Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 09-07-2019 10:12:32

MARZEVAN
@rmenaute
Réputation :   36 

Il faut en tirer profit

Pachinian multiplie les rencontres avec les dirigeants des pays du sud-est asiatique.

Dans sa politique intérieure, le premier Ministre déclare que sous sa direction la corruption a nettement diminuée.

De nouvelles relations sont établies avec la Russie.

L'Arménie sous cette nouvelle direction semble faire un sans faute avec cette dernière au contraire de la Géorgie.

La présence à la tête de la Géorgie de Chévarnadzé à la fin des années 1990 puis de Saakaschvili n'ont pas permis d'établir des relations de confiance avec le grand voisin du nord.

La configuration multi ethnique de la Géorgie n'a jamais été un élément de stabilité pour ce pays qui fut le prétexte pour les nationalistes au tout début des années 1990, période post soviétique, pour tenter de géorgianiser le pays, la Géorgie aux Géorgiens !!! Ce furent les slogans scandés par les Géorgiens. Ces mêmes Géorgiens qui du jour au lendemain montrèrent du doigt les Arméniens, les Russes, leurs voisins et amis de longue date.

Cette configuration dont a pris profit la Russie pour influencer la politique extérieure de ce petit pays du Caucase et aussi parvenir à le déstabiliser.

Et ainsi de parvenir à détacher deux régions de la Géorgie et y implanter plusieurs dizaines de milliers de soldats.

La configuration de l'Arménie est toute autre, il n'y a pas de revendications nationalistes, celles là même qui ont conduit la Géorgie à la situation que l'on connait.

Soyons lucides et aussi visionnaires. Ne tombons pas dans l'émotionnel. Certes, il y a eu cette terrible tuerie au Parlement arménien en 1999 (une huitaine de morts). Il y eu aussi cette terrible répression sous la présidence de Kotcharian (une dizaine de morts).

La France n'avait elle pas connue aussi de nombreuses périodes très sombres post révolutionnaire, la liste est longue, je ne vais pas les énumérer ici.

Donc, oui il faut en tirer profit afin de renforcer ce pays grâce à des relations multilatérales ce dont le Premier Ministre Pachinian s'évertue à essayer de réaliser.

Oui il faut critiquer ce qui ne va pas, le dénoncer et ainsi permettre à la population, aux citoyens de ce petit pays enclavé de respirer à la faveur des nombreux échanges tant inter gouvernementales que diasporiques.

Dernière modification par MARZEVAN (09-07-2019 10:14:34)

Hors ligne

 

#2 10-07-2019 12:37:00

samtilbian
@rmenaute
Réputation :   81 

Re: Il faut en tirer profit

N'oubliez pas que c'est Bagrat, un Bagratide qui unifia pour la première fois de son histoire la Géorgie.
Puis ce sont ses descendants  David  et  la reine Tamar qui amènent le  Royaume de Géorgie à son apogée et permettent aux Zakarian et aux Orbélian de reconstituer la Grande Arménie des Bagratides durant trois siècles jusqu'à la fin di XIVçme siècle.
Mais ce pays retombe au XVème siècle dans la division avec l'Iméréthie, la Karthli et la Kakhétie .
Avec la conquête russe la Géorgie est subdivisée en neuf régions et deux républiques autonomes l'Abkhazie et l'Ossétie.
Plus récemment, des problèmes réapparaissent en Samtskhé-Djavakhétie, dont la majorité ethnique des Arméniens demande une autonomie vis-à-vis de Tbilissi, accusant le gouvernement géorgien de vouloir « géorgianiser » la région.
La Géorgie qui totalisait 5 443 359 habitants lors du  recensement effectué en 1989 est
une mosaïque humaine complexe, qui compte une centaine de nationalités et entre 40 et 50 minorités.
Géorgiens (y compris Adjares et Mingréliens): 70%
Arméniens: 8,1% (437 211)
Russes: 6,3% (341 720)
Azerbaïdjanais: 5,7% (307 556)
Ossètes: 3% (164 055)
Abkahzes: environ 2% (106 000)
Grecs: 1,9% (100 324)
Ukrainiens: 0,7% (52 443)
Kurdes : 0,6% (33 333)
Juifs: 0,5% (24 795)

Hors ligne

 

#3 10-07-2019 15:24:50

MARZEVAN
@rmenaute
Réputation :   36 

Re: Il faut en tirer profit

Merci Sam pour toutes ces précisions.
Ce recensement et tu fais bien de le préciser date de 1989.

À l'heure actuelle, en 2019, la présence de certaines ethnies s'est profondément modifiée notamment celles des Russes, celles des Grecs et celles des Arméniens dans ce qui reste de la Géorgie. Les Russes sont partis dès le début du mouvement nationaliste de Gamsakourdia, beaucoup d'Arméniens aussi principalement de la capitale, beaucoup de Grecs qui se trouvaient principalement en Abkazie ont été évacués par bateau au début des années 1990.

Seules les régions où vivaient des fortes minorités d'Arméniens ou d'Azéris sont restés et leurs populations n'a pas diminuées de façon sensible.

Les Arméniens dans la région du Djavakh dénommée par la suite région de Samtskhé-Davakhétie dans un découpage administratif en 1994-1995, à la manière des Turcs avant 1915 pour influer sur la présence majoritaire de la région en une présence minoritaire dans ces régions découpées et reconstituées.

Les Azéris dans la région de Marnéouli où leurs présences n'a pas diminuée et qui au contraire s'est trouvée renforcée du fait du passage du pipe line Bakou-Turquie et dont le territoire a servi à son transit.

À l'heure actuelle le nombre d'habitant en Géorgie sans compter les deux régions séparatistes s'élève à 4 millions.

Le renforcement de la présence des Russes en Abkazie conséquence de la guerre de 4 jours que les Géorgiens et la Russie se sont livrés en 2008 a beaucoup évoluée ainsi que la présence des Arméniens qui avaient fui en Russie lors du mouvement nationaliste de 1991.

N'oublions pas que profitant de la guerre les Géorgiens commirent beaucoup d'exactions anti arméniennes dans cette région  autonome, ce pourquoi un grand nombre d'Arméniens fuirent en Russie,

Ce pourquoi un grand nombre de Grecs fuirent dans des conditions de détresse absolue à la même période de cette région.

Un grand nombre d'Arméniens ayant fui en Russie retournent depuis une dizaine d'années en Abkazie soit pour y vivre à nouveau soit pour y acheter des maisons de vacances.

Les populations sont les pions des maîtres des échiquiers (politiques).

Hors ligne

 

#4 11-07-2019 10:50:59

samtilbian
@rmenaute
Réputation :   81 

Re: Il faut en tirer profit

merci pour toutes ces précisions qui montrent que la Géorgie dont le foyer se situe autour de Tblissi reste "le pays aux cent langues" et aux multiples minorités.

Pour l'Abkazie, j'ai souvenir d'une émission télé lors de la guerre qui conduisit à la séparation, qu'Alexandre Adler, un des participants indiqua que l'Abkazie était peuplée majoritairement d'arméniens!

Hors ligne

 

#5 11-07-2019 11:21:32

MARZEVAN
@rmenaute
Réputation :   36 

Re: Il faut en tirer profit

Oui beaucoup d'Arméniens qui firent les frais de la politique ultra nationaliste de Gamsakourdia pendant les évènements qui débutèrent en 1989, année de la répression soviétique à Tbilissi. Auxquels se sont enchainés les évènement en 1991, année de la nouvelle indépendance de la Géorgie, tout comme l'Arménie du reste.

Ce fut une véritable guerre dans laquelle les Géorgiens livrèrent bataille contre tout ce qui n'était pas Géorgiens, y compris les Arméniens, qu'ils soient à Tbilissi ou en Abkazie.

Des Arméniens digne de foi, très proches de moi famillialement parlant, m'on racontés que les Géorgiens d'un côté et les Abkazes de l'autre jouaient au ballon avec les têtes des Arméniens pendant cette guerre en Abkazie (1991-1993).

Les Russes mirent à profit ces divergences pour monter s'il n'en fallait encore les Abkazes contre les Géorgiens, permettre ainsi la création d'une région séparatiste et s'assurer de la bienveillance de ces autorités pour implanter une forte présence militaire.

Et oui , dans ce cas, la Russie n'a pas eu à faire le sale travail pour contrôler cette république auto-proclamée. La Russie se présentant comme protectrice des autorités de cette région. Au contraire des deux guerres menées en Tchétchénie.

Le situation de l'Abkazie est très proche du statut de la Tchétchénie, présence militaire (russe) très forte dans ces deux régions. L'une étant dans la Fédération de de Russie et l'autre (l'Abkazie) intégrée à celle-ci par des accords signés avec ses dirigeants soutenus uniquement par la Russie.

Bien que juridiquement l'Abkazie ne fasse pas partie de la Fédération de Russie elle en fait partie à 100 % par tous les accord multi latéraux signés entre elles.

Et c'est là qu'il y a une énorme différence avec la République d'Artsakh, cette dernière n'ayant aucun accord de signés avec la Russie. Et également le fait qu'il n'y a aucune présence militaire russe sur son sol.

Enfin, ils ne sont pas loin ils ont une base militaire à Gumri.

Dernière modification par MARZEVAN (11-07-2019 11:22:55)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -