Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 17-11-2014 13:28:23

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

...Hélène Piralian.
Reconnaissance du génocide arménien, point de vue d'une psychanalyste
  dimanche 16 novembre 2014
     
Génocide arménien : reconnaissance et réparations

Point de vue de la Diaspora
Reconnaissance du Génocide Arménien, point de vue d'une psychanalyste
Hélène Piralian

http://repairfuture.net/images/dossiers/reconnaissance/PhotoArticlePiralian.jpg
http://repairfuture.net/images/dossiers/reconnaissance/PhotoIdentitePiralian.jpg

        
Hélène Piralian
Psychanalyste
Si l?on veut comprendre la nécessité impérative de la reconnaissance du génocide des Arméniens, malgré le temps qui nous en sépare et qui semble l?éloigner, il faut prendre en compte ses spécificités et les effets psychiques qui en découlent. Et ceci, aussi bien pour les descendants des Arméniens que des Turcs dont les destins sont liés.

Si la principale caractéristique du projet génocidaire est celle de vouloir, au-delà du meurtre des membres d?un groupe, de faire disparaître le groupe lui-même en faisant disparaître tous ses membres ? non seulement du présent mais aussi du passé donc du futur ? cela dit clairement que ce projet a pour objectif le meurtre, et au-delà du meurtre des vivants, de leurs descendants. C?est cela que son déni maintient actif au présent et c?est aussi pourquoi il est imprescriptible.

Or, si le destin d?un disparu est tragique puisqu?il ne peut être, pour ses proches, ni vivant ni mort et que son deuil reste ainsi suspendu, plus encore est celui du disparu dont la disparition est programmée et organisée et s?accompagne, au-delà du déni, de l?effacement de cette disparition, c?est-à-dire de l?existence même du disparu comme dans un génocide. C?est alors que ce disparu devient plus qu'un disparu, un « n'ayant jamais existé »[1], ce qui prive ses descendants non seulement de son deuil mais aussi d?antécédence puisque « l?ayant existé » même du disparu est dénié.

D?où sans doute l?obsession, l?acharnement des rescapés à vouloir témoigner et la hantise de la mort du dernier témoin vivant qui signifierait alors le risque de la disparition, de la chute dans le néant de tout le groupe ; comme si tant que quelqu?un pouvait encore témoigner de cette volonté d?effacement elle était tenue en échec.

Face à cela, il semblerait qu?il ne resterait plus aux survivants pour retenir hors du néant et empêcher que ne disparaissent définitivement ces disparus que d?offrir leurs corps comme sépultures à ceux que, dès lors, tout concourt à exclure de l?ordre humain. Quant aux héritiers de ces survivants ils seraient doublement pris dans cette impossibilité de vie propre puisqu?ils se devraient d?être fidèles, non seulement aux disparus mais aussi à ces survivants qui les ont précédés et qui furent les premiers porteurs de ce deuil impossible. Se met ainsi en marche une destruction génocidaire qui, si rien ne vient l?arrêter, se poursuit de génération en génération. Il s?agirait alors ici plutôt que d?une transmission, d?un transfert à la génération suivante d?une impossible transmission ou de celle de son échec.

C?est pourquoi je poserai la question de la transmission ainsi : comment restaurer, après un génocide, une transmission qui permette une vie autre que la survie aux survivants et à leurs héritiers, autre que celle consistant à présentifier les disparus pour les empêcher de disparaître, en faisant corps avec eux et en incarnant leur douleur ?

Car maintenir au présent la catastrophe, l?incarner, est une manière de se donner en preuve de ce qu?elle a bien eu lieu, mais rend, en contrepartie, pour cet héritier-là, toute vie propre, toute sortie du lieu du meurtre génocidaire et de la douleur qui l?accompagne impossible voire interdite. Puisque ne pas ou ne plus tenir en visibilité la disparition rendrait ce survivant ou cet héritier complice de la disparition même.

D?où cette question : comment sortir de ce lieu qui n?est que celui de la survivance et où la vie n?est vécue que pour maintenir en visibilité le meurtre d?un autre ?

Question qui pourrait aussi être reformulée ainsi : comment les survivants et leurs héritiers peuvent-ils sortir les disparus « génocidés » hors du néant, les réinscrire dans leur statut d?ayant été vivants pour ensuite les inscrire comme des ancêtres morts, c?est-à-dire les réinscrire dans une transmission générationnelle, sans les abandonner au néant ?

Il faut, en premier lieu, pour cela que les survivants et leurs héritiers puissent penser que sortir du génocidaire n?est ni une trahison ni un abandon. C?est pour cela qu?il est impératif que l?existence du génocide, son « ayant eu lieu », soit reconnue et inscrite dans l?histoire de la Turquie. C?est là que la demande de reconnaissance par les gouvernements tiers prend tout son sens. Tout aussi importante est la pénalisation de son déni puisque celui-ci maintient actif le meurtre génocidaire sur les descendants actuels de ce génocide en rendant impossible toute sépulture réelle ou symbolique. Absence qui entraîne la nécessité pour ces survivants et leurs héritiers d?incarner au présent en même temps que les disparus, le génocide lui-même.

Un autre point me paraît important comme étape du deuil c?est celui de la réincarnation, de la ré-individualisation des disparus, lesquels ne seraient plus dilués dans une masse anonyme mais redevenus des sujets singuliers ; c?est-à-dire après qu?on ait restitué à chacun d?eux son individualité, autrement dit les spécificités qui constituaient son identité dans l?avant de sa disparition.[2]

Ainsi et encore une fois, tant que les disparus, les siens, forment masse avec tous les autres disparus inconnus, les identifications des survivants ne peuvent se faire qu?à un disparu abstrait et impersonnel en même temps qu?à un corps incorporé de douleur indépassable et non guérissable, dirons-nous.

Dès lors, la subjectivation du survivant ne peut que rester en suspens, prise dans les raies de la mort et de la douleur de ce corps devenu atemporel et immortel. C?est ainsi qu?il se trouve chargé d?une dette monstrueuse et non remboursable, piège d?une humanité à soutenir à tout prix et qu?il occupe, en cela, une position éthique extrême.

La subjectivité du survivant, c?est-à-dire ce qui lui appartiendrait en propre, ne peut donc redevenir possible qu?à partir de la restitution de celle des disparus et lui donnerait accès à la possibilité à la fois de s?en différencier et de s?en séparer. Le survivant pouvant alors, en s?appuyant sur les éléments constitutifs retrouvés des disparus, y nouer ses signifiants propres, qui, à ce moment-là peuvent émerger en lien avec ceux des « retrouvés ». Alors que jusque-là ils étaient comme « interdits de séjour » puisqu?ils menaçaient à la fois les disparus de disparition définitive et eux-mêmes d?engloutissement dans le néant.

Sortir de la survivance, en ce cas, ce serait donc bien pouvoir réinstaller les disparus comme des vivants puis des morts, ce qui permettrait à leurs enfants de ne plus être à leur tour des survivants porteurs d?un deuil impossible mais simplement les héritiers d?autres humains. Le génocide pourrait alors interrompre sa répétition atemporelle et, quittant en quelque sorte le présent, appartenir à un passé révolu.

Retrouvailles et pertes seraient, dans ce cas, concomitantes. Les disparus n?étant retrouvés que comme perdus, retrouvés pour pouvoir être (devoir être) perdus parce que devenus enfin des ancêtres comme les autres.

Ce processus que je viens de décrire existe pour tous les Arméniens ? qu?ils soient d?Arménie, de la diaspora, de Turquie ou crypto-arméniens ? mais aussi pour les Turcs qui en prennent de plus en plus conscience et surtout l?expriment publiquement.

C?est ce qu?exprime ainsi Fethiye Çetin dans Le livre de ma grand-mère : « ce que je venais de découvrir ne correspondait pas du tout à ce que je savais. Tout le savoir que j?avais jusque-là se retrouvait sens dessus dessous, mes valeurs étaient ébranlées, mon cerveau lancinait de douleur et de confusion, j?avais peur que ma tête n?explose et que son contenu n?éclabousse tout autour de moi. » [3]  Dans ce livre, elle raconte comment sa grand-mère lui apprend qu?elle est arménienne et ce qu?elle a vu et vécu pendant le génocide. Fethiye Çetin se révèle ainsi être arméno-turque et descendante d?une crypto arménienne.

Face à cela, il semblerait que pour toutes ces personnes, prises bien que différemment, dans le processus d?effacement de ce génocide, sa reconnaissance, qui rendrait possible la réapparition puis le deuil des disparus, serait un acte fondateur d?une réparation. Celle ci permettrait, au-delà du présent, que le futur, l?avenir des générations des uns et des autres, des Arméniens et des Turcs, se réinscrive enfin dans une histoire commune vivante.

Il y a donc urgence à ce que les héritiers de ce génocide, chacun de sa place, s?intéressent de près aux autres pour mettre fin aux mensonges et que chacun puisse, dès lors, rejoindre ses origines, parfois composites et à partir de là, reconstruire son identité à la fois dans la différence et le partage avec les autres.



[1] Pour plus de développement voir Hélène Piralian, Génocide et transmission et Génocide disparition, déni, éd. de l?Harmattan

[2] Daniel Mendelsohn dit, dans son livre Les disparus dans lequel il nous raconte sa recherche des personnes de sa famille rescapés de la Shoah : « J?étais à la recherche de la mauvaise histoire, l?histoire de la façon dont ils étaient morts, plutôt que celle dont ils avaient vécu. [?] L?histoire réelle, c?était le fait qu?ils avaient été des gens ordinaires, qu?ils avaient vécus et qu?ils étaient morts comme tant d?autres.»

[3] Fethiye Çetin, Le livre de ma grand-mère, éd. L?aube.

Hors ligne

 

#2 18-11-2014 17:22:57

Adic2010
@rmenaute

Re: Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

cool   C'est bien, c'est cool que Hélène Piralian commence à se faire connaître internationallement concernant le génocide arménien, sa reconnaissance et les réparations en point de vue de la diaspora arménienne : reconnaissance du génocide arménien point de vue d'une psychanalyste grâce au site de qualité qu'est 'REPAIR'.   smile

On peut y lire AUSSI son texte en anglais, en arménien et en turc !   big_smile   Ce n'est pas en allemand, mais la plupart des Hays d'Allemagne lisent ces trois langues.  neutral

J'espère que les textes de Piralian seront publiés dans ces trois langues et en allemand.

Il y aura de quoi mettre les Turcs d'Allemagne au courant. http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/iconographie/eurocitoyens.jpg

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_a/1yervantherian.jpg . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_9/absolut.jpg  [/b]

#58

Dernière modification par Adic2010 (14-10-2018 20:42:11)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#3 28-03-2015 13:29:03

Adic2010
@rmenaute

Re: Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

On peut lire dans le texte d'Hélène Piralian de 'REPAIR' plus haut :

"Face à cela, il semblerait que pour toutes ces personnes, prises bien que différemment, dans le processus d?effacement de ce génocide, sa reconnaissance, qui rendrait possible la réapparition puis le deuil des disparus, serait UN ACTE FONDATEUR D'UNE RÉPARATION. Celle ci permettrait, au-delà du présent, que le futur, l?avenir des générations des uns et des autres, des Arméniens et des Turcs, se réinscrive enfin dans une histoire commune vivante."

Il y a ce concept très-très important de RÉPARATION (c'est-à-dire aidant/conduisant à la RENAISSANCE) qui inclue les multiples RÉPARATIONS FINANCIÈRES ET MATÉRIELLES. Ainsi il y a ce nouvel article (très) intéressant : 2015 : cap sur les réparations du Génocide Arménien de Raffi Kalfayan.

Ce sera nécessaire d'entamer les évaluations et les demandes en procédures juridiques nous concernant. Il n'y a pas raison de ne pas le faire. Ainsi on en parle déjà :

- entre la Grèce et l'Allemagne aujourd'hui ;

- aux USA depuis une quinzaine d'années avec les Blacks ;

- et il y a un an en France avec le CRAN (le Conseil Représentatif des Associations Noires de France) en attaquant en justice 'La Caisse des Dépôts et Consignations' qui s'en est lavé les mains en passant l'affaire au 'Trésor' : messages #[/url].

Il faudrait voir aussi comment historiquement et juridiquement se sont faites 'les réparations' de l'Allemagne :

- à la Première Guerre Mondiale / Wikipedia ?? / www ??

- à la Seconde Guerre Mondiale vis-à-vis des Juifs spoliés, persécutés et exterminés / Wikipedia ?? / www ??

- des crimes de guerre de WWII : Ost-Front, Ouradour sur Glane (messages #), en Italie, etc  / Wikipedia ?? / www ??

- du travail forcé (jusqu'à épuisement) du 'Zwangsarbeit' (message #) / Wikipedia ?? / www ??

Affaire(S) à suivre. Nil.   neutral

http://repairfuture.net/images/dossiers/reconnaissance/PhotoArticleKalfayan.jpg . PS1 : J'aime beaucoup ce site de qualité   smile   REPAIR.
Il est de haut niveau et a choisi un excellent nom et www ("repairfuture"). C'est en quatre langues : il faudrait ajouter l'allemand pour secouer un peu nos ami(e)s allemand(e)s dont Angela Merkel   roll   -tout en sachant que les Grecs s'en chargent déjà.    big_smile

PS2 - les Pdf des anciennes publications scannées de 'Armenian Archives' sur l'aspect économique de 1915 : www ??

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : FRANCE STRUCTURELLE ET ARMÉNITÉ  (#12)

#150

Dernière modification par Adic2010 (14-10-2018 20:44:44)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#4 30-12-2015 12:44:08

Adic2010
@rmenaute

Re: Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

http://www.diocese-annecy.fr/diocese/leveque/logo.jpg/image . Je pense qu'il serait bon de signaler l'article de la psychanalyste Hélène Piralian aux membres de la Commission 'JUSTICE & PAIX' de l'Eglise catholique de France. Ci-dessous une liate de ses membres en 2015 :

# Mgr Yves BOIVINEAU, évêque d?Annecy, président,

# Jean-Yves BAZIOU, prêtre du diocèse de Quimper[/url], théologien, enseignant à l?Institut catholique de Lille[/url]

# André BRIGOT, chercheur EHESS[/url]

# Sylvie BUKHARI - de PONTUAL, avocate, enseignante à l?ICP, présidente de la FIACAT / Fédération Internationale de l?Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture[/url]

# Luc CHAMPAGNE, directeur adjoint du Service national Famille et Société[/url], Département Santé, membre de l?Antenne sociale de Lyon, membre du CA des Semaines sociales

# Jean CHAUDOUET, ancien chargé de mission au Ministère de la Coopération, ex-président de la CNJD (Commission nationale de la jeunesse pour le développement)

# Patrice DUFOUR, consultant et formateur sur les questions de développement international

# Michel DRAIN, chercheur associé à l'IFRI[/url], membre du Comité d'études pour les relations franco-allemandes, ancien administrateur à l?Assemblée nationale

# Laurent d?ERSU, chargé de mission au Ministère des affaires étrangères

# Benoît GUILLOU, éditeur aux Editions de l?Atelier[/url]

# Nayla HADDAD, avocate libanaise

# Patrick HENAULT, ancien ambassadeur

# Jacqueline HOCQUET, reponsable Animation internationale au Secours catholique[/url] ? Caritas France[/url]

# Sabine LAPLANE, communauté Saint François-Xavier[/url], enseignante

# Jean-Claude LAVIGNE op, ancien directeur général d'« Économie et Humanisme », ancien directeur d'ESPACES à Bruxelles, ancien assistant de la Province dominicaine de France, président du conseil de surveillance des éditions du Cerf[/url], membre du SAM (Service accueil et médiation)[/url] de la Conférence des évêques de France

# Jean-Bernard MARIE, chercheur au CNRS, Strasbourg[/url]

# Marc de MONTALEMBERT, universitaire, ancien président d?Amnesty France

# Cécile RENOUARD, religieuse de l?Assomption, philosophe, enseignante au Centre Sèvres[/url]

# André TALBOT, prêtre du diocèse de Poitiers, théologien, enseignant à l?ICP[/url]

# Daniel VERGER, responsable de la région Ile de France au Secours catholique[/url]

# Denis VIENOT, ancien secrétaire général du Secours Catholique, ancien président de Caritas Europa[/url] et de Caritas Internationalis[/url]
_____________

https://www.kairoscanada.org/wp-content/uploads/2015/11/rojep-logo-300x225.jpg . http://hpnhaiti.com/nouvelles/images/SeptDec18/AJILAP.png . PS1  : Liste des membres de J&P en 2016

PS2 : Essayons de contacter nos associations ou de trouver des volontaires catholiques pour le faire. Tous ces membres de la 'Commission Paix & Justice' n'habitent pas forcément Paris. Certains peuvent être dans votre ville. J'ai trouvé une Hay qui habite Annecy et je la contacterai. Rien ne remplace le contact direct. Nil.
#325

Dernière modification par Adic2010 (15-10-2018 12:11:32)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#5 22-10-2017 11:36:37

Adic2010
@rmenaute

Re: Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

http://repairfuture.net/images/dossiers/reconnaissance/PhotoIdentitePiralian.jpg . La psychanalyste Hélène Piralian parle dans son livre des génocides du Cambodge, du Rwanda et de Bosnie.

Elle parle aussi des massacres croisés en Algérie en 1992 au chapitre VII. C'est à faire connaître aux Franco-Algériens

http://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2015/09/genocide.gif
#1360

Dernière modification par Adic2010 (14-10-2018 20:47:41)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#6 14-10-2018 20:53:56

Adic2010
@rmenaute

Re: Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste...

Laisser importer en toute légalité un négationnisme d'Etat d'un génocide impuni, non reconnu et non réparé, c'est encourager psychologiquement discriminations et délinquances -consciemment ou inconsciemment.

Un tel laxisme intoxique le tissu sociologique du Vivre Ensemble en France. Tout comme laisser importer la drogue d'un pays en production étatique.

- Les www de RENVOIS se trouvant DANS ce 'thread' "Reconnaissance du Génocide: le point de vue d'une psychanalyste..." à des messages#nn et à des rubriques (#NN) sont actualisés à ceux du nouveau forum.

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : FRANCE STRUCTURELLE ET ARMÉNITÉ  (#12)

#1760

Dernière modification par Adic2010 (15-10-2018 10:30:01)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -