Vous devez être inscrits pour utiliser les forums d'armenews.com

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Tout message posté sur ce forum engage la responsabilité civile et pénale de son auteur. Les messages racistes, homophobes, etc... sont donc interdits !

#1 29-08-2011 15:29:09

Adic2010
@rmenaute

Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ARTSAKH.Artsakh . ԱՐՑԱԽ.Արցախ . АРЦАХ.Арцах / KARABAGH.Karabakh . ՂԱՐԱԲԱՂ.Ղարաբաղ . КАРАБАХ.Карабах  (#15)

- Dans ce 'thread' autant d'occasions de faire connaître LE CERCLE D'AMITIÉ FRANCE-ARTSAKH // FACEBOOK...

aux élus et à la société civile de nos départements. http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr_9informationcitoyenne/senat/00_preparezclaviers.JPG

- Thread faisant partie de la rubrique : ARTSAKH . ԱՐՑԱԽ / KARABAGH . ՂԱՐԱԲԱՂ  (#15)

.
Dans l'article sur les massacres de Bakou et de Gandja par les Azéries 1918-20 :  http://www.armin.am/images/menus/167/Ar … vetpol.pdf  les documents en russes sont majoritaires. J' y ai trouvé ce pendant trois articles en français :   

-1/ N# 113, pp.120-121 
Le rpésendtant diplomatique arménien s'adresse au consul allemand à Tiflis


ìð²êî²ÜàôØ Ð²Ú²êî²ÜÆ ¸Æì²Ü²¶Æî²Î²Ü ܺðβڲòàôòâÆ ¸ÆØàôØÀ Îàì-
βêàôØ ¶ºðØ²Ü²Î²Ü Î²Ú¼ºð²Î²Ü  ä²îìÆð²ÎàôÂÚ²ÜÀª ´²øìàôØ Òºð´²Î²Èì²Ì
Ð²Ú ¶àðÌÆâܺðÆ« êºäîºØ´ºðÚ²Ü Æ𲸲ðÒàôÂÚàôÜܺðÆ Ø²êÆÜ
*


19 oct. 1918 an.
Tiflis
EXCELLENCE
Vos bonnes intentions pour tout ce qui concerne Bacou me sont connues. Je sais
également tous les efforts que Votre Excellence a apporté à introduire à Bacou un détachement
allemend avec les troupes turcs-tatares, ce qui aurait occasionné une garantie des biens et des vies
des habitants arméniens de Bacou. Il ne m?est également par inconnu le refus tenace qui était
opposé à toutes vos intentions.
Tout le monde connaît maintenant les horreurs dont fut victime la population inoffensive
arménienne de Bacou et je n?ai aucun doute que les renseignements que vous avez, seront à temps
communiqués au Gouvernement et à la Nation Allemande. Toutefois la conduite inhumaine qui
continue à avoir lieu envers cette population martyrisée, et le cauchemar sous lequel continuent à
vivre encore les arméniens de Bacou ? ne sont pas connus à tout le monde.
Une terreur règne à Bacou. D?après les récits et les rapports des témoins de nationalités
différentes et dans ce nombre il faut inclure et des musulmans, toute la classe intellectuelle
arménienne est arrêtée et endure des tortures inimaginables. De ce nombre jusqu?à présent nous
avons appris l?arrestation des personnes suivantes :
1. Tigrane Sakharian /docteur en médecine/
2. Doumchout Aroutiuniantz /l?ex Maire de la ville/
                                                         
*
гۻñ»Ý óñ·Ù³ÝáõÃÛáõÝÁª ï»ë ÐÐ ä², ý©200, ó.1, ·.79, Ã.40 (ͳÝáÃ.ϳ½Ù.)£ 121
3. Artem Egiasarian
4. Konstantin Kalantarian /Ingénieur/ 
5. Samson Amiroff
6. Serge Melikoff
7. Petre Souraboff
8. Georges Melikoff
9. Stepan Tigranian /avocat/
10. Mickail Atabekian /Directeur de la banque de Caucase/
11. Konstantin Khisanian /ingénieur/
12. Manandian /avocat/
13. Khoublarian /Directeur de la banque de Commerce/
14. Grigor Ogandjanian.
La plupart des emprisonnés n?ont aucun rapport avec la politique, car tous ceux qui ont
organisé la défense de la ville de Bacou, d?après les mêmes sources, ont quitté la ville à temps.
L?arrestation de la classe intellectuelle, peut être envisagée comme un acte de vengeance d?une
cruauté inutile.
Les poursuites et les oppressions de la population arménienne ont fait surgir des groupes
dextorqueurs qui achèvent de ruiner cet élément. Sous la menace de dénoncer aux autorités, ces
groupes d?extorqueurs somment beaucoup d?arméniens riches à verser des sommes d?argent plus
que considérables, et en cas de refus menacent de les faire emprisonner, les accusant d?avoir pris
part au massacre des tatares.
Après le massacre apparurent une foule d?orphelins et de blessés, qui sans aucun aide de
quel coté que ce fut, survivent à des jours effroyables et des bruits en plus circulent que les
autorités de Bacou ont l?intention d?amasser les réfugiés dans aucun doute à une mort certaine.
En vous communiquant tous ces faits, je prie Votre Excellence, au nom de l?humanité et
de la charité dont, vous vous êtes toujours guidés, à bien vouloir protéger les malheureux
habitants arméniens afin qu?ils soient à l?abri des attentats qui pourraient se commettre et sur leurs
vies et sur leurs biens.
Veuillez agréer, Excellence, l?expression de ma plus haute considération.
A.Djamalian
Charge d?Affaires la République de l?Arménie
auprès du Gouvernement Géorgien.

ÐР䲫 ý. 200, ó. 1, ·. 79, Ã. 39 ßñç.: ÂáÕáÝ£ Ø»ù»Ý³·Çñ

-2/ Document N# 117 Lettre du représentant allemand à Tiflis au représentant du Comité National Arménien pour les fugitifs (réfugiés)  p.117

ÎàìβêàôØ ¶ºðØ²Ü²Î²Ü Î²ÚêðàôÂÚ²Ü ÜºðβڲòàôòâÆ Ü²Ø²ÎÀ ÂÆüÈÆêàôØ
вڲêî²ÜÆ ÜºðβڲòàôòâÆܪ вÚàò ²¼¶²ÚÆÜ ÊàðÐð¸ÆÜ úú¶ÜàôÂÚàôÜ
òàôò²´ºðºÈàô زêÆÜ
N 1611                 Le 29 octobre 1918 an.
Tiflis
Excellence, 
Monsieur le docteur Achwerdow au nom du Comité National Arménien pour les fugitifs
m?a adressé la prière de venir à l?aide du Comité  en lui cédant de l?argent, de la farine et des
médicaments.
Je suits tout à fait disposé de donner des fonds de l?Empire 100 000 roubles et serait peut
être aussi en état de céder une certaine quantité de farine. Des médicaments malheureusement au
moment je ne possède pas une quantité suffisante pour que je puisse aider par ce moyen.
Je prie Votre Excellence de bien vouloir me communiquer, si le Comité précité est
reconnu officiellement par l?Etat Arméniens et si de votre part rien ne s?oppose que je mets de
l?argent à la disposition de ce Comité.
Agreez, Excellence, la nouvelle assurance de ma haute consideration.
*
ÐÐ ä², ý.276, ó.1, ·.55, Ã.106£ ´Ý³·Çñ£ Ø»ù»Ý³·Çñ£

-3/ Document N#277 de l'article pp.324-334 :

´²øìÆ Ð²Úàò ²¼¶²ÚÆÜ ÊàðÐð¸Æ ÐàôÞ²¶ÆðÀ ö²ðÆ¼Æ ²¼¶²ÚÆÜ
ä²îìÆð²ÎàôÂÚ²ÜÀª ´²øìÆ êºäîºØ´ºðÚ²Ü Æ𲸲ðÒàôÂÚàôÜܺðÆ Ø²êÆÜ 

سÛÇë 1919 é
´³ùáõ
L?introduction 325
Celui qui aurait voulu se faire une idée par la voie des faits et raisonnement circonstanciel
de la nature et de la dimension de la tragédie arménienne qui s?était déroulée au mois de
Septembre, celui devrait faire connaissance au moins par les traits essentiels avec les conditions et
avec les moments exceptionnels qui jouaient un rôle prédominant dans la défense  de Bacou et
après dans sa chute.
La lutte autour de Bacou et pour sa possession est une des épopées les plus importantes de
la guerre universelle. Aux certains points de vue,  c'est-à-dire: 1. par son caractère d?une lutte
n?ayant rien pour but que la défense 2. Par la répartition des combattants et leurs rapports
réciproques et 3. Par les rapports politiques des groupements nationaux Bacou occupe une place
exceptionnelle parmi tous les fronts.
Ci-dessous il nous faut se rappeler les trois moments importants qui en effet donnent à
Bacou un aspect tout à fait différent de ceux d?autres fronts.
La ville de Bacou est unique dans ce sens que dans la première phase de la campagne ayant
comme de pouvoir le Conseil des députés de soldat et d?ouvriers elle a résolu de se défendre
contre l?ennemi, tandis qu?aux autres fronts de la Russie Bolchevique l?armée se retirait
constamment du Nord et d?Occident sans aucune résistance aux Allemands et aux Turcs dans leur
marche. Ces particularités spécifiques du front de Bacou il faut expliquer parce que la majorité
des combattants se composant des Arméniens étaient avant tout les plus intéressés de défendre la
ville, car un tel ennemi historique comme la Turquie dans le cas de victoire auraient massacré les
Arméniens avant tout. 
Cela c?est la première particularité du front de Bacou. Le deuxième moment exclusif
consiste en cela que Bacou fut la première ville dans ce sens qu?elle se défendait devant un tel
ennemi à qui aidait le peuple tatare, formant en ville et dans le département de Bacou une
majorité écrasante. Dans le département de Bacou les tatares font 72 % de la population entière,
dans la ville (charge de gouverneur) - 45%. Au point de vue de la Russie comme une unité
politique de même qu?au point de vue des défenseurs de la ville ces masses compactes étaient les
ennemis intérieurs dans ce sens que l?orientation politique prédominante parmi les Tatars était
turque et que la population musulmane surtout leurs notables prêtaient leur concours organisé
militaire et dans l?approvisionnement pour faciliter la tache de l?armée turque. Ces ennemis
intérieurs servaient fidélement les Turcs au front et généralement dans tous les points du
péninsule d?Apchéron.
Se trouvait-il un endroit, une ville pendant toute la guerre dans n?importe quelque front en
Russie ou ailleurs dans telles circonstances défavorables et entouré des forces négatives comme
Bacou.
Mais ce deuxième moment devient encore plus considérablement par la circonstance
suivante : plus la défense était acharnée quant à sa fermeté de longue durée contre l?ennemi du
dehors plus accriussaient la colère et la haine des ennemis intérieurs contre les défenseurs de la
ville. Mais ces défenseurs furent comme nous avons dit plus haut dans la grande majorité des
Arméniens et avant tout par cette raison qu?ils étaient les plus intéressés comme pas un seul
élément dans la défense, par conséquent, la colère des  ennemis intérieurs n?était concentrée que
contre les Arméniens.
Le troisième moment exceptionnel du front de Bacou consiste en suivant : le seul endroit
parmi les autres fronts intérieurs de la Russie  qui est devenu l?arène sanglante sur laquelle se
choquaient les forces ennemies  étrangères ? c?était Bacou. Il n?y avait aucun front dans les
limites de la Russie où l?un et l?autre membre de la coalition allemande ou des alliés se
rencontrassent comme cela avant eu lieu autour de Bacou ? entre les Anglais et les Turcs. 
Ce moment spécifique donna lieu au front de Bacou d?un côté le caractère d?une des
épisodes de la guerre universelle de l?autre côté aggravait la question de la responsabilité qui se
posait devant les Arméniens, auprès les Turcs et les Tatars.  326
Nous avons dit que l?élément arménien plus qu?un autre à Bacou était intéressé de la
défense de la ville c?était pour lui une question de la vie et de la mort. Dans la conservation de
Bacou les Arméniens cherchaient le salut de l?existence d?une unité nationale et de la race.
C?était une vérité indiscutable pour tous  ceux qui savent bien comment se formaient
pendant la guerre les rapports turco- arméniens au  delà de la frontière et les rapports tataro ?
arméniens au deçà de la frontière.
On comprendrait naturellement que dans ces conditions ? ci les Arméniens de Bacou plus
qu?un autre groupement national devrait avec une palpitation de c?ur et avec une ardeur désirer et
saluer de toute son âme le secours de ces forces  extérieures qui auraient organisé et coopéré à la
défense contre les Turcs. On n?espérait aucun secours de Russie Bolchevique ou de quelque autre
partie de la Russie. En même temps l?impuissant pouvoir Bolchevick s?opposait au secours
extérieur c'est-à-dire  au secours anglais. Cette position des Bolchevicks favorisait le travail des
ennemis des défenseurs de la ville ? les Tatares et les Turcs.
Plus mûrissaient les débats autour de la question sur l?arrivé des Anglais, plus augmentaient
la haine et l?instinct de la vengeance de la part de ces ennemis. Ils savaient bien que pour la
défense contre les Turcs les  Arméniens avaient besoin d?une autre force militaire du dehors. Si la
Russie par les raisons diverses ne peut ou ne veut pas donner cette force militaire il était
indispensable de s?adresser aux Anglais. Voilà pourquoi toute la population arménienne de Bacou
des plus âgées aux plus petits sans distinction des parties politiques saluaient l?arrivé à Bacou des
Anglais au commencement du mois d?Août et acceptaient avec enthousiasme leur concour
militaire au front. 
Voici ces trois moments spécifiques de la lutte de Bacou qui avaient en justement pour les
Arméniens des conséquences fatales et graves. Ce n?est un secret pour personne que les
Arméniens défendant la ville avec acharnement comme les plus intéressés dans l?issue favorable,
devaient en même temps subir le plus grand malheur aussitôt que Bacou serait rendu.
Cette triste et malheureuse journée vient le 14 Septembre 1918 (n. st.). C?était les terribles
heures pour la défense militaire de Bacou. La population de la ville pendant la courte période de
la défense avait vu de pareilles journées critiques. Le 31 Juillet, les 4, 5 Août ensuite le 31 Août
étaient les jours pleins d?angoisse dans les annales militaires de Bacou, aussi le peuple ayant évité
et s?étant habitué à ces journées, traitait relativement d?une manière indifférente le danger ainsi
que l?odieux bombardement sans cesse. 
Dans la première journée critique le 31 Juillet la foule envahissait le fort pour s?embarquer.
Au contraire le 14 Septembre et au lendemain la population ne voulait pas obstinément changer
de place, en conviction que les heures critiques passeront comme cela a eu lieu quelques semaines
avant. Elle résonnait  ainsi puisque la ville se défendait auparavant exclusivement par ses forces
propres comment s?imaginer que Bakou pourrait se rendre le jour, lorsque avec les troupes
sédentaires à coté d?eux luttaient les Anglais et que le général Bitcherachov venait à l?aide du
Petrovsk. 
La masse ne reconnaît point les considérations stratégiques et d?autres complications son
raisonnement se base sur les faits purs et simples à l?apparence.
Hél  as !  Ce  s  e spéran ce s  n e   se   réal  i  sai  e n t   pas  l  e   14  S e pt  embre   f  u  t   l  a  de rn i  ère 
jou rn ée   f at al e   de   l a  déf e n se   e t   l a  vi l l e   d?u n e   t ragédi e sans précédant . 
A 4, 5 heures de l?après midi lorsque l?état majore anglais s?est transféré au navire et des
divers détachements des troupes anglaises ont  été envoyés aux embarcadères il se produit une
grande alarme. La panique se rependait partout. On sentait que la fin de la ville est proche, on ne
pourrait rien changer dans sa situation.
Ainsi s?abolit des coups du bloc turco ? allemand la dernière barrière de la démocratie
transcaucasienne. Toutes les parties de cette dernière à l?Occident et à l?Orient étaient déjà
vaincues par ce bloc.  Il ne restait que le seul endroit la péninsule d?Apchéron avec son centre de
Bacou. 327
Et maintenant cet Hochbourg  de la révolution et d?Etat russe tomba aux pieds d?ennemi
féroce. 
De tous les coins de la ville le peuple presque exclusivement la population arménienne
fuyait par les caravanes infinies et s?accumulait aux embarcadères. Il est naturel que dans ces
conditions l?évacuation était organisée pitoyablement. Mais que c?est qu?on pourrait faire pendant
quelques heures à l?insuffisance de bateaux ; d?ailleurs il fallait charger aux même bateaux autre
de dizaines de milliers de la population fuyante, l?armée, les munitions de guerre et les divers
biens d?Etat tant que c?était possible à faire pendant ces quelques heures. 
D?un côté  la manque du temps et la promptitude de l?évacuation, de l?autre côté
l?expérience du passé dans ce sens que peut être et cette crise se passera et la foule qui se trouvait
aux bateaux rentrera chez soi dans quelques jours, furent la cause de ce que les habitants n?ont
rien presque prie avec soi, des ses biens ; un grand nombre d?eux  n?a pris même pas du ligne et
d?habits nécessaires ni des produits et de l?argent telle fut prompte l?évasion. Même ceux qui
avaient avec eux leurs bagages étaient puni cruellement parce qu?ils devaient jeter dans la mer
leurs bagages par manque de place. 
Le quai était le témoin des scènes terribles. La foule énorme voulant quitter la ville et
l?insuffisance des navires produisaient ce sinistre tumulte qu?on appelle la tragédie des fuyards.
Les parents perdent leurs enfants, le frère sa s?ur, les époux l?un  l?autre, l?un part l?autre reste. Il
n?était pas rare que la mère jetait dans la mer son enfant pour se faciliter la recherche d?une place
dans le bateau.
On peut se figurer l?état morale de ces habitants qui avec la peur mortelle dans le c?ur
devant le terrible danger savaient bien que s?ils n?auraient pas réussi à mettre en ce moment leur
pied sur la navire, jamais ils ne trouveront l?occasion d?éviter le danger, car les attendes l?épée
étincelée  d?ennemi conquérant. Il y avait des malheureux qui jusqu?au matin du dimanche (le 15
Septembre) en vain cherchaient dans toute la direction (erraient tout le long) de la quai une place
quelconque dans les bateaux et ne l?ayant pas pu trouvée périrent ou bien de bombardement
d?ennemi qui s?approchait lentement ou bien à la  rentrée dans la maison ont été fusillés par les
bandes armées des Tatares qui déjà pendant ce temps redressaient la tête.
Du matin de 15 Septembre la ville comme une proie délaissée se prosternait devant
l?ennemi. Soi disant le pouvoir locale avec le « célèbre » dictature du Centro ? Caspiy (de la mer
Kaspienne) en tête s?embarqua dans la nuit même avec tous ses fonctions administratives et
guerrières. De même dans la nuit le front était  en désordre et mit à nu. Sauf les trois milles
combattants dans le flanc droit qui résistaient en désespéré, tous les soldats se retiraient ensemble
aux bateaux. 
Donc de fait la ville restait sans pouvoir et les maîtres de la situation nouvelle devaient créer
un autre pouvoir au lieu du précédent. 
Qui pourrait être ces nouveaux maîtres ? Même dans cette question le front de Bacou et la
ville même se trouvaient dans les conditions spécifiques. 
Habituellement dans les conditions de la guerre la partie vaincue cède son pouvoir militaire
à la partie vainqueur. Il était naturel donc  d?attendre qu?après la chute de Bacou le pouvoir
militaire de la Turquie vainqueur devrait remplacer celui de l?Etat russe. 
Mais nous avons dis que contre Bacou dans le contact étroit l?un avec l?autre luttaient deux
ennemism l?intérieur et l?extérieur l?armée turque et les Tatares organisés. Ces deux alliés
militaires s?emparèrent de la vie politique de Bacou en qualité de pouvoir d?Etat.
Cependant aucun de ces deux pouvoirs ni le Commendement turc, ni le pouvoir
d?Azerbaidjan n?ont cru devoir aussitôt que Bacou se rendu entrer dans la ville et prendre sur eux
la responsabilité du pouvoir légitime. Ils ont rendu la ville à la merci des bandes, riches d?instincts
de brigand, sanguinaires et vengeurs. Le gouvernement de Noury Pacha et de Fataly ? Kan
Koysky n?est pas entré dans la ville, mais observait silencieusement des faubourgs comment de
leurs consentement même et de leur ordre la foule farouche armée aux dents avec les askars 328
(soldats turcs) jour et nuit incessamment détruisait la riche ville, tuait et pillait jusqu?au dernier fil
les infortunés habitants. 
Malgré que du grand matin de dimanche les délégués de la paix avec les consuls des
puissances étrangères se sont rendu à l?état major turc et ont prié à plusieurs reprises le
commendant de l?armée turque se hâter d?entrer en ville, car la massacre et les dévastations en
masse sont inévitables, le commendement turc n?a daigné entrer en ville que deux jours après, le
soir du 16 Septembre. Quant au gouvernement d?Azerbaidjan il s?est transféré dans sa capitale le
18 Septembre. 
Continuellement trois jours du 15 Septembre (du matin) à 17 Septembre du soir dimanche,
lundi et mardi les maîtres de la ville n?étaient que des sanguinaires organisés, des nombreuses et
variées bandes des brigands se composant des troupes régulières de l?armée turque et des
éléments tatares de ville et des villages voisins. Malgré que les commendants de l?armée turque
Noury Pacha et Mursel Pacha se trouvaient dans  la ville à partir du 16 Septembre, à l?hôtel 
Métropole où ils fêtaient leur victoire néanmoins restaient en qualité des maîtres les mêmes
bandes armées. Certes, il était agréable à Noury Pacha de même qu'à Koysky et à Djevanchir ?
Khan remettre d?après leur programme tracé d?avance la vie et le bien de tous les Arméniens de la
ville pendant trois jours aux mains des bandits. Qu?on massacre et qu?on pille tant qu?on veut
qu?on vole et viole, c?est permis à eux et est laissé à leurs énergie et facultés.
Ces événements ayant eu lieu à Bacou pendant trois jours (les 15-17 Septembre) et cet
régime qui s?établit dans la ville dans l?espace de deux mois (à partir du 18 Septembre jusqu?à 17
Novembre lorsque les Anglais rentrer dans la ville) confirment de nouveau le caractère spécifique
la direction et la dimension des événements de Bacou dans l?histoire de la guerre.
Si l?ennemi vainqueur apporte à l?adversaire vaincu ou une perte quelconque que ce soit des
victimes humaines ou des biens matériels, sans doute les habitants de la ville en ce cas là
souffrent également. Or la population de Bacou s?était divisée dans le fait en trois catégories.
La première catégorie se composait d?élément tatare. Lui comme étant du même race et de
la même religion que l?ennemi extérieur, les turcs, son allié politique et militaire, par cette
propriété même se classait non pas dans les rangs des vaincus mais tout au contraire. Aussi les
Tatares de Bacou ne sont soufferts nullement, au contraire ils ont gagnés à mille reprises. Non
seulement ils n?ont pas eu des victimes, mais par sa participation la plus active, occasionnée aux
autres des milliers des victimes et ramassaient une grande richesse.   
La deuxième catégorie formait généralement les nouveaux venus (à l?égard des
originaires) : des Russes, des Israélites, des Géorgiens et des nombreux groupes slaves et des
Européens.  C?était pour ainsi dire élément neutre entre les tatares et les arméniens. Contre eux il
n?y avait pas été des coups organisés de même qu?il n?y en avait aucune politique tracée d?avance,
comme contre un élément étranger. Si ce dernier  ait même souffert ce fut simplement une
éventualité ou comme les résultats d?un malheur inattendue.   
La troisième catégorie fut les Arméniens contre lesquels s?étaient assemblés toutes les
flèches des ennemis extérieurs et intérieurs. Seul le peuple arménien sans défense et sans armes
fut unique qui donna à Bacou des victimes incalculables, des hommes et des femmes, des
vieillards et des enfants, des malades les nourrissons sans distinction d?age et de sexe. Cet peuple
fut pillé à dernier fil et ruiné, subit des violences, était écrasé, outragé dans ses droits élémentaires
de l?homme et dans sa dignité de famille, captivé et perdit comme
*
des milliers d?hommes. Seul
les Arméniens furent exploités comme les animaux, battues à demi ? mort, exposés à la famine
comme des esclaves par les mains des bêtes humaines.
La tragédie de Bacou fut la tragédie arménienne par sa profondeur et par sa dimension. Etre
Arménien était déjà le crime aux yeux des Turcs et des Tatars; par sa nationalité même le
                                                         
*
²ÝÁÝûéÝ»ÉÇ ¿ (ͳÝáÃ.ϳ½Ù.)£ 329
« criminel » arménien méritait les offenses, les supplices et de telles punitions dont les origines et
la pratique surmontent aux époques des tyrans d?Orient et qui s?appliquaient méthodiquement aux
Arméniens par les descendants des Sultans et Tchinguiz ? Khan de XX siècle.
Voilà le sort de la troisième catégorie de la population de Bacou, du peuple arménien
pendant les jours de la domination turco ? tatare. La tragédie arménienne ne finissait pas (n?a pas
fini) par ces trois jours des massacres et des pillages. Eux mois entières dura cette tragédie tant
que le commendement turc siégeait à Bacou et tant que le gouvernement d?Azerbaidjan sous
protection de cet commendement  continuait à faire librement et sans obstacle sa politique des
violences et des persécutions.   
L e   régi  me  «l  oyal  e »  de   de u  x  moi  s  f u  t   au  ssi   t e rri  bl  e   pou  r  l  ?él  éme n t   armén i  e n 
qu  e   l  e   vandal  i  sme   de   ban de s  de   bri  ga n ds de pr e mi e r s jo u r s . 
Deux jours après la massacre le jeudi 19 Septembre le ministre président de la République
Azerbaidjanaise déclare solennellement que le gouvernement traitera également tous les citoyens
de la République sans distinction de fois et de nationalité, qu?il garantie l?inviolabilité
personnelle, les biens et les droits de tous les  citoyens. Les déclarations pareilles ont fait le
commandant de l?armée turque immédiatement à l?entrée dans la ville.
Cependant cette déclaration officielle et solennelle du pouvoir ne s?est propagée nullement
sur le peuple arménien. Cette malheureuse troisième catégorie de la population de Bacou
continuait à rester dans les conditions exclusivement dures. Malgré les assurances données (faites)
publiquement, les Arméniens étaient hors les lois, hors les garanties des droits de l?homme
élémentaires. Le régime de deux mois ne fut qu?un cours politique de la vengeance impitoyable
de destruction systématique et de ruine économique de tous les Arméniens. Le régime de deux
mois ne fut qu?une autre période du vandalisme farouche de trois jours, transformé en un cours
gouvernementale ferme et fixe. Pendant deux mois le pouvoir légitime turco ? tatare tachait par
tous les moyens de contempler ce que restait  à faire dans ces trois maudits jours selon sa
considération.
Les assurances publiques qui s?étaient fait au nom des principes de la loi basé sur l?égalité
nationale et religieuse n?étaient que des man?uvres fausses ayant pour but démontrer au monde la
présence en Azerbaidjan d?une légitimité suffisante. 
Mais ce gouvernement même qui infligeait les Tatars aux punitions terribles (jusqu?à
pendaison) pour les vols commis de chez non ? Arménien ce même gouvernement non seulement
ne s?en passait pas mais en approuvait ouvertement et pardonnait lorsque en plein jour les Turcs
ou les Tatars transportaient chez eux des biens considérables des Arméniens. En même temps on
faisait à chaque pas des perquisitions dans les logements arméniens.
D?un coté on déclarait à haute vois de l?inviolabilité personnelle et des biens sans aucun
distinction de l?autre coté les droits élémentaires à l?égard des Arméniens ne se sont pas été
respectés. Les arrêts en masse et les emprisonnements, les réquisitions officielles ou non
(spontanées) même l?attelage des hommes en qualité des bêtes, les tortures par la faim et par la
soif, les assassinats tout ça étaient à l?égard des arméniens des faits ordinaires et chroniques.
Et en même temps quand dans la presse d? Azerbaidjan on faisait des promesses solennelles
et on communiquait des pendaisons pour les voles des maisons arméniennes, les injustices
inimaginables à l?égard des arméniens ? pillages, violences sans exemple, persécutions ? restaient
complètement sans être notées. La domination turco ? tatare incorporait au despotisme éloigné de
l?Orient les finesses cyniques de la diplomatie contemporaire.
Pour donner au lecteur une idée même médiocre par quels moyens agissait le gouvernement
d?Azerbaidjan envers les Arméniens citons le suivant document éloguent.
Les membres de l?ancien Conseil Nationale Arménien à Bacou au nom du chef du diocèse
et membre du Conseil, l?évêque Bagrat, ont  présenté par intermédiaire de ce dernier au
commandant de l?armée turque Noury Pacha et au ministre président de la République
d?Azerbaidjan Koysky le suivant mémoire de rapport sur la situation du peuple Arménien et sur la 330
politique du gouvernement. Le rapport était écrit le 18 Octobre est fut présenté le 23 Octobre. Ci-
dessous nous citons des passages les plus essentiels de ce document.
«Voici déjà le troisième mois que l?armée ottomane occupa la ville de Bacou et la déclara
de capitale de la République d?Azerbaidjan. Il semblait qu?après les événements sanglants de
premiers jours à la suite de la reddition de la ville, lorsque la population arménienne subit des
pertes les plus graves aussi bien par les hommes que par les biens il a eu fallu créer un tel ordre
dont la population toute entière de la ville pourrait se servir. Nous en avons le droit espérer
d?autant plus que dans la première semaine  même le 19 Septembre monsieur le ministre-
président a solennellement annoncé dans sa déclaration que « tous les citoyens habitant
l?Azerbaidjan sans distinction de fois et de nationalité doivent se servir de la même protection du
gouvernement, qui croit devoir défendre la vie, le bien et les droits de tous les citoyens....».
La même declaration fit le commendement turc. Qu?il soit permis me dire que
malheureusement cet principe élémentaire obligatoire pour chaque Etat civilisé et mentionné plus
haut ne s?est pas réalisé à l?égard des Arméniens.
Ce ne serait pas une exagération de notre coté, mais une simple constations d'une réalité
amère, si nous disons que la population arménienne de Bacou et de ses environs ne compte
(passe) pas pour une catégorie civile, possédant tous les droits de la civilité, mais se trouve dans
les conditions exceptionnelles hors le droit et hors toute défense.
Pour démontrer ce que nous avons dis veuillez nous permettre de citer quelques faits éclatants
qui ont reçu un caractère chronique.
1. Jusqu?ici se continuent les arrêts sans cesse des Arméniens en masse et en personne. Les
prisons sont encombrées des Arméniens où ils souffrent dans les conditions
insupportables et auxquels on n?a présenté aucune accusation pendant des semaines
entières. Un grand nombre d?eux ont été renvoyé et malgré tous les efforts et les
demandes de leurs proches on ignore jusqu?ici leur séjour.
2. Parallèlement aux arrêts dans les logements arméniens ont lieu des percussions, opérées
très souvent par les agents inférieurs du gouvernement et par les gens sans aucune
responsabilité qui profitant de l?occasion pillent de nouveau les habitants déjà ruinés et
terrorisés, de nouveau outragent l?honneur de famille. Sous prétexte de réquisition on
prend exclusivement des maisons des Arméniens toute sorte de biens.
3. Les soldats améniens captivés se trouvent les conditions insupportables. Les soldats
arméniens ainsi que les soldats russes, géorgiens ou israélits s?étaient engagé dans les
armées de l?Etat russe. Donc on pourrait croire que les arméniens se trouveront dans les
mêmes conditions que les soldats d?autres nationalités. Tandis qu?en réalité entre eux on
mettait une grande différence. Sauf les Arméniens tous les autres soldats sont délivrés,
mais les soldats arméniens sont encore retenus et on les force de travailler dans les
conditions criantes, comme des esclaves. Avec les soldats on a arrêté dans les rues un
grand nombre des citoyens arméniens qui ne participaient point aux opérations militaires.
4. Les ouvriers arméniens et les intellectuels qui travaillaient dans l?industrie de Bacou et
de ses environs faisaient une majorité. Maintenant même après l?évacuation, la massacre,
l?emprisonnement, il y a néanmoins un nombre suffisant d?ouvriers et d?intellectuels qui
cherchent du travail et veulent utiliser leurs spécialités et leur labeur dans les professions
correspondants. Pourtant malheureusement dans cette question on met la différence :
d?un coté la réduction du nombre des salariés se produit complètement à compte des
Arméniens, de l?autre coté il existe dans les rayons de l?industrie du pétrole de telles
conditions insupportables pour les Arméniens,  que dans le fait l?ouvrier arménien est
privé de toute possibilité d?y travailler. 
5. Il était annoncé en règle commune que les habitants de Bacou ont le droit de
déplacement libre. Il existait à Bacou beaucoup de familles arméniens de Tiflis, de
l?Erivagne, d?Elisabethpole et de Karabak qui  désirent revenir dans leurs pays natales 331
mais jusqu?ici nous ne savons pas pourquoi contre ces désires on met des inexplicables et
inconcevables obstacles. Que ce soit homme, femme ou enfant ? il n?a pas le droit de
déplacement, ce droit humaine et élémentaire ? rien que par cette raison qu?il est
Arménien.
6. Quelques million des familles de la population arménienne de Bacou ont fuit et se sont
réfugiées à Enzely, Petrovsk et dans les diverses villes Kaspiennes (ïðèêàñïèéñêèõ).
Conformément aux principes annoncés de l?égalité civique, toutes ces familles devraient
être en qualité des citoyens d?Azerbaidjan sous la protection de ce gouvernement.
Malheureusement le gouvernement ne prend pas cela en considération et ne fait rien pour
faciliter leur retour malgré les démarches qu?ont fait les fugitifs envers le gouvernement
par l?intermédiaire de leurs représentants spéciaux.
On sait que parmi la population de Bacou les Arméniens occupent quantitativement la
troisième place après les Tatars et les Russes.  Naturellement on pensait que tous les droits
nationaux et sociaux (îáùåñòâåííî-ñîöèàëüíî. ïðàâî) propres à chaque peuple devraient être
propagés de même sur les Arméniens. Malheureusement même dans cette question le
gouvernement n?agit pas légalement. Tandis que toutes les communautés ? des Russes,
Géorgiens, Israélites, Polonais ? ont à Bacou leurs institutions nationales, représentées par les
conseils, les comités et par les sociétés, il est défendu aux Arméniens avoir des institutions,
munies des fonctions même philanthropique bien  qu?ils soient plus que les autres intéressés
vivement dans ces institutions pour alléger  même quelque en les souffrances des familles
affamées et pour réfugier des orphelins sans nombre. 
Le mémoire se termine par ces mots : 
«La population arménienne ayant subie les coups tragiques et étant accablée désire enfin
définir sa situation à  l?Azerbaidjan. Elle veut savoir si les droits de l?homme accordés aux
minorités de toutes les nationalités s?étendent aussi sur les Arméniens ou bien ils doivent rester
constamment dans les circonstances exceptionnelles hors les lois et hors les protections».
Ce mémoire pris par soi même est un document de fait de cette existence d?enfer qu?était
pendant deux mois la vie des Arméniens aux jours de la domination Turco ? Tatars.
Pourtant le document ci-dessus  n?est qu?une faible reflexion et un tableau pale de ce
terreurs infinssables et des cauchemars dont on est en impuissance exposer les détailles et dans
toutes leur droiture. Il suffit de dire que la tragédie terrible de trois jours s?agrandit dans un
système cruel de deux mois. Le vandalisme des bandes passe dans un cours politique rangée aux
jours de pouvoir légitime. La différence n?était que dans la forme mais pas en substance. Ce
qu?on n?a pas réussi à faire pendant trois jours on a fait pendant deux mois. On peut dire qu?e sur
la tête (íàä ãîëîâîé) des Arméniens de Bacou avec une rapidité cinématographique ont passé et
se sont réitéré ces pages historiques sans exemple des violences, des percussions et d?oppression
que pendant les siècles subissait le peuple arménien sous le régime d?esclave du gouvernement
ottomane. Nous n?en comprenions qu?à l?heure actuelle et nous sentions toute la profondeur et la
véracité des supplices séculaires de ce peuple, nous reconnaissons toute solidité de leurs plaintes
éternelles et de leurs gémissements affligés.
Mais ce que les Arméniens de la Turquie subissaient de l?élément turc et de leurs moeurs
politiques les Arméniens de Bacou subissaient à la fois des éléments turcs et tatares ensemble et
de leurs m?urs politiques.
Les coups et les offenses, les violences et l?opprésion étaient doubles. Ce que vit et légua
l?histoire l?Orient obscur avec ses représentations barbares, les Arméniens de Bacou en
éprouvèrent. 
Il n?y a d?autres moyens rationnels et convaincants que de peindre réellement la tragédie
Arménienne par les méthodes analytiques des données basées sur les faits. En conscience de
l?importance et de la nécessité d?amasser des  matériaux substantiels sur les événements de 332
Septembre on a organisé une commission d?en quête qui devait travailler auprès du Conseil
Nationale Arménien de Bacou.
La commission d?en quête commençait ses travaux (de la fin de mois d?octobre ? jusqu?à
l?arrivé des Anglais elle travaillaient en secret) avant que l?organe qui s?est crée auprès de la
Maison Centrale (s?occupant des besoins des habitants de Bacou par l?intermédiaires des Comités
d?arrondissements et de maison) ayant pour but par l?ordre de commendement anglais de définir
le degré des pertes subites par les habitants de Bacou. Cet organe ensuite se transforme en
Commission de contrôle des Puissances Alliées. 
La première tache de la Commission d?en quête fut de recueillir cher la population
arménienne des renseignements par les cartes interrogatoires sur les victimes humaines et sur les
pertes qui allaient porter les habitants (sur les objets volés et leur prix). Ces cartes d?interrogatoire
consistaient de 26 questions suivantes.
En Quête
I Renseignement sur le nombre de la population arménienne
1. De combien de membres se composait la famille avant la massacre.
2. Où sont les membres de cette famille ? Combien de personnes ont été assassiné,
enfui, disparu et combien il en reste (écrir les noms, pronoms, le sexe et l?age des
assassinés et des disparus).
3. En générale combien il y en avait dans la maison des habitants avant la massacre et
combien il en reste maintenant (interroger les comité de maison).
II Pillages et voles des biens et d?argent.
4. Quoi et pour combien on a volé à chaque famille (écrir le nombre, l?espèce des
objets, d?habits, de la literie, du ligne et d?autres  objets) ? de la vaisselle,
d?argenterie, de l?or et d?autres objets précieux, aussi la somme d?argent comptant
volé.
5. Combien et quels objets sont volés des logements des fuyants et des familles pillées
(se renseigner de chez voisins) qui sont resté en vie, de même les renseignements
approximatives concernant leur position sociale et professionnelle des tués et des
fuyards.
III Renseignements sur les cas (des cas) de viol et d?enlèvement. 
6. Est-ce qu?il y avait des cas du viol et d?enlèvement dans la famille et dans toute la
maison.
7. Combien de personnes en ont subie.
8. Combien il y a eu de jeunes filles et de femmes.
9. L'age inférieur de jeunes filles et le plus grand age de femme.
10. Est-ce que les femmes enlevées ont été rendues et dans combien de temps.
IV Renseignements sur les groupes qui ont fui le massacre et qui ont été pillé.
11. Qui a tué et pillé les Tatars de localité ou les askars turcs dans l?uniforme ou dans
les habits particuliers.
12. Qui de ces personnages a principalement tué qui a pillé et qui a demandé de
l?argent.
13. Combien de groupes et combien de fois on est venu dans la même maison pour
pillage.
14. Renseignements concernant des rapports turcs et tatars envers la population
arménienne.
V Les cas d?assassinats, de disparition, du  viol  au d?enlèvement et de captivité,
d?emprisonnement, 
    pillage et requisitions après le massacre ou après le 18 Septembre.
15. Est- ce qu?il y avait de cas de meurtres après le massacre et combien de personnes. 333
16. Les cas de disparition et combien.
17. Les disparus ont-ils revenu ou non.
18. Les cas du viol ou d?enlèvement et combien.
19. Combien de cas de captivité et pour combien de temps.
20. Combien de femmes disparues sont elles revenues.
21. Les cas d?emprisonnement, combien de personnes et pour combien de temps.
22. Les arrêts ont-ils lieu dans la maison ou dans la rue.
23. Combien de cas de pillages et de quels objets (citer les nombre, espèces, des
choses).
24. Les cas des réquisitions, combien de fois quels objets pour qui et du nom de qui 
25. Est-ce qu?il y a eu des cas de réquisitions sans que le pouvoir les sache et a-t-elle
lutté avec cela lorsque ces cas ont eu lieu. 
Le retour de fuyards.
26. Combien de fuyards sont revenu (qui ont fui à la veille du massacre).
Tous ces renseignements communiquer par des chiffres séparés en ajoutant les noms du
quartier de la ville et de la rue le numéro de la maison, le nom de famille ou le nom des personnes
sans famille.
Cette feuille d?interrogation ainsi dressée nous avons composé le 10 Octobre même dans
25 jours après l?arrivée des Turcs et dans une semaine elle a été examinée et adoptée par les
membres du Conseil Nationale Arménien de Bacou restés en ville.
Jusqu?à l?arrivée des Anglais (le 17 Novembre) les renseignements d?en quête
s?amassaient très lentement de la façon privée  parmi les connaissants presque en secret. Après
l?arrivée des alliés on se met à l?affaire déjà sur les bases solides et ouvertement.
Par ses données de chiffre ce travail est un sur résultat d?en quête. Nous somme loin
sertes de ce pour trouver ces résultats achevés et complets. L?en quête même dans les pays
avancées et civilisées a inévitablement ses cotés faibles et il est clair que dans les conditions qui
ont lieu dans l?Azerbaidjan il n?y a pas de  possibilité d?accomplir un travail parfait. Aux
inconvénients existés ajoutez le niveau bas  de l?impessionnabilité culturel du peuple, son
inhabitude à cela, son rapport patriarcal aux questions d?une en quête et à la statistique pour
comprendre comme c?est difficile de ramasser des renseignements et des chiffres en masse dans
notre pays.
Néanmoins nous avons fait tout ce que nous en avons été possible en nous luttant contre
beaucoup d?obstacles.
Sauf les renseignements primordiaux nous avons vérifié nos chiffres par un travail de
contrôle par les quartiers, les rues et les maisons.
Les défauts (lacunes) aperçues nous avons contemplé par les données nouvelles. Notre
travail consiste en deux parties : la première partie enferme en soi des données en chiffres sur les
victimes humaines (exclusivement arméniennes). La deuxième partie enferme les données sur les
pertes matérielles.
Nous avons accomplie cette tache tout à fait indépendamment par notre initiative propre et
par nos moyens. Seulement à la fin du travail  nous avons comparé les chiffres de la deuxième
partie, concernant les pertes matérielles avec les chiffres obtenus par la Commission de contrôle
des Puissances Alliées et nous / en avons complétés. Dans cette partie nous/ étions d?accord à la
Commission. Et pour que nous puissions définir  non seulement les pertes subites par les
Arméniens mais par toute la population entière de Bacou et d?en donner un tableau statistique la
Commission de Contrôle a présenté à notre disposition toutes ses données que nous avons utilisé
statistiquement.
Nous remercions profondément la Commission de cette amabilité.
Les matériaux ainsi cueillis nous en avons exploré et distribué par les arrondissements et
par les rues. La hâte du travail et le manque de temps nous ont forcé en étendant à nous borner de 334
cette exploration sommaire. Nous possédons des matériaux si précieux et dans une telle quantité
qu?il a fallu de les exposer à une étude rigoureuse et en analyser scientifiquement. Ceci nous
laissons à un temps futur pourvue que le temps et les circonstances nous en permettent. 
B.Ichkanian
Le président de la Commission d?En Quête auprès du Conseil Nationale Arménien de
Bacou .
ÐР䲫 ý© 223« ó© 1« ·© 120« Ãé 1-26£ ä³ï׻ݣ һ鳷Çñ£

_____________________

Dommage que les textes des documents en arménien ou en russe ne sont pas traduits.


Nil

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:05:10)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#2 20-09-2011 14:43:53

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

...y a du boulot à traduire, publier et surtout à faire connaître aux Non-Hays en information citoyenne.   smile


Nil
#46

Dernière modification par Adic2010 (06-08-2017 16:05:55)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#3 23-09-2011 11:52:28

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

erreur. Sorry. Nil.

Dernière modification par Adic2010 (23-09-2011 11:54:55)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#4 29-09-2011 12:38:10

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

On parle dans cet article ce qui se passait en Transcaucasie entre 1918 et 1920 :

Махмурян, Гаянэ (2010) Попытки регионального сотрудничества и II Конференция Закавказских республик (9?22 апреля 1920 г.). Պատմաբանասիրական հանդես, № 3 . pp. 54-71. ISSN 0135-0536   Endeavours of Regional Collaboration and the 2nd Conference of Transcaucasian Republics (April 9?22, 1920)  http://hpj.asj-oa.am/2863/

Thorough analysis of negotiations, conducted at the 2nd Conference of the Transcaucasian Republics on April 9?22, 1920, in Tiflis, reveals that all three republics had diverse priorities and goals. Azerbaijan relayed on military and political means of Turkey and put forward a thesis of confederation, which would be implemented against Russia. Georgia was interested in the future of Batum area (oblast) and in possibility of partnership.

Armenian leaders were of informed opinion that confederation was an inefficient model of integration. They preferred independence, or regional sources of power, furnished with supervisory and executive authority. Government of the Republic of Armenia wished to overcome regional problems by means of bilateral talks, they fervently hoped for the Allies? assistance and demanded peace in exchange for mutual actions.

Heads of Azerbaijan  failed to negotiate the reliable alliance with Georgia, so with the certain participation of Turkey they switched in policy. They interchanged independence for attainable territorial gains at the expense of Armenians; and accepted new partnership not with the Turkey?s adversary, the Entente, but with its predominant companion at the moment ? Soviet Russia. Azerbaijan didn't have stronger cultural ties, orientation or
inclination towards the new Bolshevist regime, than its neighbours. However, they were pioneers who totally changed their ideology and social-economic life, revoked private property. And these, dictated by the Turk politicians measures, appeared to be useful. 

In their turn, authorities of the Republic of Armenia were not mistaken neither in pursuit to
exploit them, nor in the much talk about integration. The latter required definite strength and
stability of borders. So, simultaneously with the 2nd Conference of the Transcaucasian Republics they decided to send troops in support of Karabagh Armenians; what resulted in the decision to unify Artsakh with Armenia.

_______________

Nil
http://www.globalarmenianheritage-adic. … kh1988.htm
#83

Dernière modification par Adic2010 (29-09-2011 12:39:40)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#5 14-11-2011 20:46:10

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Ganja, l'ancienne Kirovabad & Yelizavetpol : http://en.wikipedia.org/wiki/Ganja,_Azerbaijan

Ասոյան, Լ. Ա. (2008) Ելիզավետպոլի նահանգի հայ բնակչությունը XIX դ. վերջին (ըստ 1897 թ. մարդահամարի տվյալների). Լրաբեր Հասարակական Գիտությունների, № 1 . pp. 241-246. ISSN 0320-8117  La population arménienne de la province de cette ville selon le recencement russe à l'époque tsariste de 1897   http://lraber.asj-oa.am/429/

Actes du premier recensement général de l'Empire russe à la conclusion que à la fin du XIX siècle, les Arméniens constituaient une proportion importante de la population de la province Yelizavetpol - 33,3%. La population arménienne a été principalement concentrée dans les provinces qui font partie de leur patrie historique - à Chouchi (53,2%), Zangezur (46,1%), Goris (74,6%), etc A la fin du XIX e siècle le nombre de Population arménienne dans la province de Yellizavetpol augmenté de manière significative (dans les années 1886-1897. À 11,58%), à la fois par la croissance naturelle et mécanique. Réussir l'agriculture, l'artisanat, l'artisanat et le commerce, les Arméniens ont grandement contribué à la prospérité économique de la province, et le taux d'alphabétisation relativement élevé (Arméniens - 9%, les musulmans - à peine 1,8%) ont donné aux Arméniens la possibilité d'occuper des fonctions publiques et représentent intérêts de la population à différents niveaux administratifs.

...pour le paragraphe : Ch.VI.Բ. de la page : http://www.globalarmenianheritage-adic. … zeri_c.htm

Nil
#140

Dernière modification par Adic2010 (14-11-2011 20:50:25)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#6 16-12-2011 07:03:12

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Parev siréli hayrénaguitsner,

Եգանյան, Հ. Մ. (1960) 1919 թ. անգլո-իրանական պայմանագիրը անգլիական ու իրանական պատմագրության գնահատմամբ. ՀՍՍՌ ԳԱ Տեղեկագիր հասարակական գիտությունների, № 12 . pp. 29-38.
l'accord anglo-iranien de 1919.   On doit certainement évoquer les conséquences à Bakou.

...un wikipédia sur cet accord peu connu entre l'Iran et la perfide Albion ? Je n'ai trouvé que ceci : http://en.wikipedia.org/wiki/Anglo-Iranian_relations

Mais il y a ceci :  http://www.iranicaonline.org/articles/a … ement-1919

Cela va nous permettre de situer ce qu'il en est.

Bonne journée. Nil
#176

Dernière modification par Adic2010 (16-12-2011 07:03:46)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#7 07-06-2012 18:20:07

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Ղարիբջանյան, Գ. Բ. (1978) Ստեփան Շահումյանը Բաքվի կոմունայի ղեկավար (Ծննդյան 100-ամյակի առթիվ). Պատմա-բանասիրական հանդես, № 3 . pp. 153-168. Stepan Shahumian ? Leader of the Baku Commune (on his birth centenary)   http://hpj.asj-oa.am/3066/

  http://openarmenia.com/

http://www.abp.am/images/fotobank/thumbnails/16c5030292ea908960599e5d0495bd5b.jpg

Traduction du résumé en russe : L'article met en évidence le travail d'un éminent communiste Parti et l'Etat soviétique, un fidèle disciple et collègue de Lénine Stepan IG Shaumyan dans la première moitié de 1918 à la tête de la Commune de Bakou.

http://i036.radikal.ru/0911/1e/6bc8484b3d2b.jpg  . 

http://i054.radikal.ru/0911/be/a304c63ced83.jpg  .  [img][/img]

#380

Dernière modification par Adic2010 (18-02-2016 12:54:11)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#8 12-06-2012 01:53:15

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Voici un listing des publications soviéto-azéries de la revue historico-philologique de l'Académie des Sciences de Bakou :

- Չոբանյան, Պ. Ա. (1980) Ադրբեջանական ՍՍՀ ԳԱ «Տեղեկագրի» կովկասագիտական-արևելագիտական նյութերը (1975?1978 թթ.). Պատմա-բանասիրական հանդես, № 3 . pp. 307-316.   Data on Caucasian and Oriental Studies in ?Izvestia? of the Azerbaijan Academy of Sciences (1975?1978)   http://hpj.asj-oa.am/3357/

...il y aura à voir s'il y a des articles sur ces périodes "troublées" des massacres de 1905 & de 1918-20 qui parleraient de ces massacres. Certainement, les historiens d'Arménie ont dû bien les étudier.

Mais on moins en France, on peut dire que nous sommes au courant de cette historiographie soviétique aux adeptes actuels de la Realpolitik avec Bakou ...et leurs courtisants lèche-bottes (y'a bon les petits pots de caviar et les grands barrils de pétrole).

Nil
#413

Dernière modification par Adic2010 (02-05-2018 10:22:36)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#9 12-06-2012 17:33:03

Louise
Membre certifié
Réputation :   55 

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

http://www.armenews.com/mot.php3?id_mot=275

HAUT-KARABAKH - KHODJALOU - PREUVES

Mensonges, propagande et désinformation de l?Azerbaïdjian

Dossier : Alors qu?une campagne internationale, touchant 35 pays, orchestrée par l?Azerbaïdjan et ses officines à l?étranger tentent de sensibiliser les populations sur la tragédie de Khodjalou, un document d?une importance capitale vient d?être publié, prouvant les falsifications grossières d?un état belliqueux.

Publiée le 24 février sur Youtube, le document en deux parties intitulé « Entre la faim et le feu : le pouvoir au détriment de la vie », démontre par l?image et les témoignages des preuves convaincantes sur les activités criminelles de l?élite politique de Bakou, conduisant au chaos la ville de Khodjalou et celle d?Aghdam.

A l?instar de Aghet, le documentaire fait la lumière sur la désinformation orchestrée par l?Azerbaïdjan. Une source de renseignements inestimables qui va à l?encontre des affirmations de Bakou. La communauté internationale appréciera les allégations mensongères qui se répandent autour de la planète.

traduction Gilbert Béguian

Dernière modification par Louise (12-06-2012 17:35:29)

Hors ligne

 

#10 20-11-2012 20:07:56

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

THE GENOCIDE AND SUPPLANTING OF THE ARMENIANS IN AZERBAIJAN (1918- 1990)  VLADIMIR KHOJABEKYAN

To say that the genocide and persecutions of ethnic minorities in Soviet Azerbaijan were prompted by the Karabagh movement would be to sin against the truth and the historic reality. The facts testify that the national policy realized by Azerbaijan was the logical continuation of the Genocide of the Armenians committed by the Turks. In the September of 1918 the Turkish occupants and Musavat bands organized in Baku the massacre of 30.000 Armenians as well as Russians. At the period of establishment of the Soviet power in Armenia, J.Stalin and N.Narimanov, breaking violently international legal principles, annexed in Azerbaijan's favour the region ofNakhijevan of the province of Yerevan. The Central Executive Committees of Azerbaijan SSR and Nakhijevan ASSR banned the Armenian population of Nakhijevan, that had been deported from the region before, to return home. As a result of that, in 1926 three times reduced the number of the Armenian population.

Today, not a single Armenian lives there. From February 28, 1988, the Sumgait genocide continued in the streets for three days and nights: pogrom-makers remained unpunished. Sumgait gave birth to Baku, Gyanja (Gandzak), Khojalu, Dashkesan, Khanlar and other massacres. In the course of the two-week massacres in Baku the tortures of Armenians and Russians and their deportation from Azerbaijan were organized and carried out During those days 150 Armenians were brutally killed. Instead of admitting its guilt and giving an answer the leadership of Azerbaijan blamed the USSR army and falsifying the facts without shame declared those days as mourning days. Meanwhile, later the Red Army and the Popular Front of Azerbaijan together with special brigades, using airplanes, tanks and cannonry invaded Northern Artsakh (Northern Martakert, Shahumyan, Getashen and other regions), exterminated and deported peaceful Armenian population. Through realization of the misanthropic policy of ethnic "cleansing," Northern Artsakh has been annexed by Azerbaijan and populated by the Azerbaijani-Turks. They keep silent about it.

Thus, because of the genocide, on the whole, in 1988-1992, as a result of the Azerbaijani atrocities, 419.000 Armenians were deported and became refugees of which 361.000 from Azerbaijan SSR (then the Republic of Azerbaijan). Meanwhile, the number of the Azerbaijani, emigrated from the Republic of Armenia and the liberated territories of Mountainous Karabagh isn't 1 million people, as it is announced by the Azerbaijani, but 500000 people.

Խոջաբեկյան, Վլադիմիր (2005) Ցեղասպանությունը և հայաթափությունը Ադրբեջանում (1918-1990-ական թվականներ). Պատմա-բանասիրական հանդես, № 1 . pp. 21-41   The Genocide and Supplanting of the Armenians in Azerbaijan (1918-the 1990s).    http://hpj.asj-oa.am/3513/

#765

Dernière modification par Adic2010 (20-11-2012 20:09:02)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#11 13-01-2013 17:38:04

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Merci à JP de nous avoir signalé ce www : Constitutions de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan  >>  http://fr.wikipedia.org/wiki/Constituti … zerbaïdjan

http://www.globalarmenianheritage-adic. … zeri_c.htm

#885

Dernière modification par Adic2010 (14-06-2013 19:09:25)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#12 11-06-2013 14:42:08

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

C'est sur ce site auquel il faut être inscrit : http://www.arbugo.am/    cette image serait sur cette page : http://www.arbugo.am/Baku_ru.html

...à transcrire les références en arménien pour chercher sur web.

#1229

Dernière modification par Adic2010 (26-07-2014 18:08:57)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#13 14-06-2013 22:03:59

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

ARŞEN HAKOBIAN ("Noravank" SEF), SOME ASPECTS OF THE HISTORY OF THE TAT-SPEAKING ARMENIANS IN THE CONTEXT OF THE INTERETHNIC RELATIONSHIP IN THE BEGINNING OF THE 20th CENTURY  .  Moyen-Orient . Մերձավոր Արևելք . II-2005 . pp.108-112

In the beginning of the 20* century in the Eastern Transcaucasus there still existed the villages of Tat-speaking Armenians named Madrasa, Qilvar, and Khachmas. As a result of tension of the interethnic relationships in the region in the beginning ofthe 20th century the last stream of the Tat-speaking Armenians were chased and slaughtered. The population of Khachmas was slaughtered; Madrasa also became a victim of massacre. And Qilvar had to straggle against these threats all alone.
New anxieties were clearly outlined connected with the future threats of the future ofthe community in the region.

ԾԱՆՈԹԱԳՐՈՒԹՅՈՒՆՆԵՐ

#1. Կարապետյան Ս., Սաարասա գյուղը ե նրա հուշարձանները, ՊԲՀ, թիվ 2,1989,էջ 225-233: Նույնի, Բուն Աղվանքի հայկական վիմագրերը, Երեւան, 1997:

#2. «Մշակ», 1905, թիվ 189:

#3. Կարապետյան Ս., նշվ. աշխ., էջ 226- 227:

#4. Հայերի կոտորածները Բաքվի եւ Ելիզավետպոլի նահանգներում 1918-1920թթ., կազմեցին Ս. Միրզոյանը, Ալ. Ղազիյանը, երեւան, 2003, էջ 438.

#5. ՀՀՊԿՊԱֆ. 56, ց. 16, գ. 136, թ. 162-164:

#6. Նույն տեղում, ֆ. 57, ց. 3., գ. 512, թ. 3:

#7. Յակոբյան Ա., Հայ- թաթերի տարարաշխվածութեան ու
տեղահանութիւնների պատմութիւնից ( Ժ Ը դդ. սկիզբ - Ժ Թ դարի վերջ), Հայկազեան հայագիտական հանդես, 2001, հտ. 21, էջ 134-135:

#8. Миллер Б., Таты, их расселения и говоры, Известия общества обследования и изучения Азербайджана, No. 8, в. VII, Баку, 1929, с.
13.

#9. Հայերի կոտորածները Բաքվի եւ ելիզավետպոլի նահանգներում 1918-1920թթ., կազմեցին Ս. Միրզոյանը, Ալ. Ղազիյանը, էջ 33-34:

- Madrasa . Մադրասա

- Qilvar . Քիլվար

- Khachmas . Խաչմաս.

On y parle de ces trois petites villes. Pour Qilvar, on y parle de l'archéologie de l'église arménienne St Grégoris

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRwk0Ou8NY7CwaT9b8msM07QnmdtoN8e4z7KRxtSlpiBH3rs83NXg .
#1276

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:09:02)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#14 27-06-2013 12:59:21

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

A Bakou s?est tenue la parade militaire, consacrée au 95-ième anniversaire des Forces armées azerbaïdjanaises ? PHOTOS

Qui et comment informer que c'est cette armée qui a perpétré des massacres de familles arméniennes de 1918 à 1920 ?


Nil
  << le blason de l'armée azérie (qui est celui de 1918-23)
#1359

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:09:40)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#15 24-07-2013 00:03:01

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Ավագյան, Ս. Դ.,  Բաքվի կոմունայի հայերեն օրգանը.  The Organ of the Baku Commune «Teghekatu» in Armenian. Պատմա-բանասիրական հանդես,  1959, N 4 . pp. 123-131

Traduction en français du résumé en russe :

Dans la lutte pour la création et le renforcement de l'oléoduc Bakou Commune apporté une contribution digne de la presse bolchevique, en particulier le "Baku travailleur", "Gummet", "social-démocrate", "Actes du Soviet de Bakou», «TEGHEKATU" et d'autres journaux. Cet article brièvement couvert qu'une partie du journal "TEGHEKATU» («Nouvelles»), le rendement de la langue arménienne.

Le corps de l'oléoduc Bakou Soviet des députés ouvriers, soldats et matelots des Délégués TEGHEKATU »a été publié quelques mois. Le premier numéro a été publié i6 Avril 1918, et le dernier - le 31 Juillet. Publié par seulement 84 chambres. Le journal a maintenu une relation étroite avec le journal «Nouvelles du Soviet de Bakou» et «Baki Surasena Akhbar", qui, comme les autorités de Bakou soviétique, ont les mêmes buts et objectifs.

Dans l'édition du journal "TEGHEKATU" participer activement les membres du comité de rédaction. Surtout beaucoup de travail effectué Anastase Mikoyan et Ovsep Karakhanyan. Avec des objets de valeur dans ses pages étaient Art. Shahumian, A. Mikoyan, karinyan, G. Ghazaryan, A. Boris, A. Shahgaldyan, H. Tovmasyan et autres.

"TEGHEKATU" est largement promu les activités socialistes du gouvernement nouvellement créé de Bakou - CPC a publié ses décrets, décisions. "TEGHEKATU" a mené une lutte acharnée et impitoyable contre les ennemis intérieurs et extérieurs de la révolution. Les pages ont été souvent publiés des documents exposant les mencheviks, le Musavat Dachnak.

En retournant la question du journal "TEGHEKATU", le lecteur, comme un film de cinéma, voit la lutte Bakou bolcheviks et les masses laborieuses d'Avril à début Août 1918. De ce point de vue, "TEGHEKATU" a une grande valeur pédagogique et peut servir de ressource fidèle et précieux pour ceux qui sont impliqués dans la recherche sur l'histoire des organisations bolcheviques en Transcaucasie.

les vingt-six commissaires de Bakou

http://s018.radikal.ru/i523/1202/ef/222b20ec053b.jpg
#1468

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:10:21)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#16 10-09-2013 19:00:40

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Il y a des nouvelles publications qui semblent bien importantes sur cette période 1918-1920 :

-1/ Ադրբեջանական արխիվային սկզբնաղբյուրների վկայությունները Ղարաբաղում հայերի ցեղասպանության մասին
...si j'ai bien compris : Témoignages d'archives de sources azéries cobcernant le génocide des Arméniens du Karabagh par le chercheur Ալիկ Ղարիբյան  Alik Gharibian de l'Institut de recherches arménologiques

-2/ 525 pages ! ՀԱՅԵՐԻ ԿՈՏՈՐԱԾՆԵՐԸ ԲԱՔՎԻ ԵՎ ԵԼԻԶԱՎԵՏԱՊՈԼԻ ՆԱՀԱՆԳՆԵՐՈՒՄ 1918-1920ԹԹ. (Փաստաթղթերի ու նյութերի ժողովածու) >> Massacres d'Arméniens en 1918-1920 dans les districts de Elisavetpol et de Bakou ( Collection de documents et matériaux )  Érévan 2003

MAIS CE N'EST PAS EN UNICODE ! C'est malin, on ne peut pas transcrire et traduire.

Mais on devine qu'il y a de quoi rapporter, quartier par quartier, rue par rue, immeuble par immeuble. Avec google.map de Bakou, on pourra localiser les progrommes, les massacres et les suivre à la trace.

C'est ce qu'on a fait à Berlin :
- il y a des pavés par terre à l'entrée des immeubles où vivaient des juifs qui furent déportés
- dans la grande avenue Kufürstendamm (Ku'dam), il y a une vitrine avec un plan montrant les boutiques qui appartenaient aux juifs qui ont été déportés ou qui ont été obligés de fuire.


Il faudra trouver une fondation allemande qui sera prête à subventionner un tel travail historico-web.  Bonne continuation. Nil.

PS - >>> 
SVP, est-ce qu'il existe un système convertissant une telle ancienne police de caractères en une police UNICODE ?
#1698

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:13:37)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#17 16-10-2013 21:54:17

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Հարությունյան, Համլետ, Շուշին արցախյան գոյապայքարում (1918?1920 թթ.). Harutyunyan Hamlet, Shushi in the Struggle for Existence of Artsakh (1918?1920). Պատմա-բանասիրական հանդես, 2013  № 1 . pp. 22-43. ISSN 0135-0536

After the acquisition of independence, the Musavat government of Azerbaijan intended to conquer the indivisible part of historical Armenia ? Nagorno-Karabakh, Zangezur and Nakhijevan. The Armenians of Artsakh rebelled against the mean enemy and fought for the independence of their native country. The fulcrum of that struggle was the fortress of Shushi. Expansive plans of Azerbaijan were obviously encouraged and contributed to the implementation by Turkey, later by the British conquerors and also by the Soviet Russia. However, the heroic struggle for uniting with Armenia did not have a logical solution because of the Bolshevik coup in Baku. On May 11, 1920 the military units of the 11th Red Army penetrated to Nagorno-Karabakh. Soviet power was established in Karabakh.     104 références bibliographiques en bas de pages.

#1852

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:14:02)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#18 18-01-2014 13:27:26

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Est-ce qu'il y a des aricles sur le sport arménien à Bakou dans les années anciennes ?

Football + Bakou en arménien  >> RECHERCHES À FAIRE dans Google.hy  + Patmabanassiragan Hantess

Il y a à voir l'exactitude ou les omissions intentionnelles de cet article de l'Association des fédérations de football d'Azerbaïdjan.  Il faut avoir des éléments historiographiques pour pouvoir informer les clubs français de football.

Je rappelle qu'il y a le site : http://www.baku.am

C'est le moment de faire une telle recherche  : FIFA chief reported to have Armenian girlfriend

Bonne continuation.  Nil


#2145

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:15:40)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#19 22-02-2014 07:11:03

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

TRÈS BON :   http://lraber.asj-oa.am/3860/   http://lraber.asj-oa.am/3860/1/1989%2D9(81).pdf

Закарян, А. А. and Шахназарян, А. И. (1989) Бакинская газета «Наше время» о погромах нухинских, арешских и геокчайских армян в 1918 г. Լրաբեր Հասարակական Գիտությունների, № 9 . pp. 81-87. ISSN 0320-8117    Newspaper of Baku ?Nashe vremya" on massacres of Armenians in Nukhi, Aresh and Gyokcha in 1918.

>> futures recherches à trouver les pdf de ces journaux de Bakou parlant de ces massacres ; il y aura à étudier les 12 références bibliographiques.

#2404

Dernière modification par Adic2010 (22-02-2014 07:14:55)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#20 06-03-2014 11:28:06

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Ստեփանյան, Գ. Ս. (2009) Բաքվի Սբ de Համառոտ. Գրիգոր Լուսավորիչ եկեղեցու պատմության. Լրաբեր Հասարակական Գիտությունների, № 3. p 45-59. ISSN 0320-8117

http://lraber.asj-oa.am/588/  >> 71 références bibliographiques

Péninsule Apsheron, qui, au Moyen Age a été le cadre de la Chirvan historique, a été habitée par les Arméniens depuis le début du Moyen Age. Parmi les colonies arméniennes péninsule occupe une place importante de Bakou, mentionnée dans les sources originales allant de V. Avec un nombre croissant de la population arménienne à Bakou avec l'ancienne église arménienne de Sainte-Marie en 1863-1869 gg. deuxième érigé l'église de Saint Grégoire l'Illuminateur. Pour les Arméniens à Bakou Eglise considère ces institutions nationales autour desquelles principalement axés foyers de bienfaisance, culturel et éducatif. 25th Décembre 1989 barbares azerbaïdjanaises ont brûlé l'église, dont les livres, les icônes et tous les biens de l'église religieuse.

>>>  Armenian Philanthropic Society of Baku  +  http://wikimapia.org/9822513/hy/Ս … 09;ի

. [img][/img] . [img][/img] . http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/91/Eglise_armenienne_bacou.jpg .
#2490

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:16:26)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#21 26-07-2014 18:19:54

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

erreur, sorry

Dernière modification par Adic2010 (26-07-2014 18:26:05)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#22 26-07-2014 18:25:23

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Voici déjà une première liste de livres arméniens imprimés à Bakou (1900-1920) qu'on pourra actualiser au fur et à mesure[/url] : 

- 1904 : Այծարածը  Lèo : légendes orientales . Guillaume Tell . autres nouvelles  48 p.

- 1907 : Բանաստեղծութիւններ: Պր. 2     30 p.

- 1904 : Երախտիքb 30 p.

- 1904 : Կոյր Բաբին   24 p.

- 1915 : Հայերի ազատագրական շարժումները ԺԹ դարում կամ Հայկական հարցի չորրորդ շրջանը .          Les mouvements de libération du XIXe siècle dans la quatrième période ou  106-239 p.

- 1907 : Պատկերներ . Photos

- 1905 : ոց.-դեմոկրատական բանւորական հայ կազմակերպութեան ծրագրի նախագիծը կազմակերպչական սիստեմը եւ կանոնադրութիւնը .          Social-démocrate banworakan gestion de projet système et les règlements de l'organisation  32 p.

- 1901 :  Սպանուած աղաւնին   Nar-Tos  124 p.

- 1919 : Վիճակագրական ուսումնասիրութիւն անդրկովկասեան ժողովուրդների: Մաս 1. .           Étude statistique nations de la Transcaucasie : Partie 1  252 p.

- 1908 : Փշոտ ճանապարհին   Aramaïs 35 p.  nouvelles


PS - Je suis en I-Pad et malheureusement je ne peux pas consulter l'intérieur des pages.

>>>> Voir ce message #14  :  les jpgs des couvertures de livres

- Thread faisant partie de la rubrique : BAKOU, PÉTRO-DOLLARS ET OPÉRATIONS AZÉRIES  (#7)

#3327

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:18:50)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#23 28-09-2014 17:04:19

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

Noms de villes et de régions d'Azerbaidjan en relation avec les Hays :

# PAGE.1 :   Page traduite en français    ~~  Première page en russe

- Abrakunis (0/1)

- Akakuni (0/1)

- Bakou (0/397)

- Barum (0/5)

- Ganja (Gandzak) (0/1)

- Ganja (Kirovabads) (0/39)

- Dashkesan (0/1)

# PAGE.2 :   Page traduite en français    ~~   2ème page en russe : cliquez sur "следующие 200" en bas de la page

- Dzhrahatsner (0/1)

- Yelizavetpol (0/3)

- Ehtsaoh (0/1)

- Zaglik (0/4)

- Kagartsi (0/2)

- kazakh (0/4)

- Kusapat (0/4)

- Mardakert (33/1)

- Martakert (0/6)

- Martuni (Artsakh) (0/5

- région Martuni (33/0)

# PAGE.3 :   Page traduite en français   ~~   3ème page en russe : cliquez de nouveau sur "следующие 200" en bas de la page.

- talish (0/7)

- Toomey (0/8)

- Hanlar (0/4)

- Khndzoresk (Artsakh) (0/1)

- Chardakhlu (0/8)

- Shaumyan (Azerbaïdjan) (0/2)

- Shemaxa (0/12)

-  Chirvan (1/0)

- district de Choucha (3/0)

- Pages provenant de ce site :    'ХАЙАЗГ'Encyclopédie 'Хайязг' Trad. RU > FR   .   http://www.encyclopedia.ru/upload/iblock/0a3/hayazg_logo_95x135.gif

http://www.ezilon.com/maps/images/europe/Azerbaijan-political-map.gif

- Thread faisant partie de la rubrique : BAKOU, PÉTRO-DOLLARS ET OPÉRATIONS AZÉRIES  (#7)

- Thread faisant partie de la rubrique : FRANCE DES SOCIÉTÉS CIVILES, SCIENTIFIQUES ET PROFESSIONNELLES  (#11)

#3637

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:21:13)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#24 31-08-2015 01:54:26

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

http://www.baku.am

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : BAKOU, PÉTRO-DOLLARS, OPÉRATIONS AZÉRIES ET AZÉRO-COMPLAISANTS  (#7)

#5294

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:21:39)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

#25 23-12-2015 12:26:27

Adic2010
@rmenaute

Re: Karabagh-Artsakh, Bakou et autres villes d'Azerbaidjan // 1918-1920 //

CHOUCHI, LE PETIT PARIS DU CAUCASE : un article en arménien et bien référencé à traduire mieux que Google.Traduction et faire connaître

- 'Thread' faisant partie de la rubrique : ARTSAKH.Artsakh . ԱՐՑԱԽ.Արցախ . АРЦАХ.Арцах / KARABAGH.Karabakh . ՂԱՐԱԲԱՂ.Ղարաբաղ . КАРАБАХ.Карабах  (#15)

- Dans ce 'thread' autant d'occasions de faire connaître LE CERCLE D'AMITIÉ FRANCE-KARABAGH // FACEBOOK...

aux élus et à la société civile de nos départements. http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr_9informationcitoyenne/senat/00_preparezclaviers.JPG

#5797

Dernière modification par Adic2010 (18-10-2018 08:23:14)


http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/flags/turquie.JPG RUBRIQUE #85 . ANKARA~DIYANET~COJEP~PEJ ottomanisant-kémalisant L'ISLAM DE FRANCE ??

PENSONS À L'INFORMATION ARMÉNO-HISTORICO-CULTURELLE FRANCO-CITOYENNE FACE AUX RÉSEAUX TURCO-NÉGATIONNISTES EN FRANCE.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Droits de reproduction et de diffusion réservés
© Nouvelles d'Arménie Magazine / www.armenews.com -