Soutenez Armenews !

Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 06-11-2016 12:18:36

Adic2010
@rmenaute

GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

Merci à Haytoug de nous informer de ces deux pages importantes :

- LES CONVERSIONS FORCÉES À L'ISLAM (Johannes Lepsius)

- Page sur Ignace Maloyan dans le site du Vatican (*1)

L'actualité politico-médiatique est à l'attention aux Chrétiens d'Orient, nous pouvons en informer les instances islamiques de France de ces pages : tout comme

- le firman de 1917 du chérif des Liux Saints de la Mecque, Hussein Ibn Ali[/url]

- le témoignage de Faiez el Ghocein[/url]

- des sources en arabe signalées par le Pr Nikolay Hovhannissian

- et diverses pages arméno-arabisantes actuelles du LIBAN, de Syrie et d'ÉGYPTE avec la REVUE AREK arméno-arabisante que j'ai signalées dans notre forum NAM.

On rencontre l'instrumentalisation du fanatisme politico-religieux à maintes reprises dans le cours de l'histoire et dans divers pays. Dans notre cas historique, vouloir s'en tenir uniquement à incriminer l'islam (en occasion de faire l'amalgame avec le terrorisme islamiste... comme on a pu le rencontrer dans notre forum), c'est vouloir (inconsciemment ou en eurocentrisme) balayer d'un revers de manche la structure génocidaire de 1915... qui nous pèse encore.

Dans le cadre d'une idéologie non-religieuse (pan-touraniste), un nettoyage ethnique a été entrepris pour faire la jonction avec les Turco-Tatars de Bakou. Je me rappelle, que cette approche génocidaire de table rase par extermination et déportation avait été évoquée par l'historien Arthur Beylerian que je connaissais depuis mon enfance et par Marat Kharazian vers 1973. (*2)

S'il ne s'agissait que de fanatisme religieux, il y aurait eu encore aujourd'hui des Arméniens autochtones vivant en Arménie occidentale.

A part cela, naturellement il y a certains aspects politico-sociologico-psycho-psychiques que nous acceptons plus ou moins et qui nous handicapent à comprendre en profondeur les choses -s'agissant :

- d'enfermement génocidaire étudié par Hélène Piralian ;

- de perte d'arménité en racines orientales étudiée par Janine Altounian ;

- de fuite en avant face au questionnement signalé par Seta B. Dadoyan  ;

C'est assez significatif sur ces registres en non-compréhensions ordinaires des choses ont été étudiées par trois femmes arméniennes.

Il est important de lister (ici dans ce thread pour mieux les retrouver et ne pas parasiter d'autres thématiques) les témoignages de fanatismes religieux instrumentalisés par les Turco-Ottomans pour mettre au courant nos concitoyens franco-musulmans. Il  y a eu TERRORISME D'UN GÉNOCIDE et non pas seulement des manifestations religieuses fanatiques habituelles et instrumentalisées que l'on a pu rencontrer en France, en Europe ou ailleurs. Nil.

(*1) : pour la ville de Mardine, il y a une version arabe publiée à Halep en 200?? ;

(*2) : Marat Kharazian était à l'époque diplomate soviétique et Premier Secrétaire de l'Ambassade de l'URSS à Paris. Vers 2007 Kharazian a soutenu un doctorat à l'université de Paris sur la Question arménienne.
Malheureusement son livre qui existe en publication restrainte, n'est pas encore édité : http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr_9informationcitoyenne/em04questiondorient/01_kharazian.jpg

#27

Dernière modification par Adic2010 (21-10-2018 18:09:09)

Hors ligne

 

#3 08-02-2017 11:21:22

Adic2010
@rmenaute

Re: GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

Je note la ciiation relevée par l'internaute PN à ce message #101 :

Les faits précédents seront une amère déception pour ceux qui, en ces dernières années, ne peuvent pas assez vanter la tolérance de l'islam. JOHANNES LEPSIUS (1858- 1926).(*)

On pourrait le dire aussi pour l'Église catholique sachant

- les massacres des Saxons qui refusaient de devenir chrétiens par les armées de Charlemagne ;

- qu'il y a eu l'organisation de la traite des slaves païens pendant plus de deux siècles par le Saint-Empire romain Germanique (d'où le mot 'esclave'//'slave') avec leurs expéditions par les ports du sud de l'Italie vers le Califat arabe : Page Adic ; Article dans la revue des Cahiers du monde russe sur le livre "La traite des Slaves" d'Alexandre Skirda ; Un crime contre l?humanité politiquement incorrect : la traite des Slaves du VIIIe au XVIIIe siècle ;

- l'Inquisition et en particulier l'Inquisition espagnole ;

- par les actions génocidaires dans les Antilles à l'encontre des Indiens caraïbes et dans le Nouveau monde ;

- les exactions fanatiques pendant la Guerre de Trente ans en Allemagne entre Catholiques et Protestants ;

- Louis XIV à l'encontre des Huguenots avec les dragonades[/u] puis avec la politique de Louis XV des galères pour ceux qui restaient fidèles à leur foi protestante.

Quand on veut se faire passer pour L'ÉGLISE UNIVERSELLE, on peut se permettre des entorses au message du Christ : tout comme actuellement l'Etat de Myanmar en propagande de "la sagesse" de Boudha à l'encontre des populations autochtones non-birmanes qui se trouvent être musulmanes.

Avec quand même une grande différence : un génocide est plus sophistiqué, plus pervers, plus déstructurant, plus résiliant que des massacres historiques par fanatismes religieux débridés ou encouragés. Il y a en plus l'acharnement à la déshumanisation pour mieux déraciner en nettoyage ethnique avant la déportation.

Pour le saisir, il faut (faire l'effort de) lire et (de) comprendre des livres qui sont publiés et qui existent (Hélène Piralian ; Janine Altounian, etc).

A cela s'ajoute les mécanismes anthropologiques de cent ans en impunités-justifications-banalisations-dénis-mutismes-occultations-complaisances-enfumages par realpolitiks euro-mercantilistes. C'est ainsi qu'il eu mutation anthropologique en DAECH -se catalysant sur les conséquences de la guerre d'Iraq et du sabotage du pays syrien.

Pourra-t-on expliquer cela aux associations franco-musulmanes et franco-citoyennes ? Elles pourront le comprendre, mais ne soyons pas trop exigeants. Au-delà de la realpolitik du contexte diplomatique avec Ankara, le Conseil constitutionnel à son niveau ne l'a pas compris :

- en permettant l'importation du turco-déni du GDA1915

- ayant pour conséquence une crypto-importation symbolique invisible-banalisée de DAECH.

Bonne continuation. Nil.

(*) : il serait intéressant de savoir à quel point Lepsius était au courant de l'organisation germano-politico-structurelle du Jihad Made in Germany quand il a écrit ces lignes.
#140

Dernière modification par Adic2010 (06-11-2018 12:37:45)

Hors ligne

 

#4 08-02-2017 13:33:16

Pascal Nicolaides
@rmenaute

Re: GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

http://www.imprescriptible.fr/documents ? s/p3c2.htm

(...)Les faits précédents seront une amère déception pour ceux qui, en ces dernières années, ne peuvent pas assez vanter la tolérance de l'islam.(...)


2. - LES CONVERSIONS FORCÉES À L'ISLAM.

Un phénomène caractéristique, qui s'est manifesté également au temps des massacres d'Abdul Hamid, en 1893-1896, et durant les massacres de Cilicie en 1909, ce sont les conversions en masse à l'Islamisme, conversions qui n'ont pas eu lieu de plein gré, même là où on les donne pour telles. On rencontre souvent cette opinion que les conversions forcées ne doivent pas être considérées comme « persécutions contre les chrétiens », parce, qu'elles ont un but politique qui est la turcification des sujets non turcs de la Turquie. Mais on serait un mauvais connaisseur de l'histoire de l'Eglise, si l'on admettait qu'il ait jamais existé des persécutions faites par les chrétiens qui n'aient pas servi à des fins politiques. L'abus de la religion pour fins politiques est la racine et l'essence de toutes les persécutions religieuses. On ne pourra donc pas contester dans ce cas-ci non plus que les conversions forcées à l'islam portent tous les caractères d'une persécution contre les chrétiens.
Dans quelles circonstances les conversions forcées furent-elles réalisées ?
En beaucoup de cas, le seul moyen d'échapper à la, déportation était de passer à l'islam. Mais comme souvent déportation signifiait massacre, que les hommes au moins, aussitôt sur le chemin de l'exil, allaient à une mort certaine et que les jeunes femmes et les jeunes filles au-dessus de dix ans devaient s'attendre à être enfermées dans des harems turcs ou des villages kurdes, la tentation était trop forte d'échapper à la mort et au déshonneur en passant à l'islam. On a des informations de tous les vilayets disant que les autorités turques elles-mêmes offraient cette issue, et qu'en règle générale tous les chrétiens qui se déclaraient prêts à embrasser l'islam étaient exempts de la déportation et des massacres. Mais on usa aussi de pression pour amener le passage à l'islam, soit par la faim, soit par des menaces de mort. Pour voiler le caractère forcé des conversions, on présenta souvent aux convertis des documents où ils devaient attester, par leur signature, qu'ils avaient accepté de plein gré de passer à l'islam. Après les massacres d'Adana, en 1909, le Gouvernement avait été forcé, sous la pression des Puissances européennes, d'ordonner le retour des chrétiens islamisés et même de menacer de châtiment ceux qui garderaient des enfants chrétiens dans des maisons musulmanes. On a, par la suite, essayé de voiler, autant que possible, le caractère forcé des conversions et de prévenir le retour à la religion chrétienne, en mariant systématiquement les jeunes filles et les femmes chrétiennes à des Musulmans, et même par l'échange forcé des femmes entre chrétiens et Mahométans. Beaucoup de femmes chrétiennes arméniennes, dont les maris servaient dans l'armée turque, furent forcées, pendant l'absence de leurs maris, de se marier de cette façon ignominieuse avec des Mahométans. La polygamie mahométane permet de réaliser, sur une grande échelle, de telles mesures. Les hommes qui passaient à l'islam étaient circoncis et recevaient des noms mahométans.
Des exemples caractéristiques, dont quelques-uns ont déjà été cités dans notre exposé des événements, peuvent servir à éclairer ce que nous venons de dire.
A Samsoun, le port le plus important de la Mer Noire, le mutessarif (préfet) invita à dîner les Arméniens les plus notables et exigea d'eux qu'ils passassent à l'islam. Le jour où l'on proclama l'ordre de déportation à Samsoun, on tendit dans la ville un cordon entre le quartier arménien et le quartier musulman et l'on notifia, par un crieur public, que ceux qui accepteraient de passer à l'islam pourraient rester. Ceux qui s'y sentaient disposés n'avaient qu'à passer le cordon ; les autres seraient déportés.
A Mersivan on proclama, pendant les préparatifs de la déportation, que quiconque embrasserait l'islam échapperait à la déportation et pourrait rester paisiblement dans sa maison. Les bureaux des employés qui contrôlaient les requêtes étaient remplis de gens qui voulaient passer à l'islam. Ils le faisaient pour l'amour de leurs femmes et de leurs enfants, dans le sentiment que ce n'était qu'une affaire de temps, jusqu'à ce qu'il devînt possible de retourner à leurs croyances.
A Zileh, on chercha à fléchir les femmes et les enfants par la faim, après avoir tué les hommes. On les laissa en pleine campagne, sans nourriture, pendant plusieurs jours. Lorsque la proposition de passer à l'islam se heurta au refus opiniâtre des femmes, on se mit à percer à coups de baïonnette les mères sous les yeux de leurs enfants.
Des infirmières de la Croix-Rouge allemande racontent qu'à Guémérek, on réunit trente des plus jolies parmi les jeunes femmes et les jeunes filles, et on les mit en présence de cette alternative : « Où vous deviendrez mahométanes, ou vous mourrez ! » La réponse fut : « Alors nous mourrons ! » Cette réponse fut télégraphiée au vali de Sivas, qui donna le conseil de partager entre les Musulmans ces jeunes filles et ces femmes, dont beaucoup avaient reçu leur éducation dans les écoles américaines. Nous avons des exemples semblables pour tous les vilayets. On refusa le plus souvent la conversion d'individus isolés et l'on exigea qu'au moins cent personnes se présentassent ensemble, si elles voulaient échapper à la déportation. Dans certaines localités, les autorités acceptèrent les conversions, mais n'en exécutèrent pas moins la déportation.
Nous avons des informations précises en ce qui concerne les villes de la côte de la Mer Noire.
Des parents et des amis des Arméniens de ces provinces reçurent à Constantinople, au temps de la déportation, des télégrammes de Trébizonde, Samsoun, Ounieh, Amasia et d'autres villes, qui disaient : « Hak dini kaboul etdik » (nous avons accepté la vraie religion). Des lettres et des cartes postales furent renvoyées par la poste, avec avis de mettre pour adresse les nouveaux noms mahométans à la place des anciens noms chrétiens. On reçut de Samsoun les quelques changements d'adresse suivants :
Mihran Davidjian s'appelle Daoud Zia, Agob Guiyidjian s'appelle Osman Sureya Garabed Kilimedjian s'appelle Hodi effendi Howsep Davidian s'appelle Zia Tuguoglou.
D'Ounieh :
Tcharian et fils s'appellent Chakir~Zadeh-Fehmivé Makdoular
Kazarian s'appelle Abd-ul-Mejid
Un certain Tchakirian d'Ordou télégraphia à son frère :
« J'ai accepté la vraie religion; je te prie d'en faire autant. - Ton frère Mohammed. » IL envoya le même télégramme à son fils avec la signature : Chakir Zadéh.
Quand on exigea du commerçant Haroutioum Torikian, protestant, de devenir mahométan, il répondit : « J'ai eu la foi dès mon jeune âge, la renierai-je maintenant que je suis vieux ? A cette heure même je renonce à la vie ! » Il fut emmené et tué. Tout comme lui, des dizaines de milliers ont préféré la mort ou l'exil à l'abandon de leur foi.
Le nombre des conversions obtenues par la violence ou sous la pression des autorités et de la détresse ne pourra être évalué au juste qu'après la guerre, quand on pourra recueillir des informations de toutes les régions de la Turquie. Jusqu'à présent on n'a des données numériques que pour les villes côtières du Vilayet de Trébizonde. Ainsi, dans la ville de Trébizonde, 200 familles ont passé à l'islam, à Kérasount 160, à Ordou 200, à Samsoun 150. A Arabkir, toute la population aurait échappé à la déportation en passant à l'islam. Des informations du vilayet de Kharpout disent que le nombre des islamisés doit y être particulièrement élevé. Le Consul des Etats-Unis à Kharpout suppose aussi que toutes les femmes et les enfants restés là auraient été obligés d'embrasser l'islam.
L'on doit considérer comme islamisés de force les jeunes femmes, les jeunes filles et les enfants qui ont été emmenés dans des maisons turques, ou des villages kurdes. Il ressort de tous les récits qui décrivent l'état des caravanes arrivant du nord au sud, que toutes les jeunes filles au-dessus de dix ans ont disparu en route et que la plupart des jeunes femmes ont été enlevées. Dans les villes où l'on passait, on donnait aux populations mahométanes, comme on l'a souvent répété, la faculté de choisir les plus belles jeunes filles et même de les faire examiner d'abord par leurs médecins. Les enfants furent en partie vendus par les gendarmes, en partie donnés par les mères pour les sauver de la mort. Les caravanes des déportés étaient des marchés d'esclaves ambulants. Beaucoup de femmes et de jeunes filles se sont donné la mort pour échapper au déshonneur.
On cite quelques cas héroïques de femmes qui se jetèrent dans les fleuves ou s'ôtèrent la vie pour ne pas être violées ou pour ne pas être obligées d'embrasser l'islam. Un Arménien mit de sa propre main le feu à sa maison et s'y brûla avec toute sa famille, pour qu'elle ne fût pas déshonorée ou convertie de force à l'islam. Le récit de la veuve arménienne de Baïbourt, à la page 59 et suivantes, donne un aperçu de la manière dont on s'y prenait pour amener les femmes et les enfants à embrasser l'Islam. Elle rencontra un convoi de 50 à 60 voitures portant 30 veuves d'officiers turcs, dont une se donna le plaisir de tuer, à coups de revolver, un Arménien quelconque. Chacune de ces femmes turques avait avec elle 5 ou 6 jeunes filles arméniennes de dix ans et au-dessous. La veuve arménienne ne put sauver sa fille du même sort qu'en se déclarant prête à passer a l'islam avec elle. On les accueillit dans l'une des voitures et on leur changea leur nom chrétien en des noms musulmans et l'on se mit à les instruire dans les usages musulmans.
La pression dont on usa envers la population chrétienne, pour la porter à embrasser l'islam, ne provenait point de la population mahométane, ni même du clergé musulman, mais exclusivement du Gouvernement. Ce sont également les autorités qui essayèrent de donner à ces passages à l'islam l'apparence de la liberté. Des ordres confidentiels furent adressés par le Gouvernement Impérial ottoman aux autorités locales de l'intérieur, pour qu'elles amènent les survivants du peuple arménien à signer une requête où ils demanderaient comme une grâce spéciale « de passer à la sainte religion ». Tous ceux qui s'y refuseraient devraient être déportés.
Le nombre des chrétiens arméniens et syriens qui furent convertis à l'islam, durant le cours des déportations, ne pourra être établi, même approximativement, avant la fin de la guerre, On peut le tenir pour très considérable, puisque toutes les jeunes filles, les femmes et les enfants volés par les Turcs sont traités par eux comme Mahométans.
Dans les villes et les villages, les églises chrétiennes furent changées en mosquées ou employées à d'autres usages après l'expulsion des Arméniens. A Termeh, entre Samsoun et Ounieh, après avoir transformé l'église en mosquée, on enroula, par dérision, un turban autour de la tête du prêtre arménien. Il dut ensuite faire le « namaz » (la prière mahométane).
A Erzeroum, on a transformé aussi l'église catholique en mosquée.
A Erzingian, on fit de l'église arménienne catholique des lieux d'aisances publics. A Husni-Manzour, l'église fut saccagée et le calice jeté aux cabinets. Les gendarmes se vêtirent des ornements sacerdotaux et parodièrent la messe au milieu des blasphèmes. Le prêtre fut jeté en prison et soumis à la torture.
A Angora, on célébra le jour anniversaire du Sultan en opérant la circoncision sur cent enfants chrétiens, la plupart catholiques, convertis de force.
Les faits précédents seront une amère déception pour ceux qui, en ces dernières années, ne peuvent pas assez vanter la tolérance de l'islam.


http://media.pn.am/media/issue/274/560/photo/274560.jpg

PAS D'OUBLI, PAS DE PARDON !

Hors ligne

 

#5 06-05-2017 16:45:11

Adic2010
@rmenaute

Re: GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

http://www.historyofarmenia.am/images/menus/1153/Haygazean_handes.jpg . Dans la revue arméno-philologique de Beyrouth, Revue arménologique Haigazian N#15 . ՀԱՅԿԱԶԵԱՆ ՀԱՅԱԳԻՏԱԿԱՆ ՀԱՆԴԷՍ / ԺԵ . 1995 . pp.109-120, il y a l'article en anglais ci-dessous avec 30 références bibliographiques

THE ARMENIAN GENOCIDE IN HISTORICAL PERSPECTIVE : A SOCIOLOGICAL ANALYSIS -- BERCH BERBEROGLU

- Introduction
- The Position of Ethnic Minorities in O ttom an Turkey with Focus on the Armenian Community
- Ethnic Rivalry and the Rise of Turkish Nationalism
- Ultra-Nationalism and the 1915 Genocide of Armenians in Ottoman Turkey
#293

Dernière modification par Adic2010 (21-10-2018 18:18:24)

Hors ligne

 

#6 06-04-2018 12:39:07

Adic2010
@rmenaute

Re: GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_9/monument.jpg . Merci à Stephane de nous rappeler la mémoire de Khosrov Kyurktchyan. Khosrov Kyurktchyan était le fils de Grigor Kyurkchyan, sériciculteur très connu à Kharberd. Khosrov Kyurktchyan a étudié à Kharberd, ensuite en 1883 il est parti à Lyon pour apprendre la sériciculture pendant un an.(*) En 1884, en achetant des machines nécessaires, il est retourné à Kharperd, où il a équipé l?usine de son père et a pris en charge son administration. En 1895, l?usine a été détruite par les troupes turques. Il a adopté l?Islam pour sauver la famille du danger. Il a fait partir sa femme et ses deux fils pour l?Amérique. En comprenant qu?il avait adopté l?Islam pour gagner du temps, les Turcs l?ont brutalement abattu. Il a été tué à la hache. Khosrov Kurkdjian a été une victime du Génocide arménien.

http://armenews.com/IMG/arton123838-328x480.jpg  . Le site de l'Institut-Musée du Génocide à Érévan a une version en arménien. Il y a bien une version en turc, mais il serait (très) important d'avoir aussi une version en arabe -sachant les nombreuses associations de nos concitoyens franco-maghrébins. Merci d'en parler à l'Institut à votre prochaine visite à Érévan. Vous pouvez leur dire qu'il y a des Français d'origine franco-maghébine (en étant plus nombreux que la population francophone du Liban) et qu'ils comprendront encore plus..

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/images_9/monument_maquette.JPG . Խոսրով Քյուրքչյան ,(**) Խարբերդում հայտնի մետաքսագործ Գրիգոր Քյուրքչյանի որդին: Նախնական ուսումը ստացել է Խարբերդում, այնուհետև՝ 1883 թ., մեկնել է Լիոն և մեկ տարի ուսումնասիրել մետաքսագործություն: 1884 թ. անհրաժեշտ մեքենաներ գնելով՝ վերադարձել է Խարբերդ: Վերազինել է հոր գործարանը և ստանձնել գործարանի տնօրինությունը: 1895 թ. գործարանը ավերվել է թուրք հրոսակների ձեռքով: Ընտանիքին վերահաս վտանգից փրկելու համար առերևույթ ընդունել է իսլամ: Նրան հաջողվել է կնոջը և երկու տղաներին ուղարկել Ամերիկա: Հասկանալով, որ նա իսլամ է ընդունել ժամանակ շահելու համար, թուրքերը դաժան հաշվեհարդար են տեսել նրա հետ: Կացնահարվել է թուրքերի կողմից: Հայոց ցեղասպանության զոհ:

(*)   : prévoir de trouver les www des milieux de la sériculture à Lyon où informer. Comment dit-on sériculture en arménien ?   roll

(**) : nous avons le nom en arménien. Nous aurons des possibilités de recherches bibliographiques et avoir plus d'éléments historiques sur Khosrov Kourdjian -en particulier sur son séjour à LYON ;

PS : ancienne page Adic sur le Institut-Musée du génocide à actualiser  ~~  ÉLAZIG.fr (nom turc officiel) ~~ KHARPET.hy / Խարբերդ ~~ Il existe beaucoup de données arméniennes et arménisantes sur Kharpet.

- Message pouvant avoir des applications dans la rubrique (#61) À FAIRE CONNAÎTRE À LA FONDATION DE L'ISLAM DE FRANCE, AUX ASSOCIATIONS ET INSTITUTS DES MOSQUÉES DE NOS CONCITOYENS FRANCO-MUSULMANS - sachant les données historiographiques dans le registre des PUBLICATIONS ARMÉNO-ANCIENNES SUR L'ISLAM, SUR LA NAHDA ET/OU RÉCENTES ARMÉNO-ISLAMISANTES.

#740

Dernière modification par Adic2010 (21-10-2018 18:22:05)

Hors ligne

 

#7 21-10-2018 18:27:10

Adic2010
@rmenaute

Re: GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés

Les www des RENVOIS à des messages#nn et à des rubriques (#NN) DANS ce 'thread' "GDA1915~Massacres1909&hamidiens. Fanatismes musulmans instrumentalisés" sont actualisés à ceux du nouveau forum.

PS - Quand je réactualise les www d'un message, la page en question devient visible dans la fonction 'Recherche'
#955

Dernière modification par Adic2010 (21-10-2018 18:27:34)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -