Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#26 19-08-2019 14:20:38

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Pascal Nicolaides a écrit:

Bla bla bla...Tout ça c'est du vent ! On s'en tape de l'I slam de France il y a longtemps qu'il aurait dû être à nos côtés pour la Reconnaissance du GDA et la pénalisation de sa négation ! Mais solidarité de l'Ouma oblige, il soutiendra les positions turques.

"Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit" Proverbe tunisien. ou

"qu'il se sent morveux, qu'il se mouche " (Molière)

Au-delà de ces lignes franchouillardes collées à la cour de récré d'une petite école communale  roll
et
- au-delà de leurs agitations agitées-agitantes-se voulant parasitantes

il y a hélas, malgré tout, le négationnisme turc banalisé et parfumé en France   neutral

- qui est structuré comme le négationnisme d'État centenaire à Ankara à l'école kémaliste  yikes
et
- cherchant à truco-ottomaniser l'Islam de France.  hmm

À cette occasion, ne manquons pas d'informer au diapason franco-encyclopédique  :


- les UNIVERSITÉS DU TEMPS LIBRE des communes-départements où ces entitées franco-turques sont implantées / Rubrique.(#85) http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG ;

- http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/0hh/6_europe1texte/a418_francia.jpg . sur les relations historico-culturelles franco-arméniennes / Rubrique.(#6) ;

- sur les relations historioco-culturelles arméno-arabes / Rubrique.(#37) ;

- sur les relations les relations historioco-culturelles arméno-africaines / Rubrique.(#13) ;
et
- http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/francedynamique.gif . http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/armeniedynamique.gif . sur le rôle important de la Francophonie Arménienne / Rubrique.(#62).

ABRÉVATIONS DES DÉNOMINATIONS DES SITES 'UNIVERSITÉS DU TEMPS LIBRE', ETC. citées aux Rubriques #87 & #89 / EN COURS :

- ATL.  /    ACADÉMIE DU TEMPS LIBRE
- IIA    /   INSTITUT INTER ÂGE
- IUTL  /   INSTITUT UNIVERSITAIRE DU TEMPS LIBRE
- UI   /   UNIVERSITÉ INTER ÂGE
- UP    /    UNIVERSITÉ POPULAIRE
- USP  /    UNIVERSITÉ DES SAVOIRS PARTAGÉS
- UT  /    UNIVERSITÉ DE TOUS ÂGES
- UTL  /    UNIVERSITÉ DU TEMPS LIBRE

À en parler autour de nous, à nos associations arméniennes, aux Conseils cultuels de nos paroisses arméniennes (apostoliques ~~ catholiques ~~ évangéliques) et aux CCAF régionaux. Nil.

#1020

Dernière modification par Adic2010 (19-08-2019 14:59:07)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#27 19-08-2019 21:49:01

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Adic2010 a écrit:

Pascal Nicolaides a écrit:

Bla bla bla...Tout ça c'est du vent ! On s'en tape de l'I slam de France il y a longtemps qu'il aurait dû être à nos côtés pour la Reconnaissance du GDA et la pénalisation de sa négation ! Mais solidarité de l'Ouma oblige, il soutiendra les positions turques.

"Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit" Proverbe tunisien. ou

"qu'il se sent morveux, qu'il se mouche " (Molière)

Au-delà de ces lignes franchouillardes collées à la cour de récré d'une petite école communale  roll
et
- au-delà de leurs agitations agitées-agitantes-se voulant parasitantes

il y a hélas, malgré tout, le négationnisme turc banalisé et parfumé en France   neutral

- qui est structuré comme le négationnisme d'État centenaire à Ankara à l'école kémaliste  yikes
et
- cherchant à truco-ottomaniser l'Islam de France.  hmm

À cette occasion, ne manquons pas d'informer au diapason franco-encyclopédique  :


- les UNIVERSITÉS DU TEMPS LIBRE des communes-départements où ces entitées franco-turques sont implantées / Rubrique.(#85) http://www.globalarmenianheritage-adic. … urquie.JPG ;

- http://www.globalarmenianheritage-adic. … rancia.jpg . sur les relations historico-culturelles franco-arméniennes / Rubrique.(#6) ;

- sur les relations historioco-culturelles arméno-arabes / Rubrique.(#37) ;

- sur les relations les relations historioco-culturelles arméno-africaines / Rubrique.(#13) ;
et
- http://www.globalarmenianheritage-adic. … amique.gif . http://www.globalarmenianheritage-adic. … amique.gif . sur le rôle important de la Francophonie Arménienne / Rubrique.(#62).

ABRÉVATIONS DES DÉNOMINATIONS DES SITES 'UNIVERSITÉS DU TEMPS LIBRE', ETC. citées aux Rubriques #87 & #89 / EN COURS :

- ATL.  /    ACADÉMIE DU TEMPS LIBRE
- IIA    /   INSTITUT INTER ÂGE
- IUTL  /   INSTITUT UNIVERSITAIRE DU TEMPS LIBRE
- UI   /   UNIVERSITÉ INTER ÂGE
- UP    /    UNIVERSITÉ POPULAIRE
- USP  /    UNIVERSITÉ DES SAVOIRS PARTAGÉS
- UT  /    UNIVERSITÉ DE TOUS ÂGES
- UTL  /    UNIVERSITÉ DU TEMPS LIBRE

À en parler autour de nous, à nos associations arméniennes, aux Conseils cultuels de nos paroisses arméniennes (apostoliques ~~ catholiques ~~ évangéliques) et aux CCAF régionaux. Nil.

#1020

Qu'est-ce que c'est que ce fatras  ??? Ce n'est pas du français !
AgopOFF retournez à l'école et tachez de vous exprimer dans notre belle langue, sans votre jargon habituel !
Je résume vous ne parlez pas bien le français ni l'arménien et pas du tout l'allemand ? Curieuse formation pour un "chercheur auto-proclamé"!!!

Hors ligne

 

#28 20-08-2019 11:48:16

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Internaute PN a écrit:

Qu'est-ce que c'est que ce fatras  ??? Ce n'est pas du français !
AgopOFF retournez à l'école et tachez de vous exprimer dans notre belle langue, sans votre jargon habituel !
Je résume vous ne parlez pas bien le français ni l'arménien et pas du tout l'allemand ? Curieuse formation pour un "chercheur auto-proclamé"!!!

Encore une rhétorique de l'Internaute PN à la Donald Trump comme signalé à ce post#47 du 'thread' Revue 'Etchmiadzin' : Numéros~Résumés en anglais + Catholicos Vazken I.

Nous n'avons pas de temps à perdre en discussions discutives-discutantes à la sauce byzantine et au niveau d'une cour de récré. Le Truco-Turc spécialisé en trucages est en France et est organisé.

Au-delà des parasitages habituels allant dans tous les sens de la part de l'Internaute PN, il est important de pouvoir informer les Instituts populaires et des Universités du Temps Libre, de les sensibiliser à s'intéresser à l'Histoire et la culture de l'Arménie.

Je continue leurs répartitions départementales dans les Rubriques #87 et #89.
#1144

Dernière modification par Adic2010 (20-08-2019 11:48:42)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#29 20-08-2019 12:19:02

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Adic2010 a écrit:

Internaute PN a écrit:

Qu'est-ce que c'est que ce fatras  ??? Ce n'est pas du français !
AgopOFF retournez à l'école et tachez de vous exprimer dans notre belle langue, sans votre jargon habituel !
Je résume vous ne parlez pas bien le français ni l'arménien et pas du tout l'allemand ? Curieuse formation pour un "chercheur auto-proclamé"!!!

Encore une rhétorique de l'Internaute PN à la Donald Trump comme signalé à ce post#47 du 'thread' Revue 'Etchmiadzin' : Numéros~Résumés en anglais + Catholicos Vazken I.

Nous n'avons pas de temps à perdre en discussions discutives-discutantes à la sauce byzantine et au niveau d'une cour de récré. Le Truco-Turc spécialisé en trucages est en France et est organisé.

Au-delà des parasitages habituels allant dans tous les sens de la part de l'Internaute PN, il est important de pouvoir informer les Instituts populaires et des Universités du Temps Libre, de les sensibiliser à s'intéresser à l'Histoire et la culture de l'Arménie.

Je continue leurs répartitions départementales dans les Rubriques #87 et #89.
#1144

Eh ben voilà Papy AgopOFF ne va pas tarder à péter un câble ! Pourvu qu'on ne perde pas un tel chercheur, le forum ne s'en remettrait pas !...

Hors ligne

 

#30 20-08-2019 20:01:32

totor
@rmenaute
Réputation :   16 

Re: "Le passé arménien turquifié"

Pascal Nicolaides a écrit:

Bla bla bla...Tout ça c'est du vent ! On s'en tape de l'I slam de France il y a longtemps qu'il aurait dû être à nos côtés pour la Reconnaissance du GDA et la pénalisation de sa négation ! Mais solidarité de l'Ouma oblige, il soutiendra les positions turques.

"Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit" Proverbe tunisien. ou

"qu'il se sent morveux, qu'il se mouche " (Molière)

Les Algériens oublient qu'ils ont été massacrés par les Ottomans ancêtre des turcs actuels...

Hors ligne

 

#31 23-08-2019 09:16:29

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

totor a écrit:

Les Algériens oublient qu'ils ont été massacrés par les Ottomans ancêtre des turcs actuels...

https://pictures.abebooks.com/isbn/9780331598988-fr.jpg . http://archive.org/services/img/histoiredalgerso00gramuoft . HISTOIRE D'ALGER SOUS LA DOMINATION TURQUE (1515-1830), par H.-D. de Grammont. (Paris 1887) : GALLICA, 420 pages

On y notera en particulier : métissages forcés des algériennes par les Turcs et les Janissaires, intrigues, conflits d'intérêts, etc, etc.

Table de matières pp.415-420 . Il n'y a pas d'index. À chercher si on y parle d'Arméniens (??).

PS1 - LISTE DES GOUVERNEURS DE LA RÉGENCE D'ALGER  << il n'y en a pas en turc ou en arménien. Il y en a en arabe et en anglais, on s'y attendait, mais il y en a aussi en russe et en italien !

PS2 - Il y a les KOULOUGHLIS. Il y aura à voir de plus près ce qu'il en est, à creuser-développer. (... pour une éventuelle piste ?)

PS3 - Il existe qq données non négligeables (historico-arménisantes ~ anthropologico-colonialisantes ~ sociologiques en diversité) en notre faveur à faire connaître aux Instituts-Médias de la composante franco-algérienne :

- L'Algérie et l'Arménie disposent du potentiel pour leurs relations // Post#75 ~ Post#100 ~ Post#102 ~ Posts #107 > #109 ~ Post#112 ~ Post#115 ~ Post#122 ~ Posts ##126-127 ~ Post#130 ~ Posts #132-133 ~ Post#152 ~ Post#153 ~ Posts ##156-157 ~ Post#159 ~ Post#162 ~ Posts##167-168 ~ Post#172 ~ Posts ##178-179 ~ Post#181 ~ Post#188 ~ Post#207

PS4 - Ce sont des données à faire connaître en particulier à l'encontre de la toxicité du COJEP et du PEJ : en tant que Chrétiens d'Orient, ne leur permettons pas qu'ils turquifient l'Islam de France.
______
#1290

Dernière modification par Adic2010 (23-08-2019 09:47:51)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#32 23-08-2019 16:05:47

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

a propos de l'Algérie, j'ai reçu le texte suivant :


" Ignorer l'’histoire, c’'est s'’apprêter à la revivre ! Un petit rappel d'histoire très intéressant, car jamais étudié à l'école dans sa continuité et sa totalité. C'est pourtant notre histoire !

Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France de l'époque.
Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu'à Sens. En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d'Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l'armée musulmane, qui se replia en désordre sur l'Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.

On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu'Eudes était mérovingien. Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n'avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.

Les musulmans ont conclu alors qu'il était dangereux d'attaquer la France en contournant les Pyrénées par l'est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l'ouest des Pyrénées. 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.

Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l'Aquitaine.

De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. Ces bandes n'ont finalement été éliminées qu'en 808, par Charlemagne.

Les ravages à l'est ont continué jusqu'à ce qu'en 737 Charles Martel descend, au sud, avec une armée puissante, et reprend successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et met le siège devant Narbonne.

Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France obligea Charles Martel à quitter la région. En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans. Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l'ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d'Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans.

La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l'actuelle Garde-Freinet (le massif des Maures). Une zone d'environ 10.000 kilomètres-carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les
Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.

En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles.

La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s'exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dar al islam, et les femmes d'âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d'Espagne et celles de l'Afrique du Nord.

Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte. Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l'Italie et de la partie nord de l'Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer par des actions de pirateries.

Ce n'est qu'en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans. Ce fut l’origine et la raison de notre présence en Afrique du Nord.
Vous savez ce qu'est devenue ensuite l'Algérie... et l'histoire ne s'est pas figée...

Ce qu'il y a de frappant, c'est qu'entre 714, la première entrée, et 1830, l'écrasement définitif des pirates arabesques, il s'est écoulé plus d'un millénaire, ce qui montre qu'ils ne renoncent jamais...

Et aujourd'hui, effectivement, ils reviennent en masse, par le biais "pacifique" d'une immigration de peuplement, qui exploite à fond les failles de nos lois, de nos principes démocratiques, et de nos avancées sociales... Bientôt ils seront assez nombreux pour prendre démocratiquement le pouvoir dans les villages, les banlieues, les villes, les régions, les pays d'Europe !

Il ne faut pas croire ceux qui les décrivent comme "modérés" ! Car les exemples des "printemps arabes" qui se déroulent sous nos yeux en Tunisie, Libye, Egypte, montrent s'il en était besoin que les "modérés" se font toujours évincer par les enragés !

Qui ne cherchent qu'une chose : appliquer la charia et transformer nos pays d'Europe en un "Dar al Islam", une terre d'islam. Il suffit de voir les exactions actuelles contre les chrétiens d'Afrique du Nord, d'Egypte, d'Indonésie, du Nigéria, etc. pour imaginer quel serait le sort réservé à nos familles, à nos peuples européens de souche chrétienne !

Hors ligne

 

#33 23-08-2019 16:54:12

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Cher Sinan Bey, il y a beaucoup de gens qui ignorent ces faits historiques !

Il y en a même- parmi nous- qui affectent de les faire passer au second plan- ce faisant ainsi les apologistes de ceux qui attendent de s'emparer de nos contrées car le but final

c'est la conquête totale  de la planète par l'I/islam...

Celui qui ici même nous serine que nous sommes des Chrétiens Orientaux ( comme si nous l'avions attendu pour le savoir, cet enfonceur de portes ouvertes !) ne voit pas le danger que cela représente pour nous.  L'usage recommandé par le Prophète de la Takkyah ( mensonge pour convenir à leurs fins) est en marche depuis longtemps ( souvenez vous de T.Ramadan et de ses mensonges et son inconduite) ce sont des loups cachés sous des peaux de moutons.

Hors ligne

 

#34 23-08-2019 20:59:36

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

L'Internaute PN a écrit:

Cher Sinan Bey, il y a beaucoup de gens qui ignorent ces faits historiques !

Il y en a même- parmi nous- qui affectent de les faire passer au second plan- ce faisant ainsi les apologistes de ceux qui attendent de s'emparer de nos contrées car le but final

c'est la conquête totale  de la planète par l'I/islam...

Celui qui ici même nous serine que nous sommes des Chrétiens Orientaux ( comme si nous l'avions attendu pour le savoir, cet enfonceur de portes ouvertes !) ne voit pas le danger que cela représente pour nous.  L'usage recommandé par le Prophète de la Takkyah ( mensonge pour convenir à leurs fins) est en marche depuis longtemps ( souvenez vous de T.Ramadan et de ses mensonges et son inconduite) ce sont des loups cachés sous des peaux de moutons.

Que l'Internaute PN aquiesce un tel texte, cela n'est pas étonnant : il se drogue en fantasmagories anti-I/islam comme Le dernier-roman"fiction" de Houellebecq. Comme un drogué, il a besoin d'avoir sa dose et s'il est contredit, il va jusqu'à insulter, à mépriser, à dénigrer, à faire de la distorsion, etc., etc.

Cependant cher Sinan, quand on montre un tel texte se voulant historique, on en donne les références.

Je m'attends à plus de rigueur bibliographique de ta part. Qui en est l'auteur ?
#1370

Dernière modification par Adic2010 (23-08-2019 21:00:30)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#35 23-08-2019 21:25:39

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

D'abord on dit" acquiescer à", ignorant.

Ensuite je me demande ce que tu fumes à Berlin AgopOFF ?
Tu me compares  d'abord à un gilet jaune,un casseur et maintenant un drogué ? Faut arrêter les champignons hallucinogènes !

Décidément ta maladie mentale de vieux ronchon aigri ne s'améliore pas ! Au fait pourquoi AgopOFF et pas Agopian ?

Parce que rampouille au temps des tsars ou des soviets ? ( ne te donne ne pas le plaisir de répondre : à vrai dire je m'en fous)

Heureusement tu n'as pas de descendance ça fera des crétins de moins sur la planète !
Rassure-toi je t'ai déjà dit que je ne te lâcherai pas ...tu auras tout lieu de continuer à débiter tes fadaises.

Petit rappel à propos du "bouquin" de Houellebecq: deux posts de Sinan Bey

07-01-2015 07:52:06
Sinan Bey
@rmenaute
Re: Le dernier-roman"fiction" de Houellebecq
mais voyons, ce n'est pas une fiction:
à cette date-là, 2022, Bruxelles par exemple
sera déjà une métropole islamisée,
où de nos jours existe un Parti Islamique
dont le chef a appelé publiquement le Roi
à se convertir à la Seule Vraie Religion.

D'autre part, saviez-vous que dans le département
Nord-Pas-de-Calais, limitrophe à la Belgique,
la majorité des habitants est musulmane -
et il y a un programme soutenu d'en augmenter le nombre ...
un futur Kosovo ...

«Սահման քաջաց՝ զէնն իւրեանց, որքան հատանէ՝ այնքան ունի» - Տիգրան Մեծ


on n'a pas attendu Zemmour et Houellebecq pour proclamer ce constat.
Il y a près de 30 ans déjà "qu'on" le dit, mais "on" était traité de FN ...

" ... le rôle des politiques ... "
mais y a-t-il encore de vrais politiques dignes de ce nom ?
tous et toutes, des jobards!

ps:
Il y a cinq ans déjà, un Sénateur allemand, membre du PS depuis 30 ans,
et ancien directeur de la Banque centrale,
avait publié un "constat", avec des pages et des pages de statistiques à l'appui,
une étude monumentale de plusieurs centaines de pages, et pas faciles à lire:

"Deutschland schafft sich ab", de Sarrazin,
ce qu'on avait traduit "L'Allemagne va vers sa perte" (mais pas publié en France ...)

En qq mois, vendu en plus d'UN million d'exemplaires ...
et son auteur, qui disait la vérité, tout simplement un constat,
était menacé de mort -
avait perdu son siège de Sénateur,
"on" allait l'exclure également du Parti Socialiste mais ...
vu le nombre de ses 'partisans' qui menaçaient de sortir également
des rangs des Socialos ... "on" ne l'a pas exclu ...

ps:
Tant pis pour l'Europe qui a abdiqué de ses valeurs,
et qui a déserté, a mis la tête dans le sable comme un autruche ...

«Սահման քաջաց՝ զէնն իւրեանց, որքան հատանէ՝ այնքան ունի» - Տիգրան Մեծ

Dernière modification par Pascal Nicolaides (23-08-2019 21:55:24)

Hors ligne

 

#36 24-08-2019 01:14:55

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

je cite Nil :

" ... Cependant cher Sinan, quand on montre un tel texte se voulant historique, on en donne les références.

Je m'attends à plus de rigueur bibliographique de ta part. Qui en est l'auteur ? ... "


Cher Berlinois,

concernant le texte que j'ai reçu et ici transféré, il ne s'agit pas d'une étude universitaire,
mais d'un Rappel raccourci de ... mille ans d'Histoire !

Il est possible de trouver la confirmation pour chaque date et chaque fait y mentionné :
on n'a même pas besoin de chercher ...

Ah l'Internet, comme disait l'internaute Agopoff, nous permet pas mal de choses, n'est-ce pas ?

Hors ligne

 

#37 24-08-2019 01:21:33

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

En continuant nos dissertations ...

j'avais lu un jour à propos d'une Chercheuse (sic!) universitaire américaine mais italienne
dont malheureusement je me rappelle pas le nom (on peut le trouver si nécessaire !)
qui démontrait dans un volume assez volumineux (sic!)

que les corsaires d'Alger avaient enlevé sur les côtes française, espagnole, et italienne
plus de DIX MILLIONS d'Hommes (au masculin) qu'ils avaient émasculés et rendu en esclavage
pire que les conditions de l'esclavage des Noirs -
sans parler des Femmes innombrables qui étaient destinées à croître le nombre des Croyants ...


ps:
les Pères Blancs ont essayé d'en racheter quelques-un(e)s ...

Hors ligne

 

#38 24-08-2019 01:24:34

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

On discute un peu,
pour maintenir le contact des deux côtés du Rhin -
même si le sujet est assez attristant.

Hors ligne

 

#39 24-08-2019 01:28:21

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Rappel:

comme vous le savez sûrement, l'homme au masculin
peut faire la comptabilité en 31 jusqu'à un âge très avancé -
on cite des cas jusqu'à 99 ans ...

donc, nous sommes encore en toute agilité !

Hors ligne

 

#40 24-08-2019 09:22:14

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Pascal Nicolaides a écrit:

Cher Sinan Bey, il y a beaucoup de gens qui ignorent ces faits historiques !

Il y en a même- parmi nous- qui affectent de les faire passer au second plan- ce faisant ainsi les apologistes de ceux qui attendent de s'emparer de nos contrées car le but final

c'est la conquête totale  de la planète par l'I/islam...

Celui qui ici même nous serine que nous sommes des Chrétiens Orientaux ( comme si nous l'avions attendu pour le savoir, cet enfonceur de portes ouvertes !) ne voit pas le danger que cela représente pour nous.  L'usage recommandé par le Prophète de la Takkyah ( mensonge pour convenir à leurs fins) est en marche depuis longtemps ( souvenez vous de T.Ramadan et de ses mensonges et son inconduite) ce sont des loups cachés sous des peaux de moutons.

Pour le "chercheur"....

https://fr.wikipedia.org/wiki/Barbaresques


Barbaresques
Sauter à la navigationSauter à la recherche

Un combat naval avec les corsaires barbaresques, par Lorenzo A. Castro, 1681.
Le terme « Barbaresque » correspond approximativement à l'aire côtière du Maghreb actuel1. Sans rapport avec celui de « Barbarie », le terme « Berbérie » est lui apparu vers 18602.

Les corsaires barbaresques ont capturé des milliers de navires, et ont attaqué à plusieurs reprises la plupart des localités côtières. En conséquence, les résidents ont abandonné leurs anciens villages proches des côtes en Espagne, et en Italie3. Les raids ont été un tel problème, que les côtes se sont en partie désertifiées jusqu'au xixe siècle. Certains des capitaines des galères de course, ainsi que les corsaires les plus reconnus, étaient ce qu'on appelait à l'époque des « renégats » : des européens convertis à l'islam pour échapper à l'esclavage, comme John Ward et Zymen Danseker4. Les effets des raids barbaresques ont culminé au début du milieu du xviie siècle.


Sommaire
1    Terminologie
2    Pirate ou corsaire ?
3    Les Razzias
4    Origines
5    Histoire
5.1    La régence d'Alger
5.2    La régence de Tunis
5.3    La régence de Tripoli
5.4    La république de Salé
5.5    Négociation de paix
5.5.1    Négociation avec les pays européens
5.5.2    Négociation avec les États-Unis
6    Importance des captures
7    Les renégats
8    Barbaresques célèbres
9    Dans la littérature, et le cinéma
10    Annexes
10.1    Notes
10.2    Références
10.3    Bibliographie
10.3.1    Sources primaires
10.3.2    Sources secondaires
10.3.3    Fictions
10.4    Articles connexes
Terminologie
L'adjectif « barbaresques » date des années 1500 et provient d'Italie1, provenant du mot « barbare » (au sens d'« étranger, parlant une langue incompréhensible ») et désignant sans référence particulière l'Afrique du Nord (voir « côte des Barbaresques »). Utilisé peu de temps, il est revenu, sous la plume de nombreux auteurs et dans les dictionnaires, puis dans le langage courant, pour désigner en particulier les pirates et corsaires musulmans maghrébins et ottomans qui opéraient depuis l'Afrique du Nord, basés principalement dans les ports d'Alger, de Tunis, de Tripoli, et de Salé1. Sans rapport avec celui de « Barbarie », le terme « Berbérie » est lui apparu vers 18602.

Pirate ou corsaire ?

Un pirate barbaresque.
Les Ottomans ne pouvaient laisser les Européens chrétiens dominer les mers en Orient pas plus qu'en Occident. Ils s'opposèrent aux Européens sans relâche, d'abord sous le commandement de chefs pirates, puis des émirs corsaires et enfin des amiraux de Constantinople5.

Suivant le droit maritime, le « pirate » est celui qui, sans aucune autorisation, attaque tout navire, qu'il porte pavillon ami ou ennemi, fait des prisonniers et des esclaves, arraisonne les bateaux et les cargaisons. Les anciennes lois de la mer voulaient que, s'il était capturé, il soit pendu « haut et court ». Le corsaire en revanche est celui qui court sus à l'ennemi et à lui seul, participant à une guerre de course en tant que supplétif, un mercenaire au service d'un pavillon (ottoman dans le cas des corsaires barbaresques). Il est muni d'une lettre de course qui lui permet, s'il est pris, de bénéficier du statut de prisonnier de guerre. Il peut rechercher, attaquer, saisir et détruire les navires, les équipages, les équipements et les chargements ou cargaisons du navire d'une nation adverse dans les eaux territoriales, internationales ou étrangères[réf. nécessaire].

C'est ainsi que durant l'alliance franco-turque du xvie siècle entre le roi de France François Ier et le sultan de l'Empire ottoman, Soliman le Magnifique, les corsaires barbaresques n'attaquèrent pas les vaisseaux français et furent même reçus en alliés dans la rade de Toulon, au contraire des pirates qui, agissant « sans foi ni loi » pour leur propre compte à la recherche d'une fortune en mer, étaient passibles de mort y compris du point de vue ottoman6. En dehors de cette alliance éphémère, lorsque les Barbaresques érigèrent leurs propres États, certains d'entre eux purent prendre la tête de la flotte ottomane. Cela prend la forme d'une guerre maritime chronique contre les États chrétiens : le corso, qui présente une dimension à la fois économique, politique et religieuse6. Avec le temps, le sultan ottoman tend à remplacer la flotte barbaresque par sa propre flotte. Subsistent alors des navires armés par des intérêts privés, par la Taïfa des raïs, dont les butins reviennent, suivant les ports d'attache de ces barbaresques, à environ 11 % à l'État, 40 % au ou aux armateurs, 16 % au capitaine, 16 % à l’équipage et 16 % aux janissaires6. Il s'agit d'une prédation semi-légalisée spécifique à la Méditerranée occidentale, à mi-chemin entre les corsaires et les pirates7. L’ouvrage de l'archiviste Albert Devoulx sur le raïs Hamidou (1770-1815) utilise à la fois les termes « corsaire »8, « pirate »9 ou « forban »10.

Tout d'abord, la réduction en esclavage des prisonniers crée un fossé infranchissable entre le corso des raïs et la course classique des Khayr ad-Din Barberousse, des Jean Bart et des Robert Surcouf. De plus, les écumeurs d'Alger n'ont pas de lettres de marque, leurs prises sont seulement enregistrées en vue du partage entre le raïs concerné et la Régence. L'autorité politique, au niveau local, a connaissance de l'activité "corsaire", mais les comptes-rendus se bornent exclusivement à apporter les preuves que le raïs partage le butin avec cette autorité. Il n'existe à Alger aucun tribunal des prises ni aucune autorité susceptible d'examiner les prises, sans être elle-même partie prenante au partage du butin. Les navires attaqués peuvent être neutres, sujets de l'Empire ottoman (bateaux grecs), voire être musulmans (bateaux tunisiens). D’après le registre des prises, le 12 décembre 1768, Hamidou et d’autres capturent 8 navires grecs11 (la Grèce étant alors partie intégrante de l'Empire Ottoman) ; le 10 octobre 1810, Hamidou capture des marchandises tunisiennes12 (les Tunisiens étant à la fois de coreligionnaires, et des compatriotes, vassaux de la Turquie eux-aussi) ; de même le 22 mai 181113.

Les Razzias
Les campagnes et razzias des pirates et corsaires barbaresques se sont étendues le long des côtes européennes de la mer Méditerranée (sacs d'Ostie et de la Basilique Saint-Pierre de Rome en 84614; de Trogir en 1123; d'Otranto en 1480;...), et dans l'océan Atlantique (raids sur l'Islande en 1627; ...), mais aussi au large avec la piraterie contre tous les navires chrétiens.

Les pays principalement touchés par les raids et la piraterie barbaresque furent l'Espagne, le Portugal, les états d'Italie, la France, les Îles Britanniques, les Pays-Bas, l' Islande, mais dans les faits, toute localité portuaire européenne, tout navire non musulman, pouvaient devenir des cibles si la situation le permettait.

Le but principal de ces attaques était de capturer des esclaves chrétiens pour la traite ottomane, ainsi que le marché de l'esclavage musulman en Afrique du Nord et au Moyen-Orient15.

Bien que des razzias pirates se soient produites en Afrique du Nord peu de temps après la conquête musulmane de la péninsule ibérique au viiie siècle, les termes « pirates barbaresques » et « corsaires barbaresques » sont appliqués aux pirates actifs à partir du xvie siècle, lorsque la fréquence et le rayon d'attaque des esclavagistes ont augmenté. Un des raids les plus massifs de l'histoire de cette piraterie fut celui entrepris en 824 par la flotte d'Abou Hafs et de ses 12 000 hommes, qui, chassés d'Alexandrie, cinglèrent vers la Crète byzantine et prirent le contrôle de l'île, qu'ils érigèrent en émirat et dont ils firent une base pirate pour plus de cent ans16. Au cours de cette longue période, Alger, Tunis et Tripoli étaient sous la souveraineté de l'Empire ottoman, que ce soit sous la forme de provinces directement administrées, ou bien comme vassaux autonomes connus sous le nom d'« états barbaresques » : émirats, beylicats ou deylikats de Tlemcen, Aldjazayr, Qasentina, Tunis, Tarabulus. Des raids similaires ont été entrepris à partir de Salé et d'autres ports du sultanat indépendant du Maroc.

Origines

Khayr ad-Din Barberousse, frère cadet d'Arudj Reïs.
De 1347 à 1349, l’Ifriqiya frappée de plein fouet par la peste continue de subir une désertification démographique amorcée par les invasions hilaliennes17. À partir de la seconde moitié du xive siècle, l’ensemble du Maghreb connaît une décadence économique18. Après la Prise de Grenade et la disparition du royaume en 1492, l'Espagne se trouve renforcée économiquement et militairement19.

Les souverains espagnols Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille décident de poursuivre leur reconquête jusque sur les côtes maghrébines pour protéger leurs propres côtes20. Tout en se lançant dans la colonisation en Amérique, les Espagnols s’emparent de plusieurs ports du littoral maghrébin en une dizaine d'années : Mers el-Kébir en 1505, Oran en 1509, Bougie en 1510, Tripoli et l’îlot situé en face d’Alger, le Peñon21. Des villes portuaires, Dellys, Cherchell et Mostaganem demandèrent à payer un tribut à l'Espagne en échange de sa protection21. Des populations mécontentes de chefs incapables de les défendre, des mouvements soufis émergeant et leurs chefs, qui deviennent de plus en plus influents, aideront les Ottomans à s’installer dans la région18.

L’aristocratie marchande d’Alger va décider, vers 1516, de faire appel aux frères Barberousse pour stopper cette expansion22. Ils prennent Alger la même année avec l'aide de l'émir d'Alger. Arudj Barberousse va se débarrasser de l'émir Salim at-Toumi en l'étranglant de ses mains23 ou en le faisant exécuter dans son bain24. En 1529, Khayr ad-Din Barberousse entreprit la prise du Peñon d'Alger, considérée par celui-ci comme une « épine au cœur des Algérois »25.

Histoire

Navire français (au centre) attaqué par deux galiotes barbaresques. (vers 1615)

Combat d'un vaisseau français et de deux galères barbaresques, huile sur toile de Théodore Gudin.
Historiquement, les siècles barbaresques recouvrent la période ottomane qui va du xvie au xviie siècle. Pour la régence d'Alger, elle court de 1516, année de l'arrivée des frères Barberousse à Alger26, à la prise d'Alger en 183027,n 1. Le deuxième centre de la piraterie est la république de Salé qui commence vers 1610 avec l'arrivée des Morisques28 et se termine au xviiie siècle avec la création de Mogador29. Pour la régence de Tunis, elle commence en 1503, quand Arudj Barberousse s'empare de Djerba30 mais se limite au xvie siècle comme d'ailleurs pour la régence de Tripoli dont le marché aux esclaves est réputé pour le trafic subsaharien.

Les pirates et corsaires barbaresques d'Alger, de Tunis et de Tripoli étaient les fléaux des mers31. Ils vont trouver sur leur route ceux qui vont devenir leurs plus fidèles ennemis, les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qu'ils viennent de chasser de Rhodes et qui finiront par s'installer à Malte et à Tripoli grâce à la bienveillance, bien comprise, de Charles Quint32.

La victoire de la Sainte-Ligue lors de la bataille de Lépante en 1571 marque un tournant. Les Ottomans concluent avec l'Espagne des trêves qui se transforment en 1581 en paix de facto33. C'est une rupture dans l'histoire des pirates et corsaires barbaresques, les raids se poursuivront, mais en 1694 l'amiral vénitien Franscesco Morosini met un coup d’arrêt sur mer aux Ottomans en occupant la Morée33. Les Vénitiens en défendant leurs possessions mettent ainsi fin aux offensives maritimes, les Ottomans se réservant pour les attaques terrestres vers les Balkans laissant aux Barbaresques leurs efforts pour la course33.

L'activité corsaire a commencé à diminuer à la fin du xviie siècle34, alors que les marines européennes, devenues plus puissantes, ont rendu les razzias plus coûteuses, plus sanglantes pour les attaquants et moins rentables, forçant les états barbaresques à faire la paix et à cesser leurs expéditions. Cependant, des razzias se sont néanmoins jusqu'au début du xixe siècle. Après les guerres napoléoniennes et le Congrès de Vienne de 1814-15, les puissances européennes ont convenu d'éliminer complètement les corsaires barbaresques, et leur menace a largement été atténuée. Des incidents occasionnels se sont produits, y compris deux guerres barbaresques entre les États-Unis et les états barbaresques, jusqu'à ce que leur activité ait finalement pris fin avec conquête française d'Alger en 1830.

La régence d'Alger

Vue d'Alger, en 1646.

Le chebec du marin espagnol Antoine Barcelo (au centre) face à deux galiotes de la régence d'Alger. (1738)

Le Capitaine William Bainbridge payant tribut au Dey d'Alger, Mustapha, 1800
Avant l'arrivée des Ottomans, avant donc que cette cité barbaresque ne devînt la plus vaste et la plus peuplée des villes du Maghreb, Alger jusqu'à l'aube du xvie ne possédait qu'un port moyen protégé par un peñon, un simple îlot rocheux. C'était un repaire de pirates qui ne vivaient que de rapines, sans trafic commercial avec les ports chrétiens, Alexandrie ou Malaga ni même avec l'arrière-pays35. Le commerce, tant d'or que d'esclaves, arrivait au Maroc atlantique, au port de Honaïne, à Tunis, à Tripoli ou à Alexandrie35.

Avec l'arrivée des Ottomans ainsi que sa quasi concomitance avec la pénultième grande vague d'arrivée de maures andalous suite à la chute de Grenade, la ville d'Alger se développe rapidement en même temps que sa population s’accroît. Ce sont principalement les renégats qui s'imposent à une population peu au fait des affaires. Sur les 12 000 maisons que compte alors la ville 6 000 sont occupées par des renégats36. « Ce qui nous donnerait pour une population estimée à 50 000 âmes, esclaves non compris, 25 000 renégats théoriques, dont il conviendrait de déduire les femmes et les enfants, soit un solde d'environ 10 000 individus36. » Ces renégats sont des « Turcs de profession », c'est-à-dire des musulmans par profession, ils sont inscrits sur les registres de l'Odjak comme les autres Turcs, que l'on pourrait dire naturels36. Tous ces renégats occupent les postes-clefs, après le fondateur de la régence d'Alger, Khayr ad-Din Barberousse, c'est le renégat sarde Hassan Agha (1535-1543), le corse Hassan Corso (1549-1556), le calabrais Uluç Ali Paşa (1568-1571) qui finit avec le titre d'amiral de la flotte, puis le vénitien Hassan Veneziano (1577-1580 et 1582-1583)36. Ils participent aussi des armées d'occupation des zones soumises comme des gouvernements locaux avant la création des trois beylik ; sur les 23 caïds territoriaux, treize sont des renégats ou fils de renégats. Haedo pourra dire « en eux, résident presque tout le pouvoir, l'influence, le gouvernement et la richesse d'Alger et de cette régence37. »

En 1541, Dragut, prisonnier, racheta sa liberté, puis, avec sa flotte, pille et brûle Castellare, en Casinca, Monticello, en Balagne, Sarla, (dans le Delà des Monts), ainsi que beaucoup d'autres villages qu'il rencontra sur son passage38. En 1544, Barberousse capture l'île d'Ischia39. À Lipari, on lui offre 15 000 ducats, les Barbaresques en veulent 30 000 avec 200 filles et 200 garçons. Les navires de Barberousse étaient tellement surchargés qu'il fit jeter à la mer nombre de prisonniers en retournant sur Constantinople39. En 1551, Dragut, renforcé par les forces de Sinan Pacha, envahit Gozo et réduit en esclavage l'ensemble de la population de l'île maltaise, soit 6 000 et 7 000 habitants40. En 1575, Miguel de Cervantes, l'auteur de Don Quichotte, est enlevé à 27 ans par une escadre algéroise aux ordres du renégat albanais Mami Arnaute. Il sera détenu pendant cinq ans à Alger41,n 2. La prééminence des renégats va perdre de son influence au xviie siècle au profit des Turcs. Les renégats ne vont conserver de responsabilités maritimes que dans la Taïfa des raïs37. Leur nombre diminue en valeur absolue, en 1634, ils sont estimés à 8 00037. Faut-il estimer que le travail de rachat des captifs par les Trinitaires ou les Mercédaires portent leurs fruits37 ou n'est que le reflet d'une diminution des captures ? Les grandes razzias du siècle dernier ont diminué d'intensité et de fréquence du fait du dépeuplement et des systèmes d'alerte mis en place37. Mais peut-être faut-il chercher la réponse dans la réorganisation des régences, la Sublime Porte prend de plus en plus d'influence dans leur organisation et la disparition des beylerbey, presque tous des barbaresques, et le remplacement par des Pachas choisis par le Sultan37. Seul deux renégats arrivent aux postes à responsabilité pour tout le xviie siècle, un Sicilien de Catane, Soliman Katanya (1617-1618) et un portugais, Shaban (1661-1666), un italien ayant le pouvoir mais sans titre, Ali Bitchin (1638-1645)37.

En 1625, des corsaires attaquent les côtes de l'Angleterre et la Cornouaille42.

La France, qui a récemment émergé en tant que puissance navale de premier plan, obtient des succès comparables peu après. En 1681, les Algériens capturent plusieurs bâtiments français et un navire de guerre et les emmènent à Alger. Le capitaine et l'équipage sont réduits en esclavage43. Au xviiie siècle, les Turcs se retrouvent à tous les postes à responsabilité. C'est le déclin de la piraterie barbaresque en même temps que de la course pour des raisons économiques44 dû à la montée en puissance des marines nationales. Cela va aller en s’aggravant au siècle suivant : Constantinople ou les régences prennent définitivement la main sur toutes les opérations maritimes45.

En 1720, un navire algérien de 44 canons est repéré à Río de la Plata, en Amérique du Sud46.

La régence de Tunis
Article détaillé : Régence de Tunis.

Gravure de Tunis en 1573; The Story of the Barbary Corsairs' by Stanley Lane-Poole, 1890 par G.P. Putnam's Sons.
La ville de Tunis n'est pas à proprement parler un repaire de pirates, c'est plutôt une cité marchande fréquentée par les marchands de toutes les nationalités47. La Tunisie offre un environnement favorable et les frères Barberousse s’y illustrent particulièrement.

Arudj Barberousse reçoit du souverain hafside l’autorisation d’utiliser le port de La Goulette puis l’île de Djerba comme base30. En 1504, deux galères pontificales et un navire espagnol, le Cavalleria, avec 300 hommes et soixante nobles d'Aragon en route pour Naples, sont capturés48. En 1512, Arudj Barberousse échoue devant Djidjelli avec douze galiotes et un millier de Turcs rejoint par 3 000 Maures. Après la perte de son bras emporté par un boulet des défenseurs49, il se retire vaincu, comme en 1514, menacé par l'arrivée de cinq navires espagnols sous les ordres de Martin de Renteria49. Toujours en 1514, Cara Hassan se trouve devant Cherchell avec ses galères. Rejoint par Arudj, ils s'emparent de la ville et obtiennent sa reddition49. Après la mort d’Arudj en 1518, son frère Khayr ad-Din Barberousse se place dans la vassalité du sultan d’Istanbul. Nommé grand amiral de l’Empire ottoman, il s’empare de Bizerte, de La Goulette puis de Tunis en 1534 mais doit se retirer après la prise de la ville par l’armada que Charles Quint mène en 153550. Le sultan hafside est alors rétabli dans ses droits sous la protection de Charles Quint sous la tutelle du royaume d’Espagne. L'annonce de la mort de Barberousse dans la bataille provoque une explosion de joie en Espagne50. Il a survécu et a rejoint Bône après avoir fui le champ de bataille. Il reprend le combat, bombarde Port Mahon dans l'île de Minorque en emmenant tous les habitants en esclavage51.

En 1551, Dragut veut reprendre Tunis mais échoue une fois de plus ; Andrea Doria le piège dans le lac intérieur de Djerba. Il y perd Mahdia et Gafsa lui résiste52. En 1559, Djerba est occupé par la flotte de Medina Celi, vice-roi de Naples, aidée par des bâtiments Hospitaliers. Mais Piyale Pacha avec 100 galères les surprennent et Doria et Médina Celi réussissent à s'échapper32. Les Turcs reprennent Djerba, et font plusieurs milliers de prisonniers32 et, en décembre 1573, Tunis est reprise par Don Juan, mais en juillet 1574 les Espagnols reperdent définitivement la ville reprise par Uluç Ali Paşa avec une flotte de plus de deux cents galères, trente galiotes, quarante vaisseaux, manœuvrés par 5 000 marins et 40 000 hommes sous les ordres de Hassan Veneziano53.

La régence de Tripoli
Article détaillé : Régence de Tripoli.
En 1510, Pedro Navarro s'empare de Tripoli pour le compte de la monarchie catholique espagnole. Mais la conquête demeure fragile et en 1530 Charles Quint la cède, ainsi que Malte, aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem32. En 1551, les troupes du sultan ottoman Soliman le Magnifique s'en emparent. Le corsaire Dragut est nommé pacha, les Turcs voulant faire de Tripoli une importante base maritime pour leurs conquêtes et le corso. Les navires tripolitains jouent alors un rôle crucial dans l'activité corsaire en Mer Méditerranée, où ils affrontent les marins hospitaliers, ainsi que les Français et les Néerlandais. Elle abrite un gigantesque marché aux esclaves, bénéficiant à la fois des captures subsahariennes et chrétiennes. Ils livrent une guerre de course aux chrétiens à travers toute la Méditerranée, s'opposant aux Espagnols, aux Hospitaliers de Malte et aux cités italiennes de Gênes, bien que ces dernières soient également des partenaires commerciales[réf. nécessaire].

La république de Salé
Article détaillé : République du Bouregreg.

Reykjavik, l'une des avancées extrêmes en Atlantique des corsaires de Salé et de la régence d'Alger.

Bataille navale entre 5 navires Algériens, et une flotte britannique, entre Salé, et Tanger. 8 décembre, 1669.
Une communauté de Hornacheros (originaires de la ville de Hornachos, en Estrémadure) s'installe dès les premières années du xviie siècle dans la région de Salé, précisément dans la kasbah des Oudayas alors en ruines. Ces musulmans, restés largement arabophones anticipent les mesures d'expulsion et parviennent à quitter l'Espagne en emportant leurs biens54. En 1610, suite aux décrets entérinant la décision par le roi Philippe III de chasser tous les musulmans d'Espagnen 3, une vague de plusieurs milliers de Morisques arrive dans la région. Ils sont particulièrement nombreux à s'implanter à Salé-le-Neuf, au pied de la Kasbah. Ceux-ci parlent généralement l'espagnol, contrairement aux Hornacheros55.

L'activité de piraterie prospère, abritée des contre-attaques par les hauts-fonds protégeant l'entrée de l'embouchure du Bouregreg, sous l'autorité de son premier gouverneur, Ibrahim Vargas56. À partir de 1624, c'est le Hollandais Jan Janszoon (Mourad Reis le jeune) qui en est le « grand amiral ». Ils coopèrent avec les pirates locaux et introduisent les derniers navires néerlandais de haut-bord, leur permettant de s’aventurer dans les eaux de l'Atlantique57.

En 1624, unis aux corsaires d'Alger, ils donnent la chasse aux pêcheurs de Terre-Neuve58[réf. non conforme] et effectuent des raids jusqu'en Cornouailles. En 1627, ils mènent un raid contre la ville de Reykjavik, en Islande, sous le commandement du renégat hollandais Jan Janszoon, et font 400 prisonniers59. Parmi les capturés figurent Guðríður Símonardóttir dite Tyrkja-Gudda (Gudda la Turque) et Ólafur Egilsson racheté l'année suivante. En rentrant en Islande, il écrit un récit sur son expérience60. Les villes de Salé et de Rabat sont la cible de plusieurs bombardements français, qui occasionnent d'importants dégâts matériels, mais sans résultat important. Le premier est mené en 1629 par une escadre de sept vaisseaux commandée par l'amiral Isaac de Razilly61. En juin 1631, Mourad Reis, avec des corsaires de la régence d'Alger et de la République de Salé, prennent d'assaut, par terre, le village de Baltimore, dans le comté de Cork. Ils capturent 237 villageois59. À partir des années 1660, les sultans alaouites Moulay Rachid puis Moulay Ismaïl viennent à bout de cette petite république62 mais la piraterie continue. L'Angleterre signe la paix avec Salé en 1676.

Protégée par les hauts-fonds marquant l'entrée de son port, dans l'embouchure du Bouregreg, la flotte des pirates de Salé n'était de ce fait composée que de navires à faible tirant d'eau63, petits, mais rapides, tels que polacres, pinques et caraques64. Ils étaient au nombre de dix-huit avant 1627, à l'époque où les pirates de Salé étaient dirigés par Jan Janszoon, avant que la flotte salétine ne prenne toute son ampleur. La plupart des navires jaugeaient entre 200 et 300 tonneaux65, et étaient équipés de voiles, mais aussi de rames66. L'un des navires les plus efficaces, utilisé tant à Alger qu'au Maroc, était le chebec ; ses dimensions pouvaient atteindre 39 mètres de long, 7,5 mètres de large, avec un tirant d’eau de 2,7 mètres. L'armement pouvait comprendre huit canons de 6 livres sur les bordées, quatre canons de 12 livres sur la poupe, et huit couleuvrines de 3 livres sur le pavois67.

Cependant, la petite taille des navires de Salé avait une contrepartie, leur interdisant la haute mer lorsque les rudes conditions météorologiques de l'Atlantique étaient défavorables. En réalité donc, on ne pratiquait la course à Salé que d'avril à octobre, au cours d'une campagne annuelle qui ne durait guère que six ou sept mois. En dehors de cette saison, outre l'état de la haute mer, la redoutable barre du Bouregreg interdisait l'accès du port plus de la moitié du temps, et les navires restaient alors au mouillage68. Il existait une véritable spécialisation entre les pirates d'Alger et ceux de Salé. Forts de leur nombre et de leur antériorité, les pirates algériens se réservaient en pratique la course en « mer du Levant », les corsaires de Salé se réservant la « mer du Ponant », c'est-à-dire l'océan Atlantique, avec le détroit de Gibraltar pour frontière69.

Négociation de paix
Négociation avec les pays européens

Bombardement d'Alger, par Martinus Schouman.
En 1835, le ministre de la Guerre turc en personne, Najib Pacha, débarque à Tripoli, dépose et exile la famille Karamanli et rétablit l'autorité directe de la Sublime Porte70. Le 17 octobre 1912, par le Traité d'Ouchy, l'Empire ottoman renonce à sa souveraineté sur les régions conquises par l'Italie71.

Négociation avec les États-Unis

Bombardement de Chios, par l'escadre de Duquesne en 1681.

Après avoir été vendus au marché de Salé, les captifs pouvaient être libérés contre rançon, ou rachetés par des religieux tels que ceux de la Merci (ce sont eux qui rachetèrent Germain Moüette).
Jusqu'à la déclaration d'indépendance des États-Unis en 1776, les traités britanniques protégeaient les navires et le commerce américains72. Alors que chaque État essayait de régler individuellement le problème, les États-Unis voulurent créer une coalition, notamment avec la France. Le traité de 1778 engageait la France à aider l'Amérique dans le cas où ses navires seraient attaqués par les Barbaresques, mais la France ignora tout simplement cette demande72. La menace barbaresque conduit John Adam, négociateur, à proposer de « donner un cadeau de deux cent mille livres que de risquer un million [en commerce] chaque année72 » mais Adam avait largement sous-estimé la somme réclamée par le négociateur barbaresque ; en mars 1786, avec Thomas Jefferson, autre négociateur, ils apprirent que le prix à payer était de « un million de dollars, soit un dixième du budget annuel72 ». Les États-Unis ont créé l'US Marine en mars 1794. Les États-Unis ont conclu des traités de paix avec la régence d'Alger, les Américains sont obligés de payer tribut pour la protection de leurs bâtiments. Ce fut un lourd fardeau pour l'Amérique : en 1800, les paiements en rançon et les tributs versés aux états barbaresques représentaient 20 % des dépenses annuelles du gouvernement fédéral72.

Pour obtenir des conditions de paix plus favorables, les États-Unis mènent en 1801, la Première Guerre et, en 1815, la Seconde Guerre barbaresque ; ces guerres sont un réel succès pour les États-Unis et mettent fin au paiement du tribut. Alger rompt le traité de paix en 1805 et refuse de mettre en œuvre le traité de 1815 jusqu'aux interventions britannique et hollandaise qui aboutissent au bombardement d'Alger en 1816. Le désastre naval que constitue pour elle l'expédition de Lord Exmouth en 1816 sera vite réparé, et en 1825, outre 35 chaloupes canonnières, la marine algérienne compte 3 frégates, 2 corvettes, 2 bricks, 5 goélettes, une polacre, et on voit reparaître un chébec73.

Le grand exploit de cette période sera la capture, en 1802 d'une frégate de guerre portugaise par le Raïs Hamidou74. Il est à remarquer que ce dernier, qui n'est ni renégat, ni turc, mais maghrébin, originaire d'une tribu berbère de l'intérieur, deviendra le chef de la Taïfa des raïs, promotion inimaginable au siècle précédent, ce qui témoignait à la fois d'une transformation profonde de l'élite navigante mais également de la dégradation de la hiérarchie des classes traditionnelles75.

Importance des captures
Les Barbaresques capturent les navires marchands et soumettent en esclavage ou rançonnent les équipages. Entre 1 000 000 et 1 250 000 Européens, soumis en esclavage (850 000 pour la période de 1580-1680) ont été capturés par ces pirates ou corsaires de 1530 à 178076[réf. non conforme]. Cependant, ces chiffres ont été réfutés par d'autres historiens, tels que David Earle ou John Wright, qui les considèrent comme largement exagérés77,78.

L'Ordre des Trinitaires a opéré en France pendant des décennies avec la mission de collecter des fonds pour racheter ces prisonniers76[réf. non conforme]. Entre 1569 et 1616, pour la seule Angleterre, les pirates s'emparent de 470 navires et en 5 ans, pour la période de 1628 à 1634, ils capturent à la France 80 navires et vendent plus de 1 000 Français sur le marché des esclaves d'Alger79.


Les Mercédaires rachetant des esclaves chrétiens tenus par les Musulmans.
« Entre 1716 et 1754, 19 navires du Danemark-Norvège ont été capturés avec 208 hommes, par les Algériens, la piraterie était donc un grave problème pour la flotte marchande danoise80[réf. non conforme] ». Le Danemark refusant de payer tribut au dey d'Alger, Mohamed ben Othmane, les Danois entrent en guerre contre la régence d'Alger. Ils perdent la guerre malgré leurs bombardements et doivent racheter chaque esclave capturé au cours de la guerre, à prix lourd81.

Les renégats

Uluç Ali Paşa, à l'origine Giovanni Dionigi Galeni, est un Italien « renégat », devenu officier corsaire de l'Empire ottoman, placé à la tête de la régence d'Alger de 1568 à 1571, il est nommé kapudan paşa (« amiral de la flotte »).
Selon Roland Courtinat « l'islam exerce une réelle attraction sur de nombreux chrétiens. La Barbarie est synonyme de richesses accessibles à tous. La bonne chère, la possibilité de s'enrichir, les femmes, la liberté d'action peuvent hanter l'esprit d'hommes de modestes conditions82 ». Ils se joignirent alors aux pirates barbaresques pour les faire bénéficier de leur expertise technique, comme ce fut le cas pour les corsaires de Salé83, dont le renégat le plus célèbre est le Hollandais Jan Janszoon, connu aussi sous le nom de Mourad Reis. Ainsi dans un état de la marine d'Alger en 1588, donné par Pierre Dan dans son Histoire de Barbarie et de ses corsaires, celle-ci était européenne pour moitié au moins et se composait alors, outre quelques frégates, de trente-cinq galères dont vingt appartenaient à des renégats européens majoritairement italiens84. D'après le père Dan, cela est lié au fait que, « les « Turcs » et ceux de Barbarie (Maures) se connaissent fort peu à la navigation »85. Vers 1600, les renégats ont apporté en barbarie des techniques avancées de navigation et de construction de navires, ainsi que des bâtiments de haut-bord, permettant aux corsaires d'étendre leurs activités jusque dans l'océan Atlantique. Cela affecta beaucoup les raids, alors à leur apogée, au xviie siècle86.

Barbaresques célèbres

Les frères Barberousse, gravure hollandaise du xviie siècle.
D'après l'historien Adrian Tinniswood, les corsaires barbaresques les plus redoutés étaient des renégats européens, à la base, déjà corsaires dans leur patrie, qui ont ensuite émigré vers la côte barbaresque durant les périodes de paix pour poursuivre leur commerce. Ces cas particuliers ont permis l'apport de fortes expertises navales comme les bateaux ronds de hauts bords et ont permis aux pirates de réaliser des raids lointains, et dévastateurs, comme en Islande, ou au Canada (Terre-Neuve-et-Labrador)86[réf. non conforme].

Ainsi, parmi les plus célèbres pirates barbaresques, on compte donc plusieurs renégats, dont le calabrais Uluç Ali Paşa au xvie siècle et le vénitien Ali Bitchin au xviie siècle, ou encore Ahmed El Inglizi, littéralement Ahmed l'Anglais parmi d'autres.

Arudj Barberousse, renégat, (1474–1518)
Khayr ad-Din Barberousse, renégat, (vers 1466–1546)
Sinan Reis (mort en 1546)
Sinan Pacha, renégat, (mort en 1553)
Hassan Corso, renégat, (1518-1556)
Dragut, renégat, (1485–1565)
Kurtoğlu Muslihiddin Reis (1487-1535)
Salah Raïs (vers 1488–1568)
Uluç Ali Paşa, renégat, (1519–1587)
Murat Rais, renégat, (vers 1534-1638)
Salomo de Veenboer alias Sulayman Reis, renégat, (mort en 1620)
Jack Ward alias Yusuf Reis, renégat, (vers 1553–1622)
Mami Corso, renégat, (1585-xvie siècle)
Ali Bitchin, renégat, (vers 1560–1645)
Jan Janszoon alias Mourad Rais, renégat, (vers 1570-après 1641)
Simon Dansa alias Raïs Dali, renégat, (vers 1579–1616)
Hassan Veneziano, renégat, (xvie siècle)
Dali Mami (xvie siècle)
Mami Arnaute, renégat, (xvie siècle), qui captura, avec Dali Mami, Miguel de Cervantes et son frère Rodrigo le 26 septembre 1575
Ibrahim Vargas, renégat, (xviie siècle)
Mohamed Fennich (xviie siècle)
Abdallah Fennich (xviie siècle-1695)
Abdelkader Maâninou (xviie siècle)
Abdellah Benaïcha (xviie siècle)
Ahmed El Inglizi, renégat, (xviie siècle)
Hamidou ben Ali (1773–1815)
Dans la littérature, et le cinéma
The Lustful Turk, est un roman pornographique, britannique, pré-victorien, publié en 1828, puis plus tard adapté au cinéma, en film érotique, en 1968, mettant en scène des pirates barbaresques87.

Annexes
Notes
↑ La prise d'Alger en 1830 par les Français, a mis fin à l'autorité turque sur le territoire, par le biais de la Convention franco-algérienne de 1830, mettant ainsi fin à 314 années de domination turque (1516-1830).
↑ Un roman d'Olivier Weber, Le Barbaresque, relate cette captivité et les évasions manquées de Cervantes.
↑ Décrets d'expulsion pris du 22 septembre 1609 au 18 janvier 1610 (voir Roger Coindreau 2006, p. 35).
Références
↑ a b et c Jacques Heers 2008, p. 7
↑ a et b Guy Turbet-Delof, (1973) p. 8
↑ Slavery : Abolition, Richard Oluseyi Asaolu, 310 p. (lire en ligne [archive]), p. 50
↑ (en) Ian W. Toll, « The Shores of Tripoli », Sunday Book Review,‎ 10 décembre 2010 (lire en ligne [archive])
↑ Jacques Heers 2008, p. 21
↑ a b et c Philippe Hrodej et Gilbert Buti 2013, Barbaresque
↑ Jean-Claude Rosso, « INFO 357 », « NON au 19 Mars »,‎ 30 janvier 2014, p. 15 (lire en ligne [archive])
↑ Devoulx 1859, p. 10.
↑ Devoulx 1859, p. 7.
↑ Devoulx 1859, p. 8.
↑ Albert Devoulx, Le registre des prises maritimes, Alger, A. Jourdan, 1872, 111 p. (lire en ligne [archive]), p. 66
↑ Le registre des prises maritimes (1872); p. 92.
↑ Devoulx 1859, p. 108.
↑ Site internet "846-852 : Le sac de Rome par les sarrasins et la construction de la muraille léonine" de Henri de Begard - 11 mars 2016
↑ Robert Davis, « British Slaves on the Barbary Coast », HTLM,‎ 2011 (lire en ligne [archive])
↑ Bakker 2001, p. 177.
↑ Pierre Pinta 2007, p. 209
↑ a et b Collectif 2000, p. 26-27
↑ Collectif 2005, p. 707
↑ Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin 1991, p. 46
↑ a et b Jacques Heers 2008, p. 14
↑ Yaël Kouzmine, Jacques Fontaine, Badr-Eddine Yousfi, Tayeb Otmane 2009, p. 659-685
↑ Nicolas Bibesco 1866, p. 115
↑ Gilbert Meynier 2010, p. 313
↑ Louis Mouilleseaux, Jean Lassus 1962, p. 162
↑ Mafoud Kaddache 1992, p. 8
↑ Pierre-Louis Fort 2013, p. 23
↑ Roger Coindreau 2006, p. 36
↑ Roger Coindreau 2006, p. 58
↑ a et b Jacques Heers 2008, p. 68-69
↑ George Masselman 1963, p. 205
↑ a b c et d Jacques Heers 2008, p. 109
↑ a b et c Jacques Heers 2008, p. 22
↑ Eric Chaney, « Measuring the military decline of the Western Islamic World: Evidence from Barbary ransoms », Explorations in Economic History, vol. 58, no Supplement C,‎ 1er octobre 2015, p. 107–124 (DOI 10.1016/j.eeh.2015.03.002, lire en ligne [archive], consulté le 7 octobre 2017)
↑ a et b Jacques Heers 2008, p. 149
↑ a b c et d Pierre Boyer 1995, p. 94
↑ a b c d e f et g Pierre Boyer 1995, p. 95
↑ Marc' Antonio Ceccaldi, p. 4
↑ a et b Jacques Herrs 2008, p. 102
↑ Jacques Godrechot 1970, p. 42
↑ Jean Canavaggio, Lepanto, Cautiverio
↑ Roger Coindreau 2006, p. 132
↑ Roland Courtinat 2003, p. 61
↑ Pierre Boyer 1995, p. 96
↑ Pierre Boyer 1995, p. 96-97
↑ Cesáreo Fernández Duro 1902, p. 185
↑ Jacques Heers 2008, p. 146
↑ Jacques Heers 2008, p. 70
↑ a b et c Jacques Heers 2008, p. 71
↑ a et b Jacques Heers 2008, p. 80
↑ Jacques Heers 2008, p. 81
↑ Jacques Heers 2008, p. 105
↑ Jacques Heers 2008, p. 134
↑ Roger Coindreau 2006, p. 42
↑ Roger Coindreau 2006, p. 43-44
↑ Josè Manuel Fajardo 2009, Le Monde
↑ Alfred S. Bradford 2007, p. 132
↑ Piraterie en Méditerranée au xviie siècle [archive][réf. non conforme]
↑ a et b Leïla Maziane 2008, p. 174
↑ Ólafur Egilsson 1969, Reisubók Séra Ólafs Egilssonar
↑ Martijn Theodoor Houtsma 1987, p. 549
↑ Potocki 2004, p. 342
↑ Roger Coindreau 2006, p. 41
↑ Piere Dan 1649, p. 209
↑ Roger Coindreau 2006, p. 69
↑ Roger Coindreau 2006, p. 66
↑ Elmahdi 2010, p. 36
↑ Roger Coindreau 2006, p. 125
↑ Roger Coindreau 2006, p. 124
↑ Pierre Pinta 2006, p. 213
↑ Burgat et Laronde 2003, p. 41-42
↑ a b c d et e Michael B. Oren 2005
↑ Wiliam Shaler (trad. Blanchi), Esquisse de l'État d'Alger, Paris, Ladvocat, 1830, 406 p. (lire en ligne [archive]), p. 61
↑ Devoulx 1859, p. ?.
↑ Pierre Boyer, « Les renégats et la marine de la Régence d'Alger », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 39, no 1,‎ 1985, p. 93–106 (DOI 10.3406/remmm.1985.2066, lire en ligne [archive], consulté le 7 octobre 2017)
↑ a et b Robert Davis 2011[réf. non conforme]
↑ (en-GB) Rory Carroll et Africa correspondent, « New book reopens old arguments about slave raids on Europe », The Guardian,‎ 11 mars 2004 (ISSN 0261-3077, lire en ligne [archive], consulté le 11 décembre 2017)
↑ (en) John Wright, Trans-Saharan Slave Trade, Routledge, 2007
↑ Roland Courtinat 2006, p. 41
↑ Peter Madsen[réf. non conforme]
↑ Musée national du Danemark [archive]
↑ Roland Courtinat 2002, p. 127
↑ Leïla Maziane 2007, p. 102-103
↑ Jean-Jacques Baude 1841, p. 184
↑ Roger Coindreau 2006, p. 67
↑ a et b Ian W. Toll 2010, The Shores of Tripoli
↑ Steven Marcus 2008, p. 195–217
Bibliographie
Sources primaires
Inconnu, Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d'Alger et de Tunis, 1720 lire en ligne [archive]
Inconnu, Voyage dans les états barbaresques de Maroc, Alger, Tunis et Tripoli, ou Lettres d'un des captifs qui viennent d'être rachetés par Mrs les Chanoines réguliers de la Sainte-Trinité, 1785 Lire en ligne [archive]
Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale
Pierre Dan, Histoire de Barbarie et de ses Corsaires, des royaumes et des villes d'Alger, de Tunis, de Salé et de Tripoly, Paris, 1649 (lire en ligne [archive])
(en) State Papers Her Majesty's Commission, King Henry the Eighth, vol. 10 Part V Foreign Correspondence 1544-45, London, 1849
Sources secondaires
Louis Abadie, Oran et Mers el Kébir : vestiges du passé espagnol, Serre Éditeur, 2002 (ISBN 9782906431539, lire en ligne [archive])
Yvette Barbaza, Le paysage humain de la Costa Brava
Jean-Jacques Baude, « L'Algérie », Revue des deux mondes,‎ 1841
(en) Charles Belgrave, The Pirate Coast, George Bell & Sons, 1966
Nicolas Bibesco, « Les Kabyles du Djurdjura », Revue des deux mondes, vol. XXXVIe année - seconde période, t. 62,‎ 1862 (lire en ligne [archive])
Pierre Boyer, « Les renégats et la marine de la Régence d'Alger », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, no 39,‎ 1985 (lire en ligne [archive])
(en) Alfred S. Bradford, Flying the Black Flag, 2007
Anne Brogini et Maria Ghazali, « Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de La Goulette au XVIe siècle », t. 1 : Cahiers de la Méditerranée, 2005 (lire en ligne [archive])
(en) Anthony Bruce et William Cogar, An encyclopedia of Naval History, New York, Facts On File, 1997 (ISBN 0-8160-2697-1)
(es) Jean Canavaggio, « Biblioteca virtual, Miguel de Cervantes Saavedra » [archive] (consulté le 6 juin 2017)
Roger Coindreau (préf. Mohamed Zniber), Les Corsaires de Salé, La Croisée des chemins, 2006, 2e éd. (1re éd. 1948) (lire en ligne [archive])
Roland Courtinat, La piraterie barbaresque en Méditerranée: xvie – xixe siècle, Serre, 2003, 139 p. (lire en ligne [archive])
(en) Hugh Chisholm, Barbary Pirates - Encyclopædia Britannica (11th ed.), Cambridge University Press, 1911 (lire en ligne [archive])
(en) Robert C. Davis, Christian slaves, muslim masters : white slavery in the Mediterranean, the Barbary Coast, and Italy, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004 (lire en ligne [archive])
Albert Devoulx, Le raïs Hamidou : notice biographique sur le plus célèbre corsaire algérien du xiiie siècle de l'hégire, d'après des documents authentiques et pour la plupart inédits, Alger, Dubos, 1859
(es) Cesáreo Fernández Duro, Armada española desde la unión de los reinos de Castilla y de León, vol. VI, Madrid, 1902
(is) Ólafur Egilsson, Reisubók Séra Ólafs Egilssonar, Reykjavík, Almenna Bókafélagið, 1969
Elmadhi, « Flotte Marocaine » [archive] (consulté le 23 avril 2010)
Josè Manuel Fajardo, « Rabat-Salé, la conquête pirate », Le Monde,‎ 2010 (lire en ligne [archive])
Pierre-Louis Fort (dir.), La France et l'Algérie en 1962, de l'Histoire aux représentations textuelles d'une fin de guerre, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2013, 332 p. (ISBN 9782811110475, OCLC 874058914, notice BnF no FRBNF43736240, lire en ligne [archive])
Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'ordre de Malte, Paris, Perrin, 2006
Jacques Heers, L'histoire assassinée: Les pièges de la mémoire, Éditions de Paris, 2006
Jacques Heers, Les Barbaresques, la course et la guerre en Méditerranée vive – xvie siècle, Paris, Perrin, coll. « tempus », 2008
(en) Martijn Theodoor Houtsma, E.J. Brill's First Encyclopaedia of Islam, 1913-1936, vol. 9, 1987 (ISBN 9004082654)
Mahfoud Kaddache, L'Algérie durant la période ottomane, Alger, O.P.U., 1992, 239 p. (notice BnF no FRBNF35498970)
Yaël Kouzmine, Jacques Fontaine, Badr-Eddine Yousfi et Tayeb Otmane, « Étapes de la structuration d'un désert : l'espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de géographie, vol. 6, no 670,‎ 2009 (DOI 10.3917/ag.670.0659, lire en ligne [archive])
Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin, L’état du Maghreb, Paris, La Découverte, 1991 (ISBN 2707120146)
Bernard Lugan, Histoire de l'Afrique du Nord: Des origines à nos jours, 2016, 736 p. (ISBN 9782268085340)
(en) Peter Madsen, Islam in European Literature Conference (lire en ligne [archive])
(en) Steven Marcus, The Other Victorians: A Study of Sexuality and Pornography in Mid-Nineteenth-Century England, Transaction Publishers, 2008 (ISBN 1-4128-0819-7)
(en) George Masselman, The Cradle of Colonialism. New Haven: Yale, University Press, 1963, p. 205
Leila Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727) Un port de course marocain au xviie siècle, Publication des universités de Rouen et du Havre, Presse universitaire de Caen, 2007 (lire en ligne [archive])
Jean Merrien, Dictionnaire de la mer : le langage des marins, la pratique de la voile, R. Laffont, 1958, XIV-647 p.
Réédité en 2001 puis en 2014 sous le titre Dictionnaire de la mer : savoir-faire, traditions, vocabulaires-techniques, Omnibus, XXIV-861 p., (ISBN 978-2-258-11327-5)
Gilbert Meynier, L’Algérie, cœur du Maghreb classique : De l’ouverture islamo-arabe au repli (698-1518), Paris, La Découverte, 2010, 358 p. (ISBN 9782707152312), p. 313
Louis Mouilleseaux et Jean Lassus, Histoire de l'Algérie : Textes de Jean Lassus (o.fl.a.)., Paris, Imprimeries Oberthur pour le compte des Productions de Paris, 1er janvier 1962
(en) Michael B. Oren, « The Middle East and the Making of the United States, 1776 to 1815 » [archive], 2005 (consulté le 18 février 2007)
Daniel Panzac, « Les esclaves et leurs rançons chez les barbaresques (fin xviiie - début xixe siècle) », Cahiers de la Méditerranée, no 65,‎ 2002 (lire en ligne [archive])
Pierre Pinta, La Libye : des cités antiques aux oasis du Sahara, Genève, Olizane, 2007 (lire en ligne [archive])
(en) Ian W. Toll, « The Shores of Tripoli » [archive], New York Times, 2010
Guy Turbet-Delof, L'Afrique barbaresque dans la littérature française aux 16e et 17e siècles, Droz, 1973, 408 p.
Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2002, 1508 p. (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0)
Gillian Weiss, Captifs et Corsaires. L'identité française et l'esclavage en méditerranée, Toulouse, Anacharsis, 2014, 416 p.
Richard Zrehen, « Galions espagnols et pirates juifs ... », Outre-terre, vol. 2, nos 25-26,‎ 2012 (lire en ligne [archive]) (inscription nécessaire) – via Cairn.info
Collectif, L'Algérie histoire, société et culture, Casbah, 2000 (ISBN 9961-64-189-2)
Collectif, L’encyclopédie nomade 2006, Paris, Larousse, 2005 (ISBN 9782035202505)
Corinne Chevallier, Les trente premières années de l’État d'Alger (1510-1541), Alger, Office des Publications Universitaires, 2002
(en) David Eltis et Stanley L. Engerman, The Cambridge World History of Slavery : Volume 3, AD 1420-AD 1804, Cambridge University Press, 25 juillet 2011
Michel Hervé, Les débuts de la Régence d'Alger (de 1518 à 1566), Paris, 2005
Henry Laurens, John Tolan, Gilles Veinstein, L’Europe et l’islam : quinze siècles d’histoire, Éditions Odile Jacob, 2009
Jean-Paul Roux, « L’Afrique du Nord ottomane » [archive], Clio, novembre 2002 (consulté le 26 mai 2017)
Fictions
Pierre Hubac, Les Barbaresques : Histoires d'outre-mer. 2 (Roman), Paris, Berger-Levrault, 1949, 263 p. (notice BnF no FRBNF32260166).
Articles connexes
Piraterie anglo-turque
Sur les autres projets Wikimedia :

Barbaresques, sur Wikiquote
Régence d'Alger
Régence de Tunis
Régence de Tripoli
République du Bouregreg
Côte des Barbaresques
Corso
Renégats
Traite des esclaves de Barbarie
Portail de la piraterie   Portail de l’esclavage   Portail du Maghreb   Portail de la mer Méditerranée  Portail de l’Empire ottoman   Portail de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem
Catégories : Histoire du bassin méditerranéenCommerce des esclavesBarbaresqueMalte pendant l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[+]

Hors ligne

 

#41 24-08-2019 10:00:07

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

réplique à l'internaute PN :

oui, mais - la citation (même si longue !) a comme source Wikipédia :
or, "on" sait que ce n'est pas une source tout à fait fiable -

aussi, il faut montrer ligne par ligne la véracité des faits mentionnés ........

d'ailleurs, j'espère qu'on ne va tarder à recevoir une réponse musclée et très détaillées,
appuyées de pages et de pages de références virtuelles je veux dire trouvées sur la Toile -


(si vous voulez: une tonne de lol-ig ...)

Hors ligne

 

#42 24-08-2019 10:08:15

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Sinan Bey a écrit:

réplique à l'internaute PN :

oui, mais - la citation (même si longue !) a comme source Wikipédia :
or, "on" sait que ce n'est pas une source tout à fait fiable -

aussi, il faut montrer ligne par ligne la véracité des faits mentionnés ........

d'ailleurs, j'espère qu'on ne va tarder à recevoir une réponse musclée et très détaillées,
appuyées de pages et de pages de références virtuelles je veux dire trouvées sur la Toile -


(si vous voulez: une tonne de lol-ig ...)

Tout à fait d'accord Wiki n'est pas fiable mais le chercheur va nous abreuver de preuves et de contre-preuves ....vous aurez de la lecture pour l' hiver ! Lol!

PS : il évitera bien entendu de trop s' étendre ( si j'ose dire !)sur les renégats et inversement sur le rôle des Chrétiens dans la lutte contre les Barbaresques.

PS 2 Dommage que notre "chercheur" ne soit pas de nationalité allemande...Il aurait eu du grain à moudre !

https://www.journaldugeek.com/2019/08/2 … xiste-pas/

Dernière modification par Pascal Nicolaides (24-08-2019 10:18:40)

Hors ligne

 

#43 24-08-2019 12:10:51

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

On peut récapituler les Posts précédents :

- Post#31 / Adic   : Histoire d'Alger sous la domination turque (1515-1830) par H.-D. de Grammont. (Paris 1887) . Table de matières pp.415-420

- Post#32 / Sinan : Ignorer l'’histoire, c’'est s'’apprêter à la revivre ! Quel auteur ?

- Post#33 / P.N.   : ce sont des loups cachés sous des peaux de moutons.

- Post#34 / Adic   : la drogue en fantasmagories anti-I/islam comme Le dernier-roman"fiction" de Houellebecq.

- Post#35 / P.N.   : fantasmagorie anti-I/Islam

- Post#36 / Sinan : Rappel raccourci de ... mille ans d'Histoire !

- Post#37 / Sinan : chercheuse italienne : DIX MILLIONS d'Hommes (au masculin) qu'ils avaient émasculés et rendu en esclavage

- Post#38 / Sinan : On discute un peu, pour maintenir le contact des deux côtés du Rhin -même si le sujet est assez attristant.

- Post#39 / Sinan : comme vous le savez sûrement, l'homme au masculin, peut faire la comptabilité en 31 jusqu'à un âge très avancé -on cite des cas jusqu'à 99 ans ... donc, nous sommes encore en toute agilité !

- Post#40 / P.N.   : Barbaresques /Wikipédia

- Post#41 / Sinan : il faut montrer ligne par ligne la véracité des faits mentionnés ........

- Post#42 / P.N.   : vous aurez de la lecture pour l' hiver ! Lol!

Les Internautes PN et Sinan s'amusent-ils ? Tant mieux -si cela peut leur faire du bien. Il y aura de quoi disserter gamats-gamats,  point par point.

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG . Cependant, SVP, n'oublions pas que la DIYANET, le COJEP et le PEJ ne s'amusent pas -ils bossent, ils agissent. Please, n'essayons pas trop de faire diversion, on va finir par se poser des questions. Nil.
#1510

Dernière modification par Adic2010 (24-08-2019 12:13:46)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#44 24-08-2019 12:15:09

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Adic2010 a écrit:

On peut récapituler les Posts précédents :

- Post#31 / Adic   : Histoire d'Alger sous la domination turque (1515-1830) par H.-D. de Grammont. (Paris 1887) . Table de matières pp.415-420

- Post#32 / Sinan : Ignorer l'’histoire, c’'est s'’apprêter à la revivre ! Quel auteur ?

- Post#33 / P.N.   : ce sont des loups cachés sous des peaux de moutons.

- Post#34 / Adic   : la drogue en fantasmagories anti-I/islam comme Le dernier-roman"fiction" de Houellebecq.

- Post#35 / P.N.   : fantasmagorie anti-I/Islam

- Post#36 / Sinan : Rappel raccourci de ... mille ans d'Histoire !

- Post#37 / Sinan : chercheuse italienne : DIX MILLIONS d'Hommes (au masculin) qu'ils avaient émasculés et rendu en esclavage

- Post#38 / Sinan : On discute un peu, pour maintenir le contact des deux côtés du Rhin -même si le sujet est assez attristant.

- Post#39 / Sinan : comme vous le savez sûrement, l'homme au masculin, peut faire la comptabilité en 31 jusqu'à un âge très avancé -on cite des cas jusqu'à 99 ans ... donc, nous sommes encore en toute agilité !

- Post#40 / P.N.   : Barbaresques /Wikipédia

- Post#41 / Sinan : il faut montrer ligne par ligne la véracité des faits mentionnés ........

- Post#42 / P.N.   : vous aurez de la lecture pour l' hiver ! Lol!

Les Internautes PN et Sinan s'amusent-ils ? Tant mieux -si cela peut leur faire du bien. Il y aura de quoi disserter gamats-gamats,  point par point.

Cependant, SVP, n'oublions pas que la DIYANET, le COJEP et le PEJ ne s'amusent pas -ils bossent, ils agissent. Please, n'essayons pas de faire diversion, on va finir par se poser des questions. Nil.
#1510

Ah non!!!? Pitié pas de dissertations, on n'en peut plus !!!!??

Bienvenue à Sinan Bey ,nouveau membre du "Club très fermé des Pieds nickelés du Forum" !!!    Loooooool- kg !

Hors ligne

 

#45 24-08-2019 12:41:03

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

L'Internaute PN a écrit:

Ah non!!!? Pitié pas de dissertations, on n'en peut plus !!!!??

Bienvenue à Sinan Bey ,nouveau membre du "Club très fermé des Pieds nickelés du Forum" !!!    Loooooool- kg !
Hors ligne

Encore une diversion, mais pour les dissertations, je ne creuse pas trop, sachant les (multiples) manifestations habituelles en projection  sad   On pourrait en faire une liste -très parlante.  hmm

En tout cas, l'Internaute PN (pour une fois) a raison : bienvenue au Prince d'Orient Sinan Bey au Club des Pieds Nickelés.

https://images.epagine.fr/737/9782375040737_1_75.jpg
#1521

Dernière modification par Adic2010 (24-08-2019 12:51:03)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#46 24-08-2019 13:01:53

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Adic2010 a écrit:

L'Internaute PN a écrit:

Ah non!!!? Pitié pas de dissertations, on n'en peut plus !!!!??

Bienvenue à Sinan Bey ,nouveau membre du "Club très fermé des Pieds nickelés du Forum" !!!    Loooooool- kg !
Hors ligne

Encore une diversion, mais pour les dissertations, je ne creuse pas trop, sachant les (multiples) manifestations habituelles en projection  sad   On pourrait en faire une liste -très parlante.  hmm

En tout cas, l'Internaute PN (pour une fois) a raison : bienvenue au Prince d'Orient Sinan Bey au Club des Pieds Nickelés.

https://images.epagine.fr/737/9782375040737_1_75.jpg
#1521

Te casse pas la tête vieux refoulé, on les connaît par cœur tes "dissertations" ! Tu nous les sers en boucle ....
Allez va faire un tour au Tiergarten ça te sortira de la naphtaline !

Dernière modification par Pascal Nicolaides (24-08-2019 13:02:45)

Hors ligne

 

#47 24-08-2019 14:02:27

Adic2010
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Internaute PN a écrit:

Te casse pas la tête vieux refoulé, on les connaît par cœur tes "dissertations" ! Tu nous les sers en boucle ....
Allez va faire un tour au Tiergarten ça te sortira de la naphtaline !

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQR5RiYurY3dSjS9Xti2frxCgVuXlH13yCldYBYcW2GINPjGh5P . On peut remarquer

- les automatismes habituels en DIVERSION (et leurs styles) de la part de l'Internaute PN

- quand on parle de notre réalité (pas encore structurée) face à l'importance de la DIYANET, du COJEP et du PEJ en France. http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG
#1553

Dernière modification par Adic2010 (24-08-2019 14:05:55)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . Ankara~Diyanet~Cojep~Pej cherchant à ottomaniser-kémaliser l'Islam de France ?

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

En ligne

 

#48 24-08-2019 14:21:53

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Adic2010 a écrit:

Internaute PN a écrit:

Te casse pas la tête vieux refoulé, on les connaît par cœur tes "dissertations" ! Tu nous les sers en boucle ....
Allez va faire un tour au Tiergarten ça te sortira de la naphtaline !

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/imag … 2GINPjGh5P . On peut remarquer

- les automatismes habituels en DIVERSION (et leurs styles) de la part de l'Internaute PN

- quand on parle de notre réalité (pas encore structurée) face à l'importance de la DIYANET, du COJEP et du PEJ en France. http://www.globalarmenianheritage-adic. … urquie.JPG
#1553

C'est pas possible un pignouf pareil !
Ne t'occupe pas des mes automatismes et regarde plutôt les tiens ...
Tu fais vraiment pitié finalement avec ton horizon limité à ton écran....Va faire un tour dans un parc ou un  musée mais de grâce lâche nous un peu!

Dernière modification par Pascal Nicolaides (24-08-2019 14:22:22)

Hors ligne

 

#49 24-08-2019 16:49:07

Sinan Bey
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

" ... mais de grâce lâche nous un peu! ... "

Non, je dirai Non à l'internaute PN : s'il nous lâche, le forum retomberait dans sa torpeur estivale
surtout en ces jours où une nouvelle Hitzewelle menace nos toits ...

ps:
Double-Merci pour la Bienvenue au Prince d'Orient !

Hors ligne

 

#50 24-08-2019 17:55:06

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: "Le passé arménien turquifié"

Torpeur estivale ? J'ai bien peur qu'elle ne s'instaure définitivement !...
Mais vous avez tout de même un peu raison : que ferions nous sans  lui ? Impensable...

Dernière modification par Pascal Nicolaides (24-08-2019 18:24:34)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -