©cue par Rabah Boukabouya. En 1915, dans une brochure diffus√©e en Afrique du Nord, il critiqua les conditions faites √† l?ensemble de ses coreligionnaires combattants pour la France. En avril 1915, √† Bailly dans le secteur de la Somme, servant au 7√®me r√©giment de tirailleurs alg√©riens, il entra√ģne √† la d√©sertion soixante-dix-huit soldats et sous-officiers de son unit√©. Sur l?ensemble des militaires maghr√©bins faits prisonniers environ 1 000 succomberont aux sir√®nes djihadistes et les trois-quarts d?entre eux d√©serteront. Ce qu?il faut peut-√™tre retenir c?est que c?est premi√®rement l?intelligence des musulmans qui a √©t√© le seul frein au basculement vers le djihadisme et d'autre part que c'est une r√©elle injustice qui a fait basculer un sujet fran√ßais (auquel on refuse le statut et les droits d'un citoyen) dans la propagande radicale.
#14920

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 01:12:59)

Hors ligne

 

#68 06-11-2017 19:48:47

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

L'islam selon Tareq Oubrou #1 : le djihad
Le mot "djihad" appara√ģt partout, mais qui en conna√ģt v√©ritablement le sens ? Explications de texte avec le recteur de la mosqu√©e de Bordeaux.
LE POINT / PAULINE TISSOT, le 17/06/2016 . VID√ČO de Tareq Oubrou . 2mn:17s

On va avoir les Truco-Turcs (√† la sauce Erdogan) l√† o√Ļ ils s'attendent le moins : par l'islam. Le meilleur moyen de vaincre son adversaire, est sur son propre terrain. Ne nous-sommes pas des Chr√©tiens d'Orient en France o√Ļ se trouve une tr√®s importante communaut√© arabe ?


Avec la publication du livre de Jean-Yves Le NAOUR (304 pages, au message précédent) + le Film ("à l'eau de rose" selon notre 'Armen_P') LA PROMESSE, les choses vont aller vite... si on bosse. Il ne tient qu'à nous. Nil.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/0gmp0.JPG
#14950

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:58:38)

Hors ligne

 

#69 14-11-2017 22:52:46

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Youtube du Djihad du Kaiser ?

- Version allemande avec des variantes : autre version

- Version française / Guerres saintes . Le djihad du Kaiser/ Video 46mn:05s

- Version espagnole

- AUJOURD'HUI EN PORTUGAIS  >> les Hays du Br√©zil en sont-ils inform√©s ? Il semblerait que non en remarquant le nombre de vues. En tout cas, n'oublions pas d'en informer √† l'occasion les Br√©ziliens de France -et de Berlin.

Retrouver la version anglaise.

. R√ČCAPITULATIF 'JIHAD MADE IN GERMANY' (√† actualiser) √† ce message #5 du 'thread' Deutschland17 - Migrants. Etudes-relations germano-arabe-islamisantes.

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ALLEMAGNE(S) & RECHERCHES-CONSID√ČRATIONS ARM√ČNO-EURO-GERMANISANTES  (#1)

Suite à ma recherche pour ce message #67 du 'thread' "Comment mieux combattre l'Islamophobie ?", j'ai trouvé des titres de publications universitaires américaines et britanniques, concernant [b]

- la déclaration du Djihad par le caliphat ottoman en Nov. 1914 -par sa direction jeune-turque ;

- le firman de 1917 du Chérf hachémite du Hedjaz, Hussein Ibn Ali Gardien -Gardien des Lieux Sains de La Mecque ;

- la chute de l'Empire ottoman / armstice de Moudros et le 'The Khilafat Movment 1919-1924' ;

Je lirais gamats-gamats les articles concernant ces publications. Il y aura à voir
- s'il y a eu √† l'√©poque des √©chos dans le journal arm√©nien d'√Čgypte, AREV [img]aaa[/img] ;
- s'il y a aujourd'hui des travaux arm√©no-historiographiques sur cette p√©riode publi√©s en Arm√©nie, au Liban ou en √Čgypte ;
- sachant que l'on peut faire contact avec les chercheurs francomagrébins ;
- et leur faire conna√ģtre le point de vue arm√©nien sur ces quatre points.

Cela d'autant il y a LA FONDATION POUR L'ISLAM DE FRANCE qui se structure avec J-P Chévement et nous avons notre mot à dire -ne serait-ce comme chrétiens d'Orient : à ce message #nn[/url].

Merci d'en parler aux CCAF r√©gionaux, √† notre √Čv√™que Hovhan Hovhannissian, √† l'exarchat arm√©no-catholique, aux Eglises arm√©no-√©vang√©lques de France et √† vos paroisses.

On va voir aussi ce qui va se passer en Allemagne o√Ļ il y a une tradition de la pens√©e allemande en analyse-symth√®se, scientifico-anthropologique et ayant l'exp√©rience (horrible et v√©cue) du nazisme. L'Allemagne a plusieurs millions de Turcs sur les bras qui sont mentalement formart√©s depuis un si√®cle en nationalisme truco-k√©maliste. Ce ne sera pas √©vident. Ce qui nous est int√©ressant en Allemagne, pour en tant que Hays, c'est qu'elle a accueili un million de Syriens qui sont aujourd'hui en formation ou qui travaillent. Cela va contrebalancer l'influence truco-turque en n√©gationnisme.

https://www.mostresource.org/storybank/ … a-america/
#15110

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:49:54)

Hors ligne

 

#70 11-01-2018 13:00:09

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- Il sera intéressant de voir ce qu'il en est de ce livre : Recalling the Caliphate : Decolonisation and World Order

- Cela pourra entrer dans le cadre de ce nouveau thread : Islam~Devchirmé~Eurocentrisme~Jihad1914-1915-23-24~Dénis~Phobies~Daesh

As late as the last quarter of the twentieth century there were expectations that Islam's political and cultural influence would dissipate as the advance of westernization brought modernization and secularization in its wake. Not only has Islam failed to follow the trajectory pursued by variants of Christianity, namely confinement to the private sphere and depoliticisation, but it has also forcefully re-asserted itself as mobilizations in its name challenge the global order in a series of geopolitical, cultural and philosophical struggles. The continuing (if not growing) relevance of Islam suggests that global history cannot simply be presented as a scaled up version of that of the West. Quests for Muslim autonomy present themselves in several forms - local and global, extremist and moderate, conservative and revisionist - in the light of which the recycling of conventional narratives about Islam becomes increasingly problematic. Not only are these accounts inadequate for understanding Muslim experiences, but by relying on them many Western governments pursue policies that are counter-productive and ultimately hazardous for Muslims and non-Muslims alike. "Recalling the Caliphate" engages critically with the interaction between Islam and the political in context of a post colonial world that continues to resist profound decolonization. In the first part of this book Sayyid focuses on how demands for Muslim autonomy are debated in terms such as democracy, cultural relativism, secularism and liberalism. Each chapter analyzes the displacements and evasions by which the decolonization of the Muslim world continues to be deflected and deferred, while the latter part of the book builds on this critique, exploring and attempts to accelerate the decolonization of the Muslim Ummah.

https://d1w7fb2mkkr3kw.cloudfront.net/assets/images/book/lrg/9781/8490/9781849040037.jpg . L'auteur en est Salman SAYYID, Professor of Social Theory and Decolonial Thought √† l'UNIVERSIT√Č DE LEEDS. UK

Est-ce que le professeur Salman Sayyid prend en compte le GDA1915 avec le Jihad Made in Germany de nov.1914 ? Avec les cons√©quences d'un demi si√®cle de mutismes par realpolitik mercantile et g√©ostrat√©gique ?  Les cons√©quences de la mise en place des "r√©formes k√©malistes" faussant la perception du crime g√©nocidaire et la faisant glisser sur les deux autres peuples musulmans de la r√©gion, les Kurdes et Arabes ? En fait, cherchant √† escamoter la structure anthropologique-soci√©tale de l'Islam turco-ottoman pour criminaliser l'islam -c'est-√†-dire la religion ?

Il y aura √† informer les islamologues -cela d'autant plus que l'on sait aujourd'hui la liaison politico-symbolique entre le k√©malisme (nationaliste et la√Įciste) et le nazisme. Il y aura toute une recherche √† faire sur les liens en radiographie entre
- Daesh criminalisant les musulmans à l'encontre de l'Occident, aussi à l'encontre de l'Islam, de l'islam (religion)
et
- le truco-turco-négationnisme industrialisé d'Ankara à l'encontre du GDA1915.

On peut dire en tout cas que l'islamophobie marche (tr√®s) bien chez certains de nos arm√©nautes se drogant de phantasmagorie diabolisante -parlant en la√Įcisme sous pr√©texte de la√Įcit√©. Historiquement, on le comprend : sachant les m√©canismes d'enfermements g√©nocidaires -connus gr√Ęce √† nos essayistes, psychologues et psychanalystes.

Au moins en Allemagne, il n'y a pas l'h√©ritage post-colonial de la Guerre d'Alg√©rie. En plus, on ne peut pas prendre le pr√©texte de la la√Įcit√© qui n'y existe pas -les organisations religieuses ont officiellement droit de cit√© en Allemagne. L'islamophobie ici en Allemagne est plus proche du racisme que de la x√©nophobie (non dite -mais moins dangereuse) en franco-la√Įcisme -√† la sauce franchouillarde ou versaillaise. Mais on peut s'en inqui√©ter quand on entend dire que l'on va republier C√©line avec son jud√©ophobie injurieuse pr√©conisant l'anti-s√©mitisme franco-officiel du r√©gime p√©tainiste. Nil.
#15924

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:52:16)

Hors ligne

 

#71 16-02-2018 08:47:06

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Je suis en train de lire cet article en anglais de janvier 2015. Après je le lirai sa traduction automatique en français. L'article semble bien documenté avec ses 55 références bibliographiques. Je ne sais pas encore si L. Rubinstein a lu le 1er livre de Stefan IHRIG publié en même temps et qu'il l'évoque.

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/412-UPAXj%2BL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg . https://s3.amazonaws.com/berkley-center/RichardLRubenstein.jpg . Richard L. RUBINSTEIN ~~ JIHAD AND GENOCIDE
#16540

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 01:18:22)

Hors ligne

 

#72 16-02-2018 10:17:50

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

http://www.lesprovinciales.fr/wp-content/uploads/2017/10/cropped-Lesprovinciales-01.png

LA MAISON D'√ČDITION LES PROVINCIALES . Cela devient int√©ressant. Il y a de la lecture (et du d√©cryptage) en perspective.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/0gmp0.JPG . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0/daech.jpg . Le débat va en plus sortir de notre ghetto arméno-arménien du forum NAM.
#16555

DerniŤre modification par Adic2010 (12-11-2018 23:53:27)

Hors ligne

 

#73 19-08-2018 10:40:34

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

- Les www de renvois à des messages (#nn) ou à des rubriques (R#NN) dans ce 'thread' Jihad Made In Germany ? sont maintenant actualisés à ceux du nouveau forum.

- Ce 'thread' est classé-lié-initié au 'thread' C3-IV/ :
Deutschland3 - Turco.Ottomans - Hays / Jeunes-Turcs 1908 > 1915 > 1918

Le prochain voyage de la chanceli√®re Angela Merkel va-t-il faire conna√ģtre le livre THE HOLY WAR "MADE IN GERMANY" (New York 1915) en France ?

Les CCAF r√©gionaux ont du boulot.   roll

Il serait temps que le CCAF de Paris contacte l'Institut musulman de la Grande Mosqu√©e de Paris qui a reconnu le GDA1915 le 4 mai 2015. Merci de faire passer le message. Nil.  wink

https://pbs.twimg.com/media/DbNDVX2XkAA15GD.jpg
#18970

DerniŤre modification par Adic2010 (19-08-2018 11:26:38)

Hors ligne

 

#74 28-08-2018 12:46:25

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

Suite à ce message#18 du 'thread' Quel dialogue en présence~absence~escamotage~graphisme-de-l'osmanli ?...

http://www.genocide-museum.am/arm/news-img/25.12.2014.jpg . il est important de signaler qu'il n'y a pas (encore) de versions en anglais et surtout en fran√ßais de la page sur la d√©claration de la Guerre Sainte √† Konstantiny√© en novembre 1914. L'auteur de cette page est Shushan Khachatryan, chercheuse √† l'AGMI, Շուշան Խաչատրյան, ՀՑԹԻ գիտաշխատող.

Je transcris ci-dessous la traduction automatique :

1914 Ce jour-là, le 14 novembre, l’Empire ottoman entama une déclaration formelle de la Première Guerre mondiale. Le 14 novembre 1914, le chef spirituel sunnite de l'Empire ottoman, Sheikh ul-Islam Ha'if Effendi (1), devant la mosquée Fatih à Constantinople, assista à des fonctionnaires et lisait aux gens réunis 5 Fatwa (2) et plusieurs théologiens islamiques bien connus a confirmé la décision de la guerre sacrée du sultan ottoman Mehmet V et a appelé tous les musulmans du monde à s'opposer au djihad contre la Russie, l'Angleterre, la France et leurs camarades (3). L’idée du Jihad était le plus jeune gouvernement de l’Empire ottoman, avec le soutien actif du Kaiser Allemagne, mais le Jihad Ottoman n’a finalement pas servi d’arme stratégique aux intérêts allemands, mais à l’usage interne et à l’influence de l’Empire Ottoman.

Le chef catholique arménien du diocèse du diocèse de Trabzon, l'archevêque de Hovhannes Nazlian, a cité une partie des cinq pages traduites en arménien et a parlé des Fethiye et de son influence sur les musulmans, avec les autres témoins oculaires.

"Quand de nombreux ennemis s’unissent contre l’Islam quand l’islam a pillé, les gens de l’islam sont harcelés et emprisonnés quand dans ces conditions la Halifah de l’islam, sous les bénédictions sacrées de Guran, déclare la guerre sainte, la guerre n’est pas un devoir pour tous , un moine ou un faucon, et tous les islamites ne doivent pas le plaisir de lutter pour la foi. Réponse: oui. Les sujets de la Russie, de la France, de l'Angleterre et des pays aidants n'ont pas à mener une guerre sainte contre leur gouvernement. Réponse: oui. "

Ces turbulents "oui" n'ont pas r√©ussi √† p√©n√©trer les fronti√®res de l'arm√©e turque et de leurs camarades et n'y ont r√©pondu qu'en Turquie, conform√©ment √† ce principe d√©clar√© par le parti des Jeunes Turcs: "les peuples eux-m√™mes ne sont li√©s que par leurs propres affaires int√©rieures". √™tre inspir√©. " Les islamistes de tous les autres pays, dans les arm√©es auxquelles ils appartenaient, luttaient contre les soldats des Jeunes Turcs contre l‚Äô√©galit√© des soldats chr√©tiens, qui consid√©raient que c‚Äô√©tait les n√©gateurs de l‚Äôislam. Au contraire, cette jalousie a provoqu√© la fureur de la haine des Turcs contre leurs camarades chr√©tiens, en particulier les Arm√©niens. Pour lui, si les motifs de l'extermination de cette tribu d√©sarm√©e √©taient purement politiques, son Ňďuvre √©tait cependant pleine d'enthousiasme et d'enthousiasme pour des motifs purement religieux. "(4)

Ces d√©clarations et autres appels et appels du Jihad ont √©t√© mis en Ňďuvre de la meilleure fa√ßon au sein de l‚ÄôEmpire Ottoman et ont trouv√© peu de r√©ponse au Hamas. Le sultan turc √©tait le calife, le chef de toutes les religions islamistes, et les Turcs √©taient g√©n√©ralement accept√©s. Parmi les autres musulmans, cette question recevait des r√©ponses diff√©rentes. le califat du sultan s'est m√™me impos√©.

Selon l'archevêque Zaven Eghiayan, patriarche de Constantinople, le résultat de ce "djihad exagéré" était une mort très meurtrière d'une nation chrétienne "(5), c'est-à-dire le génocide commis contre les Arméniens.

L'influence n√©gative du Jihad contre les chr√©tiens a commenc√© avec les militaires. Dans son livre, Avetis Tekeyan note dans son livre que les soldats venus du front et qui ont rencontr√© leurs amis ont d√©clar√©: "La d√©claration du Jihad a cr√©√© une situation terrible sur le front et a caus√© une trag√©die terrible.(6) Il pr√©sente √©galement les paroles d'un soldat arm√©nien sur le front, qui a rapport√© la situation des Arm√©niens avant la d√©claration du Jihad et ensuite. L'attitude envers les militants non islamistes a √©volu√© vers la haine finale apr√®s la d√©claration du Jihad. "Dans l‚Äôarm√©e, tout le long du front, nous √©tions sur le front du feu, nous soldats arm√©niens. La plupart d'entre nous sont bless√©s dans les tranch√©es. Les chefs militaires tachiques nous ont toujours conduits en avant. Mais il ne nous a pas montr√© une attitude hostile ouverte. Apr√®s cette annonce, l‚Äôesprit de cet esprit discriminatoire a chang√© sur nous. Ils nous ont d√©sarm√©s et se sont transform√©s en syndicats ¬Ľ(7).

Johannes Lepsius rapporte quelques faits sur l'importance de la déclaration du Jihad, dont l'un est le suivant: "La déclaration" La guerre de la guerre sainte "a provoqué une irritation générale de l'élément turc contre les éléments chrétiens. les nations chrétiennes ont rapidement commencé à craindre que le nationalisme turc ne profite du fanatisme de l'islam pour rendre populaire la guerre du peuple islamique (8).

Le New York Times contient √©galement des nouvelles sur ce sujet. Par exemple, en r√©f√©rence √† une d√©claration de Petrograd en 1914, Le 29 novembre, "FANATICIENS ERZRUMI CONNA√éT LES CHR√ČTIENS. Le message de la guerre sacr√©e a suivi la d√©vastation des b√Ętiments des Arm√©niens "avec le texte suivant: "Selon des informations provenant de la ville turque d'Odessa, tous les clubs, √©glises et √©coles arm√©niens ont √©t√© d√©truits par la foule apr√®s l'appel √† la guerre sacr√©e des musulmans. Quatre Arm√©niens, dont une femme, ont √©t√© tu√©s dans les rues "(9).

Après avoir lu le Jihad Fatwa à Constantinople, des atrocités ont eu lieu à l'intérieur de la ville, dont la première victime était le magasin arménien Tokatlán. Un témoin de l’incident, Simon Khoren, raconte l’humeur du jour. "Histoire de Fatih. La foule entourant la mosquée a célébré le 461ème anniversaire de la capture de Paul et a révélé le drapeau du Jihad. Wow, quel mot rouge! L'appel à l'islam était celui qui avait pour but de provoquer tous les Mishlamis dans le monde. Le noir était sombre. une pluie terrible tomberait. Le danseur, quittant l’ambassade d’Allemagne, a soufflé les verres de Toglatlyan et est finalement tombé sur le refrain de Yeni Charchy. l'ambassade "(10).

Dans les ann√©es 1915, les Arm√©niens, qui avaient recours √† la l√©gitime d√©fense √† divers endroits, ont √©t√© d√©clar√©s en dehors de la loi islamique, √† savoir un tra√ģtre, un ennemi. Patriarche de Constantinople Zaven Archev√™que Yeghiaian a la d√©claration suivante: "La mar√©e √©tait √©puis√©e dans ce pays, car les Arm√©niens √©taient consid√©r√©s comme un ennemi de l'islam et un ennemi de l'islam, et leur vie, leur honneur et leur richesse √©taient consid√©r√©s comme des meurtres, des viols et des vols m√™me pour des personnes officielles."(11)

Ainsi, les musulmans de l'Empire ottoman ont visé la civilisation, la culture et l'existence musulmanes à l'intérieur des frontières de l'Empire ottoman.

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRI_Y0ynO-qLeys8GuZngDh--uK-jJSTUiccaJ-GlIrtfmrd0KEyw . Shushan Khachatryan, chercheur AGMI

1. Effet ottoman ottoman Huggewood (1867-1921), Jeunes Turcs, 1914-1916 Cheikh Ul-Islam de l'Empire Ottoman .

2. La fatwa (en arabe, ¬ęd√©cision¬Ľ) est une d√©cision islamique juridique-religieuse prise par une personne de la plus haute autorit√© spirituelle (Mufti, Khadi, Sheikh Ul-Islam). Obtenir Fatwa avant de prendre une d√©cision publique ou publique importante a toujours √©t√© une condition obligatoire. 1914 Le num√©ro, publi√© le 14 novembre, a √©t√© r√©dig√© bri√®vement, avec 5 questions et r√©ponses, le qualifiant de djihad contre tous les musulmans contre les √Čtats de l‚Äôentente et leurs partisans, sur la base de leurs propres croyances et de la protection du califat islamique.

3. Cheikh ul-Islam , le Jihad Fatma , le père Effendi, 1915 Il a démissionné en septembre, ce qui a été interprété par la suite comme prétendument contre les massacres de chrétiens ottomans. Cependant, certains experts estiment que le père Effendi est parti pour une raison différente, il était juste contre l’avenir, en 1916, il s’attendait à une réforme juridique et plus tard à un ami des Jeunes Turcs. voir Guait J., Cheikh Fayz al-Hussain dans le génocide arménien: "L'islam est Omniscient", FAM, Moscou, 2007, p. 53.

4. Le primat du tr√©sor du dioc√®se de l'√Čglise orthodoxe apostolique arm√©nienne, √©v√™que Hovn. M√©moires de Nazillian sur les √©v√©nements politico-religieux du Moyen-Orient au cours de la p√©riode 1914-1928 ; Voir aussi Beyrouth, 1960, p.

5. Zaven archevêque, orthodoxe patriarcale. Certifications et témoignages, Le Caire, 1947, p.

6. Tehekian , Druges du grand √Ęge d'avril, Beyrouth, 1956, p.

7. Au même endroit.

8. Les pogroms arm√©niens. Ph.D. Bulletin de Johannes Lepsius, Matenaratus "Azdak", n ¬į 98, Beyrouth, 1965, p.

9. "ERZERUM FANATICS SLAY CHRISTIANS: Proclamation de la guerre sainte, The New York Times, 29 novembre 1914.

10. Theodik, personnes √Ęg√©es d'En√©en, 1916-1920, J.-JD. Ann√©e, B. Publication, Alep, 2009, p.

11. Patriarche arménien de Constantinople Zaven archevêque La lettre d'Eghiayan adressée au chef spirituel arménien Ts. Rev. Poésie, K. Paul, 28 décembre 1915, citation du livre suivant: Le génocide arménien dans l’Empire ottoman, Collection de documents et de matériaux. C. Nersisyan, éd., 1991, pages 407-408.

#19065

DerniŤre modification par Adic2010 (28-08-2018 12:48:05)

Hors ligne

 

#75 17-04-2020 18:01:06

Adic2010
@rmenaute

Re: Jihad Made In Germany ?

https://www.centenaire.org/sites/default/files/styles/full_16_9_custom_user_tablette_1x/public/atoms/images/home_encyclopedie_1418.jpg?itok=V_gH6cDM . https://encyclopedia.1914-1918-online.net/assets/img/logo-large.png . https://encyclopedia.1914-1918-online.net/assets/img/fu-logo.png . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/eu_germany.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/armenia_m.JPG . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/eu_france.jpg . Le site allemand INTERNATIONAL#ENCYCLOPEDIA#1914-1918 a une page sur le JIHAD HOLY WAR (OTTOMAN EMPIRE)...

https://www.socialeurope.eu/wp-content/uploads/2018/06/ludke_bio-200x200.jpg . Tilman LÜDKE, Arnold-Bergstraesser-Institut >> à informer les Instituts musulmans des mosquées de France, le CFCM, les CRCM, les Conseils des imams en théologie islamique.

#25731

DerniŤre modification par Adic2010 (17-04-2020 18:01:45)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion rťservťs
© Nouvelles d'Armťnie Magazine / www.armenews.com -